mbappe lottin (kylian) neymar (S.Boue/L'Equipe)
Ligue des Champions - PSG

Neymar pas assez tranchant, Mbappé pas assez clinique... Le duo du PSG a fait pschitt en finale de Ligue des champions face au Bayern Munich

Logiquement annoncés comme les points forts du PSG en finale de Ligue des champions, Neymar et Kylian Mbappé ont beaucoup raté face au Bayern Munich. Pas pour les mêmes raisons. Retour sur une soirée plus que compliquée.

«L'heure est venue». Sur ses réseaux sociaux, avant cette finale de Ligue des champions, Neymar semblait définitivement annoncer son retour au sommet. Cinq ans après sa dernière victoire en C1 avec le Barça, le Brésilien disposait d'une occasion rêvée de réussir son pari de 2017 : celui d'avoir cru au projet du PSG, et lui offrir la reine des compétitions européennes. Mais sur le terrain, ce dimanche soir, le numéro 10 parisien a tout raté. Tellement éblouissant contre l'Atalanta en quart de finale, tellement altruiste contre Leipzig en demi-finale, Neymar a envoyé des signaux inquiétants dès le départ. Tout de suite, l'impression que cette fois, sa qualité technique naturelle et la volonté affichée pendant le Final 8 ne pourraient compenser le reste. Comme un symbole, tout a commencé par une passe ratée (1re), la première d'une série de neuf (59% de réussite seulement). En manque d'espace au cœur de la défense bavaroise, le meneur de jeu a surtout beaucoup couru dans le vide.

Neymar, caricature de lui-même

Un pressing haut, pour emmener le 4-4-2 dessiné par Thomas Tuchel sur les phases défensives. Avec Angel Di Maria, pas plus brillant, «Ney» a trop souvent été la victime d'un toro. Pire, lorsque ses milieux parvenaient à le joindre, il enchaînait les mauvais choix. Un seul centre réussi sur quatre tentés, 50% de duels remportés (10/20) et... 27 ballons perdus, soit 47% des ballons touchés ! De quoi devenir la caricature de l'artiste dans un mauvais soir, la fatigue aidant. Une louche pour personne (61e), un dribble forcé directement en touche, avant la conclusion, logique : un carton jaune pour une faute pleine de frustration (81e). Neymar aurait pu ouvrir le score sur une frappe du gauche (18e), mais Manuel Neuer en décidait autrement... Passeur sur l'action, Kylian Mbappé a vécu une soirée tout autant cauchemardesque.

Lire aussi : Les notes du match

Mbappé, l'absence du dernier geste

Finie dans les larmes, la soirée du champion du monde français aurait pu prendre une tournure bien différente à la 45e minute. Seul au point de penalty, le numéro 7 parisien n'avait plus qu'à ajuster Neuer du droit, pour permettre aux siens de prendre l'avantage juste avant le retour au vestiaire. Finalement, le gardien bavarois n'a même pas eu à plonger, Mbappé exécutant une frappe beaucoup trop molle. Une véritable offrande qui a semblé le couler mentalement pour la suite. Une idée largement corroborée par un manqué, certes hors-jeu mais symbolique, dans un face-à-face avec le même Neuer (89e). Si le garçon de Bondy a touché moins de ballons que Neymar (28), il en a perdu près du tiers (8). Sur l'aile gauche en première période, puis étrangement replacé à droite en seconde, Mbappé n'a jamais pu prendre de vitesse Alphonso Davies. Si ses deux passes clés (18e et 92e, pour Neymar) auraient pu relancer Paris, il n'a jamais paru en mesure de retourner le destin de cette finale. - T.T.
Réagissez à cet article
500 caractères max
Le_sage 25 août à 9:32

et si Cavani avait été à la place de Mbappé à cette 43eme minute ??????on peut refaire l'histoire avec des si mais Cavani aurait peut être mis une patate......Cavani n'aurait pas été de trop de toute façon pour lutter contre cet immense effectif de qualité du bayern.c'est dommage qu'il n'ait pas voulu poursuive de 2 mois.ça me donne l'impression que tout n'a pas été pour le meilleur des mondes, focus vers cet objectif.

Le_sage 25 août à 9:27

la différence d'esprit entre les 2 équipes après les demi-finales :le psg explose de joie dans le vestiaire (pourquoi pas).le bayern n'explose pas de joie car il reste la finale.A la fin, le bayern expose d ejoie et le psg pleure

Fighting-Spirit1933 25 août à 8:24

Neuer les a stoppé. C'est pas tout à fait pareil.Ils auraient marqué un but chacun vous ne diriez pas çà !Regarder les occasions.

Heraclite 25 août à 8:07

J'adore tous ces commentaires de la part de gens qui n'auront jamais a assumer la responsabilite de leurs propos. On croirait desbjournalistes spirtifs ou des critiques de cinema. Juste assez de talent pour critiquer pour les moins mauvais et dire 'j'en etais sûr" aprescque cecsoirvarrive mais d'un silence de tombe avant, des fois que ... on ne sait jamais. Ennfait ce quinest vraibcjestvqu'ils ne savent jamais. Ils'meriteraient tous de s'appeler Apadoo.

zizou650 24 août à 22:13

L'investissement sur ICARDI (55M€ !!) à été un désastre : en poussant l'icône CAVANI vers la sortie et, le pire, c'est qu'il est fantomatique lorsqu'il joue et Tuchel se passe de lui pour un match de ce type... Et que dire du coaching à en pleurer.. Herrera est l'homme du match côté Paris

voir toutes les réactions
ADS :