Axel Ngando vise la montée avec Auxerre. (L'Equipe)

Ngando : «Ne pas se fixer sur le classement»

Prêté par Rennes en fin de mercato, Axel Ngando a été «très bien accueilli» à Auxerre. Après avoir eu droit à 21 minutes face à Brest (0-0), le champion du monde U20 espère se faire une place dès ce samedi à Angers (14h00) pour confirmer que l'AJA «peut monter dès cette saison».

«Axel, comment s’est passée votre intégration à Auxerre, où vous êtes arrivé le 2 septembre dernier ?
Super bien ! J’ai été très bien accueilli. Il y a un bon groupe, une très bonne ambiance, tout le monde m’a mis à l’aise. Il y a beaucoup de jeunes, ça facilite les choses. Je connaissais un peu Donovan Léon, qui avait fait un essai à Rennes lorsque j’étais au centre de formation, mais c’est tout. Pour mon bizutage, j’ai chanté une chanson avant le match à Brest (0-0) : Soprano, ''A la bien''. Je n’ai pas d’origines marseillaises, j’ai simplement pris quelque chose de simple à chanter !

Avez-vous une idée du poste auquel vous serez utilisé ?
Je ne sais pas, tout dépend du système que le coach veut mettre en place. Je l’avais eu au téléphone avant d’arriver, il m’avait expliqué ce qu’il comptait faire avec moi et ça m’a plu. Il sait à quel poste je suis capable de jouer, on verra bien. Je suis plus à l’aise dans l’axe, même si je peux jouer sur les côtés.

«Au moins, Rennes a été honnête...»

Et sur votre temps de jeu, avez-vous reçu des assurances ?
On ne peut pas promettre à un joueur d’avoir du temps de jeu, c’est à lui de faire ce qu’il faut sur le terrain. L’entraîneur m’a simplement dit que si j’étais bon et que je faisais ce qu’il fallait, j’aurais ma chance.

Gardez-vous un peu de rancoeur envers le Stade Rennais, qui vous a fait savoir à votre retour de la Coupe du monde U20 qu’il ne comptait pas sur vous ?
J’ai fait le choix d’aller à Auxerre pour une saison, il n’y a pas de problèmes avec Rennes. Ç’a été dur bien sûr, parce que je voulais vraiment m’imposer cette saison avec mon club formateur. Au moins, ils ont été honnêtes avec moi en me disant que je n’aurais pas le temps de jeu que je souhaitais. Maintenant, je suis très content d’être à Auxerre.

Auriez-vous également pu rejoindre Angers, votre adversaire ce samedi (14h00) ?
Alors ça, je n’étais pas au courant avant de le lire dans les médias... Ce n’était qu’une rumeur, Angers ne m’avait pas contacté. Il y avait d’autres clubs intéressés, mais depuis le début, ma priorité était de rejoindre l’AJA. C’est un club reconnu, avec une histoire, mais aussi des ambitions et un projet qui m’ont séduit. Je n’ai pas hésité.

Ce déplacement est important, d’autant qu’Auxerre (12e) a du mal à se lancer…
Oui mais ça passe par du jeu. Il ne faut pas se fixer sur le classement, se dire qu’on doit absolument gagner. On doit se concentrer sur nous et sur notre jeu, le reste viendra tout seul. Il nous manque encore quelque chose, mais ce n’est que le début de la saison. Dès que ça va se lancer, on va enchaîner et gagner beaucoup de matches. Je ne m’inquiète pas.

«Angers ne m'avait pas contacté, ce n'était qu'une rumeur. Dès le début, ma priorité était l'AJA»

«Selon moi, Auxerre peut monter dès cette saison»

L’AJA peut-elle vraiment viser la montée ?
Je pense que oui. On a une bonne équipe, pour moi on peut le faire dès cette année. C’est d’ailleurs l’objectif du club. Maintenant, il ne faut pas se prendre la tête avec ça.

L’étiquette de Championnat ''dur'' qui colle à la peau de la Ligue 2 aurait-elle pu vous freiner, vous qui avez un gabarit modeste (1,77 m, 66 kg) ?
Non, de toute façon la Ligue 1 est physique aussi ! Chacun a ses qualités, mais ça ne m’a pas freiné. Je suis les matches de L2 donc je sais à quoi m’attendre. Si j’ai été impressionné par un joueur ? Je ne connais pas tout le monde, mais pas particulièrement pour l’instant.

Deux mois après, vous n’en avez pas marre qu’on vous parle sans cesse de votre titre de champion du monde ?
C’est un peu normal, c’est le plus beau titre de mon début de carrière, donc ça ne me dérange pas. Ceci dit, je suis passé à autre chose maintenant. Ce titre n’a pas changé grand-chose. Il m’apporte de la confiance, mais je suis toujours le même…»

Propos recueillis par Cédric CHAPUIS (@cedchapuis)