seri (jean michael) (F.Golesi/L'Equipe)
Ligue 1 - 30e journée

Nice-PSG : comment se passe la saison de Seri depuis son transfert avorté à Barcelone ?

Après un transfert à Barcelone avorté cet été, Jean Michaël Seri a dû accepter de rester à Nice pour une année supplémentaire. Le milieu ivoirien brille moins cette saison mais il pourrait être un élément clé dans le sprint final niçois.

C'est l'histoire d'un rêve brisé. Il faut remonter à l'été dernier pour se remémorer un des feuilletons du mercato : le transfert de Jean Michaël Seri. Le milieu de terrain ivoirien devait rejoindre le FC Barcelone, le club de ses rêves. Puis, la situation devient très floue et le joueur apprend qu'il ne rejoindra finalement pas le club catalan. Pourquoi ? Seri accuse les dirigeants niçois d'avoir été trop gourmands, son agent accuse le PSG de s'être mêlé au dossier et Nice déplore le revirement du Barça. «Je le vis très mal. Je ne vais pas vous mentir, je suis touché. Pour moi, le football a toujours été une fête, c'est de la joie. Mais je n'ai pas joué avec Nice en fin de semaine car je n'ai plus la tête au foot», expliquait Seri dans les colonnes du Mundo Deportivo fin août dernier. Le mal était fait et la saison de Seri s'annonçait déjà très compliquée.

Moins décisif mais toujours convoité

Pour Jean Michaël Seri, il s'agissait alors de digérer cette opportunité manquée. Et pour Nice de faire en sorte de retrouver son métronome qui l'avait tant aidé à conquérir le podium la saison précédente (7 buts, 10 passes décisives). «J'ai vécu des moments délicats. Ils resteront en moi jusqu'à la fin de ma carrière, mais aujourd'hui j'ai tourné la page», confiait Seri dans Le Parisien en novembre. Son entraîneur Lucien Favre voulait lui aussi oublier cet épisode et faisait l'éloge de son joueur après la victoire contre Monaco (4-0) en septembre : «Seri est merveilleux comme joueur et comme homme, c'est du même niveau. Il a toujours été très positif avec nous (...) C'était une grosse déception pour lui de ne pas aller à Barcelone. Mais il y a une capacité d'acceptation chez lui assez incroyable.» Seri reste un joueur majeur chez les Aiglons cette saison (22 apparitions en Ligue 1) mais ses statistiques sont décevantes (1 but, 4 passes décisives).
Cette baisse de régime n'a pas empêché certains clubs d'affirmer leur intérêt pour le joueur cet hiver. À la recherche d'un milieu de terrain, le Paris Saint-Germain s'était renseigné pour un prêt payant avec option d'achat non obligatoire d'après les informations de Nice-Matin. En Premier League, le joueur aurait aussi eu la cote à Manchester City, Manchester United et Everton. Mais Seri avait fermé la porte dès septembre en conférence de presse : «Il n'est pas question d'un départ pour moi au mercato d'hiver. Je suis niçois jusqu'en juin prochain.» Il restera alors un an de contrat à Nice pour le joueur qui dispose d'une clause libératoire qui s'élèverait à 40 millions d'euros.
Cyprien-Seri, une doublette qui fonctionne bien. (JFK/EXPA/PRESSE SPORTS/PRESSE SPORTS)
Cyprien-Seri, une doublette qui fonctionne bien. (JFK/EXPA/PRESSE SPORTS/PRESSE SPORTS)

Le retour du vrai Seri ?

Côté terrain, il ne faut pas non plus sous-estimer l'apport de Seri dans le jeu niçois cette saison. L'Ivoirien reste le joueur qui touche le plus de ballons en Ligue 1 (2197). Comme lors du dernier exercice (3325 ballons joués), il maintient une moyenne de quasiment 100 ballons captés par rencontre en Championnat. Seri est un élément clé dans l'approche de Lucien Favre qui prône un jeu de possession (Nice est 3e avec une moyenne de 56%) et qui a donc besoin de milieux de terrain capables de tenir et faire circuler le cuir. Dans cette optique, la longue absence de Cyprien pourrait avoir pénalisé l'OGCN mais aussi Seri. Le joueur de vingt-six ans paraît plus à l'aise quand il évolue avec l'ancien Lensois. Après deux matches moyens contre Nantes (65 ballons joués) et Dijon (75) sans Cyprien titulaire, il s'est montré beaucoup plus disponible lors des deux dernières victoires niçoises en touchant plus de cent ballons (110 contre Lille et 116 contre Guingamp) avec Cyprien à ses côtés pendant 90 minutes. Il reste trois mois à Seri pour briller à Nice, avant de quitter – pour de bon cette fois – le club dans lequel il s'est révélé.
Clément Gavard 
Réagissez à cet article
500 caractères max
calvinissa 18 mars à 5:48

Seri est un joueur exceptionnel il a fait un bien fou à Nice j'espère qu'il trouvera un grand club