(L'Equipe)
CM - Les 100 de FF

Nílton Santos (Brésil), nouvel épisode de nos 100 joueurs qui ont marqué l'histoire de la Coupe du monde

27 mai - 14 juin : dans exactement 18 jours, débutera le Mondial 2018 en Russie. Jusqu'au coup d'envoi, FF vous livre, par ordre alphabétique, sa liste des 100 joueurs qui ont marqué l'histoire de la Coupe du monde. Quatre-vingt-troisième épisode avec Nílton Santos.

Son histoire avec la Coupe du monde

«L'Encyclopédie du football», comme il était surnommé, a été sélectionné pour quatre Coupes du monde entre 1950 et 1962, même s'il n'a joué que lors de trois éditions. Son premier rendez-vous manqué en 1958, au cours d'un match face à la Hongrie («La bataille de Berne») durant lequel le joueur est exclu, précédait deux matches beaucoup plus réussis avec la sélection auriverde. Le Brésil remporte le mondial 1958 en Suède avec notamment un but du latéral gauche (voir ci-dessous : le moment marquant) lors de la phase de groupes, face à l'Autriche. Avant de conserver son titre quatre ans plus tard, au Chili, à l'issue d'une victoire (3-1) face à la Tchécoslovaquie de Masopust. Lors de ces deux compétitions, Nílton Santos joue l'intégralité de toutes les rencontres, marquant les esprits par son élégance sur le terrain, son habileté balle au pied.

Le moment marquant

Nílton Santos n'a marqué que trois buts pour la Seleção en 75 sélections. Mais il y en a un qui est resté particulièrement dans les annales. Celui inscrit lors de la Coupe du monde 1958 face à l'Autriche. Déjà parce que le défenseur gauche est parti de sa propre moitié de terrain pour finalement inscrire son but. Mais surtout car en 1958, les défenseurs étaient censés ne rien apporter en attaque pour leur équipe. De part cette velléité offensive, Nílton Santos révolutionnait donc son époque, et devint au final le précurseur du latéral piston tel qu'on le connait aujourd'hui : capable de défendre, mais aussi de se projeter vers l'avant.

Le chiffre : 37

En remportant la Coupe du monde 1962, Nílton Santos est devenu à 37 ans l'un des joueurs les plus âgés à remporter le Mondial. Il détenait d'ailleurs ce record à l'époque, et ce jusqu'en 1982, lorsque l'Italien Dino Zoff soulevait le trophée à 40 ans.

L'archive de FF

Le 22 juillet 1958, après que le joueur ait remporté la Coupe du monde (nommée Coupe Jules Rimet à ce moment-là) avec le Brésil, France Football revenait sur les grandes figures du Mondial. De quoi parler du latéral brésilien, et se pencher sur ses caractéristiques sur le terrain : «Pendant cette finale, Nílton confirma trois caractéristiques de son jeu, en plus de son excellent marquage individuel, le plus serré de tous. La première est son habileté à effectuer les volées de revers, le corps allongé en l'air, horizontalement. La deuxième consiste à renvoyer en jeu, et très souvent à un partenaire, une balle rapide ou à effet, qui prenait la direction de la touche ou de l'au-delà de la ligne de but. La troisième s'exprime sous la forme d'une feinte, extraordinaire d'audace et de précision, qui est accomplie jusqu'aux abords de la surface des six mètres. Sa double manœuvre est si prompte, si élégante, si surprenante qu'elle réussit à tous les coups et que son auteur a le loisir de mener une contre-offensive, parfois (match contre l'Autriche) jusque dans le but adverse.»
Réagissez à cet article
500 caractères max