Noël Le Graët veut plus de 5 000 personnes pour la finale de la Coupe de France. (R. Martin/L'Équipe)
Coupe

Noël Le Graët espère toujours plus de 5 000 spectateurs pour la finale de la Coupe de France

Le président de la Fédération française de football espère toujours une jauge « plus large » pour PSG - Saint-Étienne, le 24 juillet, que celle autorisée à ce jour par le gouvernement.

Le président de la Fédération française de football Noël Le Graët, espère toujours une jauge « plus large » que les 5 000 spectateurs autorisés pour la finale de la Coupe de France entre le PSG-Saint-Étienne, qui devrait se jouer le 24 juillet.
Il semble ainsi prendre samedi le contre-pied des annonces du gouvernement. « La réouverture des stades à partir du 10 juillet, avec le retour des spectateurs limités à 5 000 personnes, représente également une étape importante dans l'organisation des matches à venir », dit le patron du football français dans un communiqué.
Ce développement permet « d'envisager une ouverture prochaine plus large d'accueil des spectateurs concernant la finale de la Coupe de France masculine fin juillet, la finale de la Coupe de la Ligue, les demies et la finale de la Coupe de France féminine début août ainsi que la reprise des Championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 programmés fin août », affirme Le Graët.
Les annonces faites par le gouvernement dans la nuit de vendredi à samedi ferment pourtant la porte à une jauge supérieure à 5 000 personnes pour l'épilogue des Coupes nationales, reportées en raison du coronavirus. « La situation sera réévaluée avant le 11 juillet pour une éventuelle augmentation de cette jauge, à partir de la mi-août », a ainsi indiqué le ministère des Sports dans un communiqué.
Réagissez à cet article
500 caractères max
florent02 4 juil. à 9:54

M. Le Graët sollicite une dérogation au décret sur le nombre de spectateurs dans les réunions publiques, lui qui refuse toute dérogation sur le nombre de clubs en L1. C'est vraiment indécent de sa part. Avec un peu d'humour, je lui conseille de saisir le conseil d'Etat.

ADS :