05.03.2014, Warszawa, pilka nozna, football, mecz towarzyski, friendly game, Polska - Szkocja, Poland - Scotland, Ludovic Obraniak (POL), Darren Fletcher (SCO), fot. Tomasz Jastrzebowski / Foto Olimpik *** Local Caption *** (L'Equipe)

Obraniak : «J'ai envie de faire l'Euro avec la Pologne»

Désormais en Israël, au Maccabi Haïfa, Ludovic Obraniak reste un joueur attachant et très intéressant. Toute cette semaine, jusqu'à dimanche, il a accepté pour FF de raconter sa carrière, que ce soit les bons comme les mauvais moments. Premier épisode : sa situation avec la sélection polonaise à huit mois de l'Euro.

«J’avais décidé d’arrêter la sélection (NDLR : en mai 2013, Obraniak ne voulait plus être appelé tant que le sélectionneur était Waldemar Fornalik). Quand il a pris ses fonctions, le nouveau coach, Monsieur Nawalka, était venu me voir à Bordeaux. Il m’avait demandé de revenir et je l’avais fait. Malheureusement, ensuite, je n’ai pas eu le temps de jeu espéré à Brême. Monsieur Nawalka est un entraîneur assez "old school" qui travaille au mérite. Il est arrivé à la tête de la sélection en changeant certaines choses. Et si tu ne jouais pas en club, tu n’étais du coup pas crédible pour pouvoir évoluer en sélection. J’ai donc dû faire l’impasse pendant plus d’un an (NDLR : sa dernière cape remonte au 13 mai 2014 en Allemagne, 0-0). Le sélectionneur a composé avec d’autres joueurs, des jeunes notamment. Ça a l’air de fonctionner. Ils ont fait une phase de qualifications à l’Euro 2016 très intéressante, ils sont qualifiés. Sans moi pour l’instant.

«Si jamais la sélection a besoin de moi...»

J’ai toute confiance en Monsieur Nawalka, on a pu discuter, se dire les choses clairement par rapport à ma situation. Je n’ai donc aucune surprise. Il a imposé une certaine rigueur, c’est quelqu’un de très honnête, de strict. Il a imposé des règles de vie, de jeu dont on avait besoin. Il a fait des choix forts de prendre plus de jeunes et des joueurs évoluant dans le Championnat polonais. Pour le moment, ce mélange fonctionne bien. Je comprends totalement qu’il ne soit pas, pour le moment, dans l’optique de m’appeler. Mais il peut compter sur moi. Que ce soit maintenant ou dans le futur, je serai disponible pour l’équipe nationale et il le sait. À moi de me concentrer sur mes prestations avec le Maccabi Haïfa. Si jamais la sélection a besoin de moi, j’y retournerai avec grand plaisir.
 
L’Euro 2016, j’ai forcément envie d’y participer avec la Pologne. En tant que franco-polonais, ça serait incroyable. Même si ce n’est pas terminé, les chances s’amenuisent au fil du temps. Ne pas avoir participé à la majeure partie des qualifications est un vrai handicap dans l’optique d’être sélectionné pour la compétition. Mais dans un groupe élargi, sait-on jamais.»

Timothé Crépin