Olivier Echouafni, ici en Championnat lors de PSG-Lyon (1-1). ( A. Mounic/ L'Équipe)
Ligue des Champions (Femmes) - PSG

Olivier Echouafni (entraîneur du PSG féminin) : « Il faut élever notre niveau »

Avant le quart de finale retour de Ligue des champions face à Chelsea, ce mercredi, Olivier Echouafni, l'entraîneur du PSG féminin est conscient que son équipe doit faire mieux pour se qualifier, après la défaite du match aller (0-2).

« Dans quel état d'esprit est l'équipe à la veille du rendez-vous face à Chelsea ?
Imaginez. Elles ont une grande envie d'être sur le terrain et de réaliser un exploit. Toute l'atmosphère autour de la Ligue des champions, elles ne l'avaient pas intégrée totalement avant le match aller. Depuis trois jours elles ont compris. Elles ont envie de prendre leur revanche.
Le PSG craque à Chelsea
Vous devez remonter deux buts mais si vous en prenez un cela deviendra très difficile. Quelle est l'équation pour demain ?
Chelsea a été très réaliste. Deux frappes cadrées, deux buts. Mais nous n'avons fait qu'une seule frappe cadrée. La sortie de Diallo nous a troublés et a perturbé notre organisation. Ensuite il faut faire avec les blessures. Malgré cela on aurait pu et dû garder le résultat. La stratégie n'est pas évidente. On a envie d'aller de l'avant pour rattraper ces deux buts, mais il ne faut pas en prendre. On a un grand match à faire et il faut mettre tous les ingrédients pour le faire. Le groupe en est capable. Il faut une prise de conscience en termes d'intensité et de niveau. Il faut que les filles qui n'étaient pas vraiment à leur niveau à Chelsea puissent l'élever pour qu'on puisse se créer des occasions et marquer. On n'est pas en dessous de cette équipe. Mais pour la battre il faut faire des courses à haute intensité. Il faut élever notre niveau.
Le tableau des quarts de finale
Il y aura environ 12 000 spectateurs. Vous rêvez d'une remontada à l'envers ?
Ça va être quelque chose de très fort émotionnellement. On adore jouer ces matches-là. Les filles ont envie de montrer le meilleur d'elles-mêmes, de faire mieux qu'à Chelsea. Même si à Chelsea, on a fait une première mi-temps très cohérente. On a manqué d'expérience peut-être dans les 15 dernières minutes. Chelsea c'est une équipe à 27-28 ans de moyenne d'âge et nous 23 et encore en comptant dans le groupe Formiga qui a 41 ans. Cette expérience nous a manqué.
« Jean-Bouin c'est le ressort. C'est un grand stade. Ça doit être un avantage pour nous »
Le public va-t-il avoir un rôle ?
On compte sur cet appui fabuleux. Peu importe ce qu'il s'est passé au match aller (les Ultras parisiens avaient été refoulés à l'entrée du stade). Les Ultras vont être très motivés pour pousser les filles, qu'elles aillent au bout d'elles-mêmes et surtout qu'elles n'aient pas de regret. Ce stade de Jean-Bouin c'est un peu notre porte-bonheur. On y est invaincu cette saison et on tourne à une moyenne de presque 3,5 buts par match. Les trois buts qui nous manquent pour passer. Jean-Bouin c'est le ressort. C'est un grand stade. Ça doit être un avantage pour nous. On a envie de prendre notre revanche.
Certains Ultras en veulent un peu au PSG après ce qu'il s'est passé la semaine dernière. Ils trouvent que le club aurait pu les soutenir plus. Vous craignez qu'ils ne soient pas derrière l'équipe ?
Absolument pas. Ils aiment cette équipe, ils aiment ce groupe. Ils ont une grande envie de mettre plus de pression avec ces deux buts à remonter. Ils seront derrière nous je ne me pose pas du tout de questions là-dessus.
Le club a vécu deux fois cette situation de remonter un handicap il y a deux ans. Vous en avez parlé aux joueuses ?
Oui on en a parlé. Certaines étaient déjà. Elles savent comment faire. Jamais deux sans trois. Il faut le faire.
Qu'est-ce qui vous fait croire que la remontada est possible ?
J'ai confiance en mon groupe. Je sais ce qu'elles peuvent faire même si elles n'en sont pas toujours conscientes. Demain c'est l'exemple parfait pour faire un grand match. Il y a un côté émotionnel qui vous pousse. On se doit de réagir et on en a les capacités.
« Marie-Antoinette Katoto a vraiment envie d'aller très loin et très haut »
Wang n'était pas titulaire à l'aller. Pourquoi ?
Elle sortait d'une entorse de la cheville et n'était pas à 100 %. Avec la sélection et son ancien club, elle est mobilisée depuis un an et demi sans vacances. Elle est, en ce moment, un petit peu dans le dur. Mais je sais que sur les grands matches elle va répondre présente. Si elle est titularisée, je suis sûre qu'elle sera performante.
Et pour la gardienne vous aviez choisi Endler. Est-ce qu'il faut s'attendre à un nouveau roulement ?
J'ai la chance d'avoir deux gardiennes performantes qui ont été à la hauteur toutes les deux en Championnat ou en Coupe. Demain (mercredi) je vais sans doute continuer avec Endler pour être dans la continuité de ce match de Coupe d'Europe.
Quel est l'état d'esprit de Marie-Antoinette Katoto après sa non-sélection ?
C'est un choix que je n'ai pas à commenter. Je crois beaucoup en Marie-Antoinette. Elle est très jeune et on lui demande déjà énormément. Elle a beaucoup de pression. C'est la meilleure buteuse du Championnat (18 buts) à seulement 20 ans. J'espère qu'elle aura l'occasion de montrer sa déception sur le terrain. Mais je n'ai pas de doute là-dessus car elle a vraiment envie d'aller très loin et très haut.
Corinne Diacre : « Pour Marie-Antoinette Katoto, ce n'est pas une sanction »
Vous avez discuté avec Corinne Diacre de sa non-sélection ?
Non, non, pas du tout.
Diacre dit qu'elle est moins performante dans les gros matches, c'était un peu le cas à Chelsea.
Elle a fait énormément d'efforts à Chelsea. Elle n'a pas été récompensée mais son travail pour le collectif a été assez incroyable. Les chiffres parlent pour elles puisqu'elle a atteint athlétiquement des données qu'elle n'avait jamais atteintes. Ensuite je sais bien que ce qu'on demande à une attaquante c'est de marquer des buts. Mais elle a très bien travaillé pour le collectif. Il faut changer des choses pour l'alimenter plus en ballons. »
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :