(R.Martin/L'Equipe)
Ligue 1 - 20e journée

On a aimé... ou pas : le débrief de FF pour la 20e journée de Ligue 1

Après chaque journée de Ligue 1, FF débriefe le week-end à travers ce qui a plu ou non à la rédaction. Vingtième épisode avec PSG-Monaco, le duo Aouar-Caqueret ou les huis clos.

On a aimé

Ce PSG-Monaco haut en couleurs
Dans ces matches où les buts se succèdent, c'est toujours le verre à moitié vide ou à moitié plein. Féliciter les attaquants ou critiquer les défenseurs ? A FF, on a choisi. Entre un 0-0 logique entre deux blocs compacts et un 3-3 qui récompense deux équipes joueuses, on vote sans réflechir pour la deuxième solution. Sûrement notre côté poète... Mais les joueurs de ballon que sont Neymar, Mbappé, Di Maria, Ben Yedder ou encore Gelson Martins ont certainement pris du plaisir dimanche soir au Parc des Princes. Et franchement, nous aussi !

Ce PSG-Monaco était le plus beau match de L1 depuis le début de saison

La performance XXL du duo Aouar-Caqueret
L'OL n'a pas souvent brillé dans le jeu depuis le début de saison. Mais, sous la houlette d'un tandem Caqueret-Aouar intenable samedi, les Lyonnais ont peut-être livré à Bordeaux leur meilleur match depuis des lustres. Avec un petit peu plus de réalisme, ou de réussite, comme sur ce petit piqué de Dembélé sur la barre, ils auraient dû quitter la Gironde sur un score bien plus flatteur. Vifs, techniques, percutants et intelligents dans le jeu, les deux hommes ont amené une bouffée d'air frais aux supporters rhodaniens. Qui devraient très vite en redemander...

Le duo Aouar-Caqueret ne doit plus sortir du onze lyonnais

L'état d'esprit marseillais
Remplacé par Kevin Strootman, auteur du but de la victoire, à dix minutes du terme, Valentin Rongier a tenu à saluer l'attitude du Batave, après la rencontre. Interrogé par Canal+, l'ancien milieu du FCN n'a pas fait dans la demi-mesure : «L'état d'esprit de l'équipe est bon, à chaque match. Comme ce soir avec l'entrée de Kevin (Strootman) à ma place. On a un groupe formidable et je pense qu'on le retranscrit sur le terrain.» Et dans le vestiaire. Quelques minutes après le coup de sifflet final, l'ensemble du groupe marseillais - staff inclus - prenait la pose, tout sourire mais poings serrés, dans les coursives du Roazhon Park. Instantané d'une première partie de saison qui aura vu les joueurs d'André Villas-Boas afficher la détermination et l'attitude qu'un prétendant au podium doit montrer. Cela contraste avec celui que ce même groupe - ou presque - présentait la saison passée.

Avec ce groupe, l'OM accrochera la Ligue des champions

Ces trois "golazo" en dix minutes
Charbonnier, Mbock, Delort. Ces trois hommes-là ont considérablement égayé notre samedi soir de Ligue 1 en signant trois buts tout simplement sublimes, et à quelques minutes d'intervalle. L'attaquant brestois a d'abord inscrit son premier but en Ligue 1 depuis le mois d'août d'un bijou de volée en pleine lucarne à Toulouse (72e). Puis son jeune coéquipier Hiang'a Mbock a ouvert son compteur en pro d'un missile de trente mètres (79e). Avant qu'Andy Delort n'offre la victoire à Montpellier sur la pelouse d'Amiens d'une volée que JPP n'aurait certainement pas reniée. Trois bijoux en dix minutes, voilà une belle façon de nous rabibocher avec des samedis soirs de Ligue 1 souvent assez tristes.

Les joueurs de Ligue 1 manquent souvent d'audace face au but

Le tandem Blas-Simon en feu
Si Saint-Etienne a enregistré un quatrième revers de rang en Ligue 1, il le doit en partie à la grande forme du tandem nantais Ludovic Blas-Moses Simon. Tous deux arrivés cet été, les deux hommes ont poursuivi leur folle série dans le chaudron : quatrième passe décisive en six matches de Championnat pour le Nigérian, quatrième but en six matches de L1 pour l'ancien Guingampais, le tout sur trois offrandes de Simon. Le bilan du FCN sur la période ? Quatre succès, et une quatrième place à la clé.

On n'a pas aimé

L'ennhuis clos
Un match sans supporters, c'est un match sans vie, sans âme. Ça n'a pas déplu à Nantes, qui en a profité pour aller s'imposer dimanche dans un Chaudron stéphanois sans eau ni braises. Ça nous a par contre déplu à nous, journalistes, et peut-être aux Dieux du football. Si on les invoque volontiers lors des scénarios déjantés, ces derniers ne doivent pas vraiment kiffer ces rencontres moroses et tristes. Ce n'est pas entendre les consignes des staffs, dans ce silence de cathédrale, qui a dû les rassurer sur l'état du foot français. En tout cas, facile de résumer la situation. Sanction bête et méchante = ennui.

Les huis clos sont inutiles

Ce LOSC incroyablement fragile loin de ses bases
Le LOSC en déplacement cette saison en Championnat, c'est dix matches joués pour sept défaites, deux nuls et une seule victoire (à Lyon 1-0). Soit le dix-huitième bilan de l'élite à l'extérieur. Contre Dijon samedi soir, les Dogues auraient pu profiter du fait de jouer contre le 16e du Championnat pour se relancer loin de leurs bases, surtout que les locaux ont très vite été réduits à dix. Mais l'équipe de Christophe Galtier est (encore) tombée au Stade Gaston-Gérard, sur un but de Tavares. Toutes ces contre-performances à l'extérieur font stagner les Lillois à la cinquième place du classement, alors qu'ils pouvaient grimper sur le podium en cas de victoire.

Avec un tel bilan en déplacement, Lille ne peut pas prétendre au podium

B. Ro., T.P., A.B. et M.D.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :