(F.Porcu/L'Equipe)
Ligue 1 - 5e journée

On a aimé... ou pas : le débrief de la 5e journée de Ligue 1 à la sauce FF

Comme après chaque journée de Ligue 1, FF débriefe le week-end avec ce qu'il a aimé ou pas durant les dix rencontres. Cinquième épisode de la saison.

On a aimé

La confirmation d'Ignatius Ganago
Il avait montré quelques promesses à Nice mais restait trop brouillon pour exploiter pleinement son potentiel. Depuis son arrivée à Lens, Ignatius Ganago est un autre homme. Comme libéré, le Camerounais explose au sein du trio qu'il forme avec Gaël Kakuta et Florian Sotoca. Puissant, rapide et jamais avare d'efforts, le Lensois a désormais ajouté la finition à ses qualités. Avec quatre buts marqués depuis le début de la saison dont le dernier ce week-end face à Nîmes (1-1), il pointe en tête du classement des buteurs à égalité avec Memphis Depay. Si le RC Lens continue sur sa bonne lancée, qui sait combien de buts Ganago peut-il inscrire cette saison ?

Ganago dépassera la barre des 15 buts cette saison

Le réalisme rennais
Sur la pelouse du leader stéphanois, Rennes a obtenu une victoire nette et méritée. Dominateurs tout au long du match, les joueurs de Stéphan ont surtout brillé par leur réalisme. Ils repartent du Chaudron en ayant marqué à trois reprises sans pour autant avoir accumulé les grosses occasions. Les Rennais sont en pleine confiance et ça se voit devant le but, à l'image des deux superbes réalisations de Serhou Guirassy et Adrien Hunou. Toujours plus prometteur pour la suite.

On peut déjà dire que Rennes est un candidat plus que crédible au top 3 en fin de saison

Ce Neymar si juste et si fin
Il a rarement été aussi "bas" sur un terrain, mais cela a été loin de nous déplaire. Attendu bien plus haut et aux avants-postes avec ses trois compères (Mbappé, Icardi et Di Maria), Neymar était en fait un numéro 8 sur la pelouse du Stade de Reims. Numéro 8 organisateur et première rampe de lancement. Et quand vous ajoutez la justesse, la précision et la finesse du Brésilien, cela donne une prestation à relever. Neymar a caliné le cuir pour l'envoyer vers ses coéquipiers (cette passe sublime du pied gauche longue de 40 mètres dans le premier acte). Et quand il se lançait vers la surface rémoise, il ajoutait à sa palette des dribbles et une vitesse d'exécution formidables. Son slalom de la 43e minute aurait été incroyable en cas de concrétisation devant Rajkovic. Bref du grand Neymar qui, de retour de suspension, semble être en grande forme.

À ce niveau, Neymar est un joueur d'exception

Bernardoni qui maintient Angers en vie
Dans une première période au cours de laquelle sa défense fuyait de toute part, Bernardoni a tenu la baraque de superbe manière contre les attaquants brestois. S'il ne peut rien sur le penalty de Mounié ou sur le deuxième but de Charbonnier, le gardien angevin a sorti deux énormes parades sur le même Mounié et Faivre dans les derniers instants avant la pause. De quoi empêcher Brest de faire le break et permettre à Angers de renverser la rencontre pendant le second acte. Ces trois points, ce sont d'abord les siens.

Bernardoni, l'un des meilleurs coups du mercato estival

On n'a pas aimé

Ces deux Olympiques sans idées
La victoire à Paris semble bien loin pour l'OM. Face à Metz samedi, les Marseillais ont enchaîné un troisième match consécutif sans victoire à domicile. Comme face à Lille, les coéquipiers d'un Payet encore décevant ont dû compter sur un but tardif pour arracher le nul. De son côté, l'OL en est à quatre matches de suite sans victoire après un nul péniblement obtenu à Lorient. Dans un match d'une grande pauvreté, les hommes de Garcia doivent une fière chandelle à Dubois pour son but égalisateur. On aurait aimé voir deux équipes au top pour leur duel dimanche prochain. Au contraire, elles nous inquiètent plus que jamais...

Actuellement, question jeu, l'OL et l'OM ne font pas partie des dix meilleures équipes de Ligue 1

La pauvreté du jeu bordelais
Cinquième rencontre pour les Bordelais depuis le début de Championnat, et encore un match nul et vierge à mettre à leur actif (0-0 contre Nice). C'est le troisième pour les hommes de Jean-Louis Gasset, après ceux concédés contre Nantes et Lyon, et cela commence à devenir inquiétant. Certes, il y a un léger mieux et les coéquipiers de Laurent Koscielny ont frappé à dix-huit reprises contre Nice. Mais l'animation offensive est toujours insipide, manquant cruellement de liant et surtout d'intentions. Vite, il faut ramener Hatem Ben Arfa en Gironde pour dynamiser tout cela !

Bordeaux doit absolument faire signer Ben Arfa

La fébrilité dijonnaise
Ils pensaient enfin tenir leur première victoire de la saison mais les Dijonnais ont craqué. Alors qu'ils menaient 2-1 face à Montpellier, les hommes de Stéphane Jobard ont bêtement concédé un penalty sur une faute évitable de Jonathan Panzo (90e). Téji Savanier ne s'est pas fait prier pour le transformer et renvoyait ainsi Dijon à ses démons. En cinq matches, le DFCO a encaissé dix buts, beaucoup trop pour espérer décrocher une victoire qui leur échappe depuis le début de saison. Avec le possible départ d'Alfred Gomis vers Rennes, la défense dijonnaise, déjà fébrile, pourrait perdre un de ses rares repères. Rien de très rassurant en vue pour jouer le maintien en Ligue 1.

La défense de Dijon va les emmener tout droit en L2

Réagissez à cet article
500 caractères max
Pelao78 29 sept. à 11:12

C est inquiétant pour l om qui n engrange pas beaucoup de points en début de saison, ça va être autre chose quand il va falloir en plus assumer une participation en LDC, on va bien rigoler même si on rigole déjà bien...c est Marseille bb comme dirait l hymne marseillais de Jul ^^ et Payet, on t attend au tournant

ghys59 28 sept. à 14:55

J'ai détesté Sanson quand il a égalisé. Comme je hais l'OM, ce club de pleurnicheuses. Où sont les grandes g... Payet, le lamentable provocateur et Thauvin, qui demande qu'on lui fasse confiance? A leur vrai bas niveau...

voir toutes les réactions
ADS :