nkunku (christopher) (S. Mantey/L'Equipe)
Ligue 1 - 26e journée

On a aimé... ou pas : le débrief du week-end pour la 26e journée de Ligue 1

Après chaque journée de Ligue 1, FF.fr débriefe le week-end à travers ce qui a plu ou non à la rédaction. Vingt-sixième épisode de la saison avec Lille, Nkunku, Montpellier ou encore Bernardoni.

On a aimé

Le gros match de Nkunku
Difficile, au sein d'un effectif riche comme celui du PSG, de se faire une place au soleil. Très peu utilisé depuis le début de saison, Christopher Nkunku profite actuellement de la multiplication des matches pour gratter un peu de temps de jeu. Et, le moins que l'on puisse dire, c'est que le joueur formé au club le rentabilise parfaitement. Titularisé mercredi soir face à Montpellier, le milieu de 21 ans avait inscrit le troisième but des siens (5-1), son deuxième de la saison en Championnat. De nouveau aligné dans le onze samedi contre Nîmes, il a encore livré un match brillant. Remuant, il a ouvert la marque pour les siens d'un bel enchaînement contrôle-reprise dans la surface sur un caviar de Verratti. Avant d'offrir le troisième but à Mbappé. La toute première fois qu'il se retrouve buteur et passeur décisif dans un même match au sein de l'élite. Pisté cet hiver par Arsenal, son agent, José Pierre-Fanfan, avait répété que son poulain, sous contrat jusqu'en 2020, avait besoin de jouer pour «franchir un palier» et qu'il était prêt, pour cela, à partir. Visiblement, son coach l'a entendu...

Le PSG doit prolonger et garder Christopher Nkunku

La résilience guingampaise
Guingamp n'a pas abdiqué ! Alors que les Bretons filaient tout droit vers un triste match nul sans but, les hommes de Jocelyn Gourvennec ont trouvé les ressources nécessaires pour arracher un précieux succès à la dernière minute face à Angers. La joie de Lucas Deaux, le héros du soir, en dit long. Ce but vaut très très cher et redonne vie à tout un club. Durant la rencontre, tout n'a pas été parfait, loin de là. La prestation de l'EAG a été émaillée par un déchet technique conséquent. Mais un maintien se cherche avec le cœur et les tripes. Le club pointe désormais à seulement deux points de Dijon, 18e et virtuellement barragiste. Guingamp n'est pas mort et il le doit essentiellement à un état d'esprit remarquable.

Avec cet état d'esprit, Guingamp peut encore y croire

La solidité de Bernardoni
Si Mbappé n'a pas inscrit plus de buts contre Nîmes, c'est bien grâce à lui ! Bernardoni a sorti le grand jeu et a pendant longtemps retardé l'échéance. Finalement, la logique a repris le dessus et le PSG a déroulé, mais tout de même. Avec quatre parades, l'international espoir s'est encore distingué. Une habitude pour lui cette saison. Même si son équipe concède beaucoup de buts, il est souvent celui qui tient en vie les Crocos en tant que dernier rempart. C'est simple : il est le gardien de Ligue 1 qui a réussi le plus de parades (53) et l'un des artisans de l'honorable onzième place du promu. Prêté par Bordeaux, ses performances pourraient-elles faire réfléchir les Girondins en fin de saison ? A suivre...

Bordeaux doit conserver Bernardoni cet été

Le panache nouveau de l'attaque rémoise
On savait le promu particulièrement solide défensivement avec un bloc compact qui laisse très peu d'espaces à ses adversaires. Cette force a permis à Reims de réussir son retour en Ligue 1 en s'assurant un maintien tranquille. Mais avec l'arrivée de Zeneli cet hiver, le talent du secteur offensif a augmenté sensiblement. Et comme dans le même temps, Rémi Oudin marche sur l'eau, ça fait six buts en deux matches, dont quatre sur le terrain de Montpellier. Tout ça alors que le buteur maison Chavarria a joué seulement trente minutes. Le temps pour lui d'inscrire déjà un but pour son retour de blessure. Les voyants sont au vert et les promesses sont nombreuses...

Reims joue les places européennes

On n'a pas aimé

Les Dogues moins mordants
Lille a concédé un deuxième match nul consécutif sur la pelouse de Strasbourg (1-1), après celui à domicile contre Montpellier (0-0). Sans que ce soit inquiétant, les Lillois donnent l'impression de marquer le pas. Surtout, le LOSC semble avoir du mal à forcer le verrou face à un bloc bas. Si Pépé, Bamba, Ikone et Leao adorent dévorer les espaces en contre, le secteur offensif connait des difficultés lorsqu'il faut déstabiliser une défense regroupée. Pour rester sur le podium, les hommes de Christophe Galtier vont devoir se réinventer en ajoutant d'autres cordes à leur arc.

Lille doit beaucoup progresser sur attaque placée

La (longue) traversée du désert de Marcelo
Capitaine d'un soir contre Monaco, Marcelo a sombré sur pelouse de Louis-II. Fautif sur le but de Rony Lopes où il est d'une passivité effarante, le défenseur central confirme ses difficultés cette saison. Taulier et patron de la défense la saison dernière, Marcelo est méconnaissable depuis septembre. Excessivement lent et emprunté techniquement à la relance, le Brésilien pénalise souvent son équipe. Bien qu'excellent, Jason Denayer ne peut pas toujours masquer les faiblesses de son partenaire.

Marcelo doit aller faire un tour sur le banc

La faute de Jordan Amavi
D'un point de vue comptable et sportif, la faute volontaire d'Amavi sur Hunou qui filait seul au but dans le temps additionnel est parfaitement joué. Le défenseur a concédé un coup franc de 25 mètres au lieu d'un face-à-face rennais avec Mandanda. Et si l'OM n'a pas perdu, il le doit en grande partie à cette faute tactique. Mais qu'en est-il de l'esprit du jeu ? De l'éthique ? Surtout, quid de la sanction ? Amavi va écoper de combien de matches de suspension ? Certainement un seul, puisque la faute est loin d'être dangereuse. Ça, c'est pour la théorie. Dans les faits, cette faute est très pénalisante, coûtant potentiellement deux points à Rennes...

Ce genre de faute mérite une suspension de plusieurs rencontres

Montpellier qui, décidément, n'avance plus
A la trêve, le MHSC était l'équipe surprise du début de saison, toute fringante, avec une certaine régularité, une muraille de fer comme arrière-garde et des intentions plutôt séduisantes dans le jeu. Désormais, la donne a considérablement évolué pour les Héraultais. Leur dernier succès remonte à près d'un mois, contre Caen (2-0). Depuis ? Trois nuls et deux défaites. A force de concéder du terrain, l'espoir d'une qualification européenne s'éloigne et les hommes de Der Zakarian pointent à cinq longueurs de l'ASSE et trois de l'OM et Reims. Au-delà des résultats, c'est dans le jeu que les problèmes sautent aux yeux. La saison passée, l'équipe arrivait à obtenir des résultats avec des intentions limitées. Maintenant que la marge de manoeuvre offensive est plus grande, Montpellier bégaye. La défense, jadis le gros point fort, prend l'eau : elle a concédé douze buts sur les cinq dernières rencontres. Il y a urgence à réagir.

Montpellier peut dire adieu au top 5

B. Ro, M.E et J.D.
Réagissez à cet article
500 caractères max
carmapia 25 févr. à 14:30

Remettez dans l'équipe du Losc Soumaoro suspendu 4 matches et Çelik convalescent après l'attentat dont il a été victime face à l'OM et vous avez une toute autre équipe, tant défensivement qu'offensivement. Amavi, aura-t-il droit à la même clémence que son partenaire Gustavo ? Je le crains malheureusement.

ADS :