02.09.17, Madrid, Stadio Bernabeu, Spagna-Italia - qualificazioni Russia 18 - nella foto: Gol su punizionw, esultanza 1-0 Isco (Alberto Ramella/RAMELLA/PRESSE/PRESSE SPORTS)
Fiction

On a joué la Coupe du monde 2018 !

L'événement majeur de l'année 2018 de foot se déroulera en Russie, du 14 juin au 15 juillet. Vous êtes impatients de savoir ce qui se passera lors de la Coupe du monde ? Ça tombe bien, FF a déjà tout prévu.

16 juin : heureusement, il y a Lemar...

Pour son entrée en lice à Kazan, l'équipe de France se heurte à une équipe australienne agressive et portée par un gardien en état de grâce. Mais Matt Ryan ne peut rien sur le coup franc parfait de Thomas Lemar à l'heure de jeu. Libérés, les Bleus ajoutent un second but en fin de rencontre sur un contre initié par Lemar et conclu par Kylian Mbappé. Pour sa centième sélection, Hugo Lloris passe un après-midi tranquille. Peu emballé par la prestation de ses hommes, Didier Deschamps repasse lui au 4-3-3 pour la suite de la compétition.

20 juin : Ronaldo bute sur Benatia

Battu pas l'Espagne (0-1) lors de la première journée, le champion d'Europe portugais se retrouve déjà dos au mur avant son match face au Maroc, qui a écarté l'Iran (2-1) cinq jours plus tôt. En manque de réussite face à la Roja, Cristiano Ronaldo veut guider son équipe, mais traverse le match sans un seul tir tenté ! Étouffé par Mehdi Benatia, le quintuple Ballon d'Or reste muet, comme ses coéquipiers (0-0). L'exploit des Lions de l'Atlas sera validé lors de l'ultime rencontre face à l'Espagne (1-1), et comme en 2014, le Portugal est éliminé dès le premier tour...

25 juin : un hôte très accueillant

Après l'Afrique du Sud en 2010, un nouveau pays hôte quitte sa Coupe du monde après trois rencontres. Incapable de se défaire de l'Arabie Saoudite (0-0) et de l'Egypte (2-2), la Russie boit la tasse face à l'Uruguay (1-4), emmené par Luis Suarez et Edinson Cavani (un doublé chacun). Menés 3-0 à la pause, les hommes de Stanislas Cherchesov voient le stade de Samara se vider au fil des minutes, point final d'un parcours raté.

28 juin : le crève-coeur sénégalais

Deuxième du groupe H avant l'ultime journée, porté par un Sadio Mané au sommet de sa forme, le Sénégal aborde en confiance son match décisif face à la Colombie. Les Lions de la Terenga appliquent parfaitement le plan d'Aliou Cissé et semblent tenir leur qualification... jusqu'à cette maudite 83e minute, moment choisi par Radamel Falcao pour qualifier les Cafeteros sur une action a priori anodine. Têtes basses, en pleurs, les Sénégalais ont emballé le public et les observateurs, mais sont éliminés.
Falcao met fin à l'aventure du Sénégal.  (Elizabeth Fuentes/JAM MEDIA/PR/PRESSE SPORTS)
Falcao met fin à l'aventure du Sénégal. (Elizabeth Fuentes/JAM MEDIA/PR/PRESSE SPORTS)

30 juin : quand Umtiti et Kanté éteignent Messi

Malgré un parcours quasi-parfait au premier tour (7 points), la France doit affronter l'Argentine dès les huitièmes de finale. Devancés par la Croatie dans leur groupe, Lionel Messi et ses partenaires s'avancent néanmoins confiants. Il faut dire que ce dernier surfe sur sa brillante fin de saison avec le Barça, vainqueur d'une nouvelle Ligue des champions. Mais Didier Deschamps impose au génie argentin un marquage très serré, parfaitement appliqué par N'Golo Kanté et Samuel Umtiti. La rencontre est tendue, serrée, électrique, et se débloque sur une inspiration géniale de Paul Pogba, qui trouve Antoine Griezmann dans un trou de souris pour le seul but de la partie. Les Bleus tiennent leur exploit !

2 juillet : le choc Hazard

Après avoir survolé la phase de groupes avec trois succès et quatre buts signés Eden Hazard, la Belgique vit un véritable cauchemar en huitièmes de finale. Surpris en première période par une belle frappe de James Rodriguez, les Diables Rouges perdent pied après le repos suite à un tacle violent de Davinson Sanchez sur Eden Hazard. Genou droit en miettes, l'attaquant de Chelsea sort sur civière. Fin du rêve pour des Belges choqués et énervés, qui terminent même à neuf après les expulsions de Radja Nainggolan et Kevin De Bruyne. Dur.

7 juillet : et à la fin...

Le classique européen par excellence, Allemagne-Angleterre, offre un spectacle de toute beauté en quarts de finale. Portés par leur génération montante mais plombés par leurs erreurs défensives, les Three Lions craquent dans le dernier quart d'heure face au réalisme du duo Toni Kroos - Mesut Özil (2-3). Comme en 2010, le scandale arbitral en moins, la Nationalmannschaft brise les rêves de gloire de son meilleur ennemi. Pour se consoler, Harry Kane conservera jusqu'au bout la première place au classement des buteurs (7 réalisations).

10 juillet : Neymar achève les Bleus

Quatre jours après avoir lutté durant 120 minutes pour éliminer l'Uruguay (0-0, 4 t.a.b. à 3) et perdu Kylian Mbappé sur blessure, les Bleus se présentent épuisés dans le dernier carré. La Seleçao, qui a connu un parcours sans embûche, en profite pour rapidement éteindre le suspense avec un doublé de Neymar dans la première demi-heure. Face à son quatrième adversaire sud-américain de la compétition (Pérou, Argentine, Uruguay, Brésil), l'équipe de France n'existe pas (0-2), deux ans jour pour jour après la finale de l'Euro. 10 juillet, date maudite...

15 juillet : Isco décroche l'étoile

Finale de rêve à Moscou entre deux équipes rarement en difficulté jusque-là : le Brésil et l'Espagne. Si la Roja confisque le ballon, il faut un David De Gea décisif pour empêcher la Seleçao de virer en tête. La chance des hommes de Tite est passée, et c'est Isco qui se mue en héros pour inscrire le seul but de cette finale, après un slalom de toute beauté entre ses coéquipiers à Madrid, Casemiro et Marcelo... Le meneur de jeu espagnol est sur le toit du monde, et est même élu meilleur joueur de la compétition devant Neymar et Jerome Boateng. Dans la foulée ce deuxième sacre mondial, Andres Iniesta annonce sa retraite. La relève est assurée.
 
C.C.
Réagissez à cet article
500 caractères max
stoichkov94 5 janv. à 13:59

Euh...

ehonedem1 5 janv. à 12:53

Vous m'avez envoyé sur une autre planète, chapeau pour cette belle narration, mais pas du tout d'accord avec vous. Car, je vois une grande finale Portugal - Argentine remportée par les Sud - Americains sur la plus petite des marges 1 - 0.

thiebaut.pierre1978 5 janv. à 6:35

Pas mal... mais si j’ai bien compris M’bappe out et Neymar qui perd en finale... la prochaine saison du PSG s’annonce pas mal. Moi personnellement je vois pas du tout l’Espagne en finale ni même le Brésil et je vois plus la France mais bon ce n’est que mon avis donc rdv en juin

scarmendato 4 janv. à 22:45

Moi je ne vois pas du tout l’Espagne aller au bout, intuition personnelle. Mais bravo pour le docu fiction

Shan20 4 janv. à 22:05

Original.

voir toutes les réactions