(L'Equipe)
CM 2018 - Bleus

«On est prêt à aller à la guerre», «beaucoup de respect pour Henry» : le meilleur de Pavard et Giroud en conférence de presse

Avant la demi-finale face à la Belgique, mardi, Benjamin Pavard et Olivier Giroud se sont exprimés dimanche devant un parterre de journalistes internationaux. Les deux Bleus reviennent sur leur Coupe du monde, les objectifs et la confrontation franco-belge. Best-of.

Les retrouvailles entre la France et Thierry Henry

Benjamin Pavard : «Ça a été un très grand joueur, tout le monde le connait. Mais on ne va pas faire gaffe à ça, et se concentrer sur notre match.»

Olivier Giroud : «Ça fait bizarre d'avoir Thierry Henry contre nous. Maintenant, on sait qu'il a entamé une carrière d'entraineur. Il a la chance d'avoir une équipe qui a une très belle génération. Il est là pour progresser dans sa volonté de devenir coach. C'est une légende vivante du football français. C'est le meilleur buteur. Il y a beaucoup de respect mais on n'y pense pas trop. On reste concentrés sur le terrain et le jeu. [...] Il ne faut pas tout mélanger pour Henry. Il a rendu de multiples services à la France et il faut être admiratif. Maintenant, il entame une nouvelle carrière. Vous savez combien d'étrangers coachent une autre sélection. Il va peut-être entraîner l'équipe de France un jour, peut-être pas. Mais c'est que du bonus pour lui d'avoir la chance de côtoyer une équipe talentueuse comme la Belgique. Il donne ses conseils assez précis aux Belges. J'aurais préféré qu'il soit avec nous et qu'il me les donne mais en tout cas, il ne faut pas être jaloux. Ça ne me choque pas et c'est normal pour sa carrière d'entraineur.»

Lire : Cinq questions après Uruguay-France

Pavard n'a jamais perdu (29/29 en comptant les sélections jeunes) avec la France...

B.P. : «Ça fait toujours plaisir, on m'en parle. J'espère qu'on va arriver aux 31 matches. Ce sont des stats qui font plaisir. Je joue pour disputer ce genre de compétition, ce genre de matches. Et j'espère que jusqu'à 31 on sera toujours invaincus. Et qu'on soulèvera cette coupe.»

Le rôle de Giroud dans les 23

B.P. : «Il apporte sa grinta. Il y a des mots qui nous motivent. Il est très important pour cette équipe de France. Il mouille le maillot, il aime la France et c'est un mec en or.»

O.G. : «Parler aux plus jeunes, oui. Essayer de leur donner des conseils, aussi. La motivation est déjà là, l'événement se suffit à lui-même. Mais j'essaye de me forcer à prendre la parole, ce sont des moments uniques que je ne revivrai peut-être plus. J'essaye de profiter de chaque instant, communiquer mon expérience et ma rage de vaincre.»

Lire : Les cinq duels à suivre lors de France-Belgique

Le duel des stars, Hazard contre Mbappé

B.P. : «Eden est un très grand joueur. Je ne le connais pas plus que ça, même si j'ai joué avec l'un de ses frères, Kylian. Mais on sait tous qu'il est un très grand joueur.»

O.G. : «Mbappé et Hazard sont deux génies. Il y en a un qui est un diamant brut à polir, avec une marge de progression. Davantage dans la percussion, grâce à sa vitesse, dans la profondeur, c'est Kylian. Et il est plus attaquant qu'Eden. Mais Eden est impressionnant dans sa conduite de balle, dans sa capacité à perforer les lignes balle au pied. Ce sont deux talents indéniables. Après, la relation que j'ai avec Eden, elle est importante à Chelsea. On est très complémentaires, on a besoin l'un de l'autre pour briller. On se trouve plutôt bien. Kylian, lui qui aime partir de plus loin et jouer plus en profondeur, n'a pas besoin de m'utiliser mais il sait qu'il peut combiner avec moi. Et profiter des espaces qu'on laisse. En dehors du terrain, avec Kylian, ce n'est pas la même génération mais je m'entends bien avec lui. Il est à l'écoute, respectueux. Je ne suis pas du genre à jouer à la PlayStation ou à Football Manager mais dès qu'on a des moments de groupe, ça se passe très bien, malgré l'écart générationnel. Les deux joueurs sont très attachants.»

Courtois et Lloris

O.G. : «Déjà, les deux gardiens sont gauchers. Ils utilisent peu leur pied droit mais ils sont très bons sur leur ligne. Hugo est peut-être un peu plus explosif, tonique. Et Thibaut a une envergure impressionnante, il est difficile à battre sur ses côtés. Il va chercher les ballons dans des zones où on pense pouvoir le battre. J'ai marqué quelques buts contre lui à Chelsea et j'espère pouvoir lui en mettre mardi. Ils méritent d'être élus meilleurs gardiens du tournoi, même si j'ai une préférence pour Hugo. [...] Le meilleur gardien, c'est Hugo (Lloris). Désolé Thibaut (Courtois)

Lire : N'Golo Kanté a mis l'Europe dans sa poche

Le management de Deschamps

B.P. : «Il a fallu le temps de mettre en place les automatismes, surtout que j'étais nouveau. On se comprend désormais, on discute beaucoup, on connaît les déplacements des uns et des autres. Et à force de travailler, les automatismes se créent. Et là on voit qu'on est une équipe unie. [...] On est prêt à aller à la guerre avec lui (Didier Deschamps)

O.G. : «Le sélectionneur, il est très fort dans sa volonté d'inculquer la culture de la gagne. C'est un compétiteur, on le sent. On travaille aussi pas mal tactiquement, par rapport aux équipes que l'on va affronter. Il y a eu des meetings particuliers concernant la tactique au sein de cette compétition. Rien n'est laissé au hasard, toutes les chances sont de notre côté. Le coach nous donne toutes les clés et c'est à nous de les utiliser.»

L'état de santé de Pavard

B.P. : «C'est vrai que j'ai pris beaucoup de coups (face à l'Uruguay). J'ai joué sur une jambe, mais je suis un guerrier, je mouille le maillot. Je suis apte. Et je suis prêt à aller au combat. [...] C'était un match avec une équipe qui mettait beaucoup d'agressivité et d'impact. Le coup avec Suarez, ça va m'apprendre pour le futur. Je le ressens encore, mais il faut apprendre et ça fait partie du foot.»

Giroud sur un nuage

O.G. : «Ma meilleure période en Bleus ? C'est possible. J'ai passé des bons et des mauvais moments et j'arrive à l'âge de la maturité. J'ai de l'expérience, je sais gérer certaines situations. Je me sens bien dans ce jeune groupe. J'ai l'impression d'être une sorte de grand frère et je donnerai tout pour cette équipe. C'est une fierté d'être ici, que ce soit légitime ou pas. J'ai envie d'accompagner cette jeune génération le plus loin possible et je m'y attache beaucoup.»
Antoine Bourlon
Réagissez à cet article
500 caractères max
zizou 8 juil. à 16:23

C’est un sport ce n’est pas une guerre