Portugal - Porto

Où est passé Imbula?

Transféré au FC Porto l'été dernier contre environ 25 M€, l'ancien Marseillais Giannelli Imbula peine à s'imposer. La faute au coach, selon son père. Seulement ?

Parti l'été dernier au FC Porto un peu à la surprise générale, l'ancien Marseillais revendiquait alors la thèse de l'ascension graduée, pas à pas. «C'est une étape intermédiaire visant à l'amener vers le top club européen», confirme Franck Passi, l'entraîneur adjoint de l'OM qui l'a côtoyé deux années durant. Las. Cinq mois après son arrivée au Portugal, Giannelli Imbula tarde à convaincre. Pis. Indiscutable sur la Canebière, il doit désormais se satisfaire à Porto d'un temps de jeu réduit (8 matches de Championnat et 5 de C1) et faire face aux critiques qui se multiplient.

Le père d'Imbula: «Lopetegui n'a rien compris aux qualités de Giannelli»

L’ambiance est un brin tendue et le malaise palpable. Il se ressent chez le père du joueur, l’expansif Willy Ndangi. Celui-ci juge «normales» les difficultés de son fils à s'adapter. «Il est encore jeune, il est tout seul là-bas, ce n'est pas la même mentalité, il ne connaît personne. C'est une nouvelle expérience pour lui, qui n'avait jamais quitté la France auparavant.» S'il reconnaît également que son fils «a sa part de responsabilité», il accable surtout Julen Lopetegui, l'entraîneur du club: «Bielsa savait le mettre en valeur. Mais à Porto, ce n'est pas pareil. Le coach n'a rien compris aux qualités de Giannelli. Même le public est contre cet entraîneur.» Et de dresser un parallèle avec l'arrivée de son rejeton à Marseille en 2013: «Baup avait fait les mêmes erreurs. C’est du copier-coller. Aujourd'hui comme hier, on ne donne pas à Giannelli l'occasion de s'exprimer». Une thèse que Franck Passi réfute: «Comme tous les jeunes joueurs, Giannelli avait eu des difficultés à s'adapter à l'OM. Mais cela n'avait rien à voir avec Baup. Il venait d'un club de niveau inférieur (Guingamp) où il y avait moins de pression. Là, il a franchi un nouveau palier et il reproduit le même schéma. Le niveau d’exigence n’est certainement pas le même qu’à l’OM. Je connais un petit peu Lopetegui. C'est quelqu'un de passionné, de très exigeant. Peut-être Giannelli a-t-il du mal aussi à répondre à ses attentes à ce niveau-là...»

Franck Passi : « Il va triompher à Porto, ce n'est qu'une question de temps »

L'occasion de convaincre lui a été offerte, lui qui a débuté les cinq premières rencontres de Championnat. Mais il a déçu. Trop souvent. Jusqu’à être écarté du groupe après une prestation des plus médiocres face au Dynamo Kiev, en Ligue des champions fin novembre (0-2). Ce soir-là, comme les précédents, Imbula était aligné au sein d’un 4-3-3 aux côtés de Ruben Neves et Danilo Pereira. Un positionnement qui ne lui conviendrait pas. «Giannelli se sent beaucoup mieux lorsqu’il joue seul devant la défense, analyse Franck Passi. Il est bien lorsqu’il a le jeu face à lui, il est capable de se projeter, de rompre les lignes, de donner de très bons ballons mais dès qu’il est dos au jeu, c’est moins facile pour lui.» 
Entre Lopetegui et Imbula, ce n'est pas franchement l'amour fou. (Presse Sport)
Entre Lopetegui et Imbula, ce n'est pas franchement l'amour fou. (Presse Sport)

Au Milan AC l'été prochain?

La capacité d’Imbula à s’adapter à cet immuable système pose question. Sa faculté à maintenir l’équilibre du bloc et à peser dans les duels également. La confiance que lui a accordée Lopetegui, déjà ébranlée par un accrochage en début de saison, semble s’effriter chaque jour un peu plus. Le caractère ombrageux du jeune homme a également été pointé du doigt, tout comme la suffisance dont il a fait parfois preuve et son faible appétit pour le travail physique. 
 
Si l’ancien Marseillais, acheté 25M€ (bonus compris), peine à justifier son statut de recrue la plus chère de l'histoire des Dragoes, son père essaye de relativiser: «Cette somme, c'est peut-être énorme, mais il n'y a que les Portugais que ça intéresse. A l'échelle du football, ce n'est rien. En Angleterre, en Espagne, en Italie, c'est banal. Même des remplaçants peuvent se vendre ou s'acheter à ce prix-là.» Franck Passi, lui, se veut résolument optimiste. «Il doit continuer à bosser, à écouter ce qu’on lui dit, à s’accrocher pour être en phase avec l’état d’esprit de son club et de son entraîneur. Giannelli, avec les qualités techniques et physiques qu’il a, il peut jouer n’importe où. Il va triompher à Porto. Ce n’est qu’une question de temps». Il n'empêche, il se murmure au Portugal que son transfert vers l’AC Milan (dont les propriétaires sont proches du fond d’investissements Doyen Sports), serait déjà réglé pour l'été prochain...

Pauline Joseph
Réagissez à cet article
500 caractères max