jardim (leonardo) (P.Lahalle/L'Equipe)
Ligue 1 - 26e journée

Paris, Monaco, le podium, la 5e place et Metz : les cinq enseignements de la 26e journée de Ligue 1

Comme après chaque journée de Ligue 1, FF.fr vous propose les cinq enseignements à retenir des dix matches disputés. Voici le vingt-sixième épisode de la saison.

Paris avait encore la tête à Madrid

Atmosphère assez spéciale au Parc des Princes lors du net succès parisien devant Strasbourg samedi (5-2). Il y a eu la victoire, le doublé de Cavani, le retour de Thiago Motta, mais c'est comme si tout un stade et toute une équipe étaient encore marqués par les événements de Madrid mercredi dernier, en C1. Avant de se libérer davantage après le repos, Neymar avait le visage très fermé, Dani Alves était très agacé, Lo Celso paraissait encore fébrile, quand le Parc des Princes était bien moins brillant qu'à l'accoutumée. Le PSG a besoin de temps pour oublier le revers madrilène, et ce ne sont pas cinq buts inscrits en Ligue 1 qui pourront vraiment faire tourner la page.

Monaco est tout simplement impressionnant

Non pas que l'ASM dispose d'un effectif disons banal, mais avec les départs «clinquants» de l'été dernier (Mbappé, Bakayoko, Mendy, Bernardo Silva), on était loin d'imaginer ce Monaco être capable d'atteindre de tels chiffres statistiques offensivement. Voilà la bande à Jardim avec 64 buts inscrits ! En Ligue 1, les joueurs de la Principauté ont marqué quatre buts, ou plus, à sept reprises en vingt-six journées ! Dans les cinq grands Championnats, seuls le PSG et Manchester City font mieux. Pour l'anecdote, il faut même remonter au 30 août 2015 pour trouver la trace du dernier match où les Monégasques ont été muets à domicile. Bref, comptablement, ça fait onze rencontres de rang sans défaite en Championnat, et une deuxième place consolidée. Impressionnant.

La course au podium est en train de tourner

Si Monaco n'est pas loin de l'OM (un point d'écart), cette 26e journée pourrait bien marquer les esprits avec le nul fâcheux de Lyon à Lille et le succès marseillais contre Bordeaux. En effet, l'OL est maintenant à six longueurs de la troisième place. Oui, il reste encore douze rendez-vous, mais psychologiquement, cela pourrait bien compter. Surtout au regard de la forme des Gones qui semblent clairement piocher à l'image des Fekir, Ndombélé ou Aouar moins irrésistibles que précédemment. Le tout alors que le derby face à Saint-Étienne arrive dimanche prochain. Serait-on tout proche du dénouement dans la course au podium ?

La 5e place sera disputée jusqu'au bout

Les postulants à la cinquième place pourront s'en vouloir : au terme de cette 26e journée, aucun des clubs installés entre la 5e et la 10e places n'ont bousculé la hiérarchie. Tous, à l'exception de Bordeaux, défait par l'OM (1-0), ont fait match nul. Guingamp et Montpellier se sont neutralisés (1-1), Rennes a échoué à Caen (2-2), tandis que Nice et Nantes se sont quittés dos à dos dimanche (1-1). Comptablement, cinq longueurs séparent Nantes (5e) de Guingamp (10e). D'un autre côté, ce suspense exacerbé n'est pas pour nous déplaire. Et si la situation devait durer, un duel à quatre ou cinq équipes pour une même place dans les dernières journées ajouterait du piquant de notre Ligue 1.

Metz, une défaite qui fait (très) mal

C'est peut-être la défaite de trop qu'a concédé le FC Metz samedi, à Troyes. Crucifiés dans les dernières minutes par Niane alors qu'un match nul semblait être un moindre mal pour eux, les Grenats peuvent accuser le coup. L'embellie de décembre et de janvier n'est plus actualité alors que l'équipe vient d'enregistrer sa troisième défaite de rang dans l'élite. Ce revers fait d'ailleurs d'autant plus mal que les Grenats étaient opposés à un adversaire direct pour le maintien. Et que c'était un peu les portes ouvertes pour l'arrière-garde messine dans l'Aube, notamment dans le premier acte. Malgré sa composition offensive, elle a subi pléthore d'occasions, se reposant beaucoup trop sur la bonne prestation de Kawashima. Du coup, l'opération maintien est une nouvelle fois fortement freinée. Et pour se sauver - miraculeusement - en fin de saison, il va falloir déjà falloir resserrer les rangs en défense pour les hommes de Frédéric Hantz.
Réagissez à cet article
500 caractères max