Championnat des étoiles
1 Live acheter
sarabia (pablo) di maria (angel) (P.Lahalle/L'Equipe)
Ligue 1 - 32e journée

Paris Saint-Germain : Comment concilier préparation optimale et obligation de résultat à Strasbourg ?

Après son succès retentissant sur la pelouse du Bayern en Ligue des champions, le Paris Saint-Germain retrouve la Ligue 1 avec un double objectif : rester au contact du LOSC et préparer au mieux le match retour face aux Bavarois. L'équation est complexe.

Pour la mise en garde et le rappel des objectifs, le staff de Mauricio Pochettino peut compter sur son meilleur buteur. L'exploit de Munich était à peine entériné que Kylian Mbappé ramenait tout le monde sur terre : oui, battre le Bayern c'est bien, enchaîner face à Strasbourg pour conserver une chance d'être Champion de France, ce serait pas mal non plus. Voilà pour le but à atteindre pour le Paris Saint-Germain au lendemain de la victoire du LOSC sur la pelouse de Metz. Mais comment s'y prendre, alors ?

Gérer Kean, relancer Sarabia

L'international italien a été touché par le Covid-19 début mars et peine à s'en remettre. Ce n'est un secret pour personne et il est revenu à ce point fatigué du dernier rassemblement international qu'il a très vite été hors de question de le titulariser sur la pelouse du Bayern. Alors même que l'Italien avait démontré, face à Barcelone, qu'il était capable de se hisser à la hauteur des grandes soirées européennes. C'est dire. Dans ce contexte, le relancer face à Strasbourg est-il bien sérieux ? Pour une petite heure de jeu, face à une équipe qui n'aura pas intérêt à ce que le tempo s'élève, le gain escompté en vaut peut-être la chandelle. Kean pèse, Kean marque (11 buts de Ligue 1) et Paris devra faire sauter le verrou rapidement s'il entend s'épargner un match galère. Une fois la porte forcée, il aurait pu être temps de penser à remettre en selle Mauro Icardi, l'autre numéro 9 (sur le papier) de l'effectif parisien. Mais le forfait de l'Argentin, qui n'a plus joué depuis mi-mars, officiellement en raison d'un souci à une cuisse, n'est pas du déplacement. Pochettino devra donc gérer habilement la répartition des temps de jeu de ceux qui ont beaucoup donné à Munich. Entre un Mbappé qui voudra forcément jouer un maximum de minutes, engagé dans la course aux records qu'il est, un Angel Di Maria qui court après la confiance et un Julian Draxler plus habitué à enchaîner. Face à ces impératifs-là, on ne saurait trop conseiller au technicien argentin d'offrir un maximum de temps de jeu à Pablo Sarabia. L'Espagnol n'a pas joué une seule minute face au Champion d'Allemagne (pas plus que lors de la double confrontation contre Barcelone), n'a pas apprécié ce choix fort et sera donc revanchard. Et cela tombe bien, il a déjà prouvé sa capacité à briller dans des rencontres face aux équipes de la seconde moitié du classement (Nîme, Nantes, Brest et Bordeaux notamment cette saison).

Lire aussi :
- Toute l'actualité de la Ligue 1
- Le classement

Dessiner une défense et un nouvel équilibre

Offensivement, le PSG devra donc composer sans Icardi et Neymar. Ce n'est pas rien mais c'est probablement dans le secteur défensif que le défi s'annonce le plus périlleux. Parce que Paris devra faire sans son capitaine Marquinhos, déjà, mais également sans Adbou Diallo. L'international sénégalais avait quitté le siens à la pause à Munich et est toujours malade. Qui pour les remplacer ? A gauche, Layvin Kurzawa effectue son retour mais ses mollets continuent de l'embêter. Mitchel Bakker a lui joué 45 minutes en Bavière et lui redonner du rythme en Alsace apparaît comme une bonne idée, dans l'hypothèse où Diallo en manquerait pour être titularisé mercredi. Dans cette même logique, voir enchaîner Colin Dagba semblerait cohérent. Mais qui dans l'axe ? Aligner Danilo Pereira et Presnel Kimpembe représente un risque. Les deux ne sont pas des habitués de l'infirmerie mais ont été poussés dans leurs retranchements en Allemagne, dans des conditions de jeu très difficiles. (Re)Lancer un Thilo Kehrer en crise de confiance ou le jeune Timothée Pembélé semblerait bien plus raisonnable. Protégée par un duo aussi actif que celui que pourraient former Idrissa Gueye et Leandro Paredes, une charnière expérimentale ne pourrait-elle pas tenir la route face à la dixième attaque du Championnat ? Si l'ensemble de l'effectif est dans les mêmes dispositions mentales qu'à l'Allianz Arena, la mission ne semble pas impossible.
Deuxième titularisation de suite pour Colin Dagba ? (B.Papon/L'Equipe)
Deuxième titularisation de suite pour Colin Dagba ? (B.Papon/L'Equipe)

Faire travailler Neymar et Verratti

Pendant ce temps-là, au Camp de Loges, une partie du staff parisien aura une autre mission que recueillir trois points : retaper Neymar et Marco Verratti. Le premier a été excellent face au Bayern mais revient juste de blessure et est loin de sa meilleure forme sur le plan athlétique. Le second a été contaminé lors du dernier rassemblement de la sélection italienne mais devrait finalement pouvoir tenir sa place (et le ballon) lors du choc. Mais avec lui, le secteur médical du PSG s'apprête à marcher sur des œufs. Comment s'y prendre pour permettre à un joueur d'être dans des dispositions physiques acceptables alors même qu'on ne mesure pas toujours très bien l'impact du virus sur les organismes ? Le faire travailler au risque que ledit travail soit effectué de manière prématurée ? Le laisser se remettre le plus longtemps possible en espérant que la coupure forcée ne lui ait pas totalement coupé les jambes ? Les supporters franciliens sont actuellement en train de prier pour que les préparateurs physiques de leur club trouvent la bonne formule. Car il est évidemment plus facile de retrouver son souffle au milieu des vagues munichoises avec un Verratti au cœur du jeu. Et parce que le rendement offensif du PSG dépend très souvent de l'état physique et psychologique dans lequel Neymar se présente sur les pelouses... - T. P.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :