Parme. (L'Equipe)

Parme, c'était ça...

Miné par de gros soucis financiers, Parme, relégué, va quitter la Serie A. Il n'y a pas si longtemps, il remportait la C3 avec Buffon, Thuram, Cannavaro et Crespo. Mais bien d'autres grands noms sont passés dans le club italien. Voici notre équipe type «historique» de l'équipe parmesane.

Gardien

Gianluigi Buffon (1995-2001)
 
La Juventus et la Nazionale doivent une fière chandelle à Parme. Car l'un des meilleurs portiers de ces vingt dernières années et même de tous les temps y a été formé. Buffon a débuté en pro le 19 novembre 1995 à l'âge de 17 ans avant de s'imposer durablement, de briller durant six saisons (225 matches) et de rallier la Vieille Dame en 2001. En 1999, il mène Parme au doublé Coupe de l’UEFA-Coupe d'Italie.

Défenseurs

Lilian Thuram (1996-2001)
 
Après une première expérience à Monaco, Thuram a découvert l'Italie où il s'est rapidement imposé comme l'un des patrons. Élu joueur français de l'année par France Football et meilleur élément étranger de Serie A en 1997, le solide défenseur a emmagasiné à Parme une riche expérience qui a contribué au sacre des Bleus en 1998. Présent ensuite lors des succès de 1999, il a encore décroché une coupe d'Italie en 2001 avant de filer avec Buffon à la Juve.
 
Fabio Cannavaro (1995-2002)
 
L'autre homme de base de cette solide défense alignée à la fin des années 90, c'est lui. Son duo avec Lilian Thuram était l'un des plus redoutés par sa robustesse et sa complémentarité. Il en fallait des efforts pour franchir le mur constitué par de tels gaillards ! Fabio Cannavaro est resté sept ans à Parme (290 matches, 6 buts) où, malgré sa taille moyenne (1,76 m), il est devenu l'une des pointures en défense centrale.
 
Nestor Sensini (1994-1999 et 2001-02)
 
Ah, vous l'aviez peut-être oublié celui-là, non ? Ce n'était pas le plus sexy, ni le plus technique, mais Nestor Sensini compensait son manque d'élégance par une dose élevée d'expérience et un art du placement de premier plan. Polyvalent, l'Argentin (59 sélections) a fait souffrir les plus grandes gâchettes évoluant en Italie dans les années 90 (156 matches, 11 buts) et mérite sa place dans cette équipe type.
 
Antonio Benarrivo (1991-2004)
 
Il n'était pas le plus médiatisé loin de là, mais cela lui allait à ravir. Sans faire de bruit, Antonio Benarrivo a fait ses matches à Parme durant treize ans (258 matches, 5 buts), affichant une redoutable solidité et un bel appétit offensif sur les côtés, notamment le gauche. Sous les ordres de Nevio Scala (1989-1996), l'Italien s'est révélé, a empilé 23 sélections et même débuté la finale de la Coupe du monde 1994 face au Brésil.

Milieux

Dino Baggio (1994-2000)
 
Son abattage était énorme, et avec son 1,88 m, celui qui n'avait aucun lien avec Roberto ne passait pas inaperçu. L'international italien (60 sélections, 7 buts), finaliste de la Coupe du monde 1994, a fait le plus gros de sa carrière sous les couleurs parmesanes en y passant six ans (172 matches, 20 buts), amassant notamment deux Coupes de l’UEFA en 1995 et 1999.
 
Carlo Ancelotti (1976-1979)
 
Eh oui, l'actuel entraîneur du Real Madrid a évolué à Parme où il a même débuté sa carrière en Serie C1 en 1976. Il y est resté trois ans (55 matches, 13 buts), a largement contribué à la montée en Serie B en 1979 en rayonnant dans l'entrejeu, a été dirigé par Cesare Maldini, avant d'être repéré par la Roma où il évoluera ensuite durant huit saisons. Carletto dirigera ensuite Parme de 1996 à 1998.
 
Alain Boghossian (1998-2002)
 
Avec Thuram, nous avons choisi un deuxième représentant français dans ce onze historique avec Boghossian. En quatre saisons (89 matches, 10 buts), l'actif milieu de terrain a marqué Parme qu'il a rallié après la Coupe du monde 1998 et où il a remporté ses principaux titres : Coupe de l'UEFA, Coupe et Supercoupe d'Italie en 1999.
 
Gianfranco Zola (1993-96)
 
Il est probablement le meilleur joueur de l'histoire du club parmesan. Le plus beau à voir évoluer sur une pelouse, celui qui possède la technique la plus pure et renversante, le magicien aux coups francs diaboliques. Un artiste. Les supporters du club s'en sont délecté durant trois saisons (102 matches, 49 buts). Milieu offensif-attaquant, Zola était insaisissable. Il n'était pas grand par la taille (1,68 m) mais…quel talent !

Attaquants

Hernan Crespo (1996-2000 et 2010-12)
 
Avant-centre redoutable, l'Argentin a débuté sa carrière italienne à Parme avant d'être transféré à la Lazio Rome pour 56 millions d'euros, devenant à l'époque le cinquième élément le plus cher de l'Histoire, et d'évoluer plus tard à l'Inter et au Milan AC. Crespo, c'était une incroyable machine à buts. Il en inscrira 79 en 148 sorties à Parme, avant de revenir à ses premières amours pour y conclure sa carrière en février 2012 (14 buts en 50 matches). Il s'occupe aujourd'hui de la Primavera...
 
Tomas Brolin (1990-95 et 1997)
 
Souvenez-vous de Tomas Brolin... L'attaquant suédois au visage poupon et à la longue crinière, meilleur buteur de l'Euro 1992 (3 buts), s'est fait connaître du grand public à Parme où il aura en réalité connu les plus belles années de sa carrière entre 1990 et 1995 (133 rencontres, 20 buts). Au total, il aura amassé quatre trophées (Coupe des coupes 1993, Coupe de l’UEFA 1995, Supercoupe d'Europe 1993 et Coupe d'Italie 1992), échouant en finale de la C2 en 1994. Il a tenté de se relancer en Émilie-Romagne en 1997 (10 matches, 0 but). En vain.
 
Remplaçants : Claudio Taffarel (1990-1993 et 2001-2003), Sébastien Frey (2001-2005), Luigi Apolloni (1987-1999), Roberto Mussi (1984-1987 et 1994-1999), Fernando Couto (1994-1996 et 2005-2008), Sabri Lamouchi (2000-2003), Juan Sebastien Veron (1998-99), Faustino Asprilla (1992-1995 et 1998-99), Enrico Chiesa (1996-1999), Alberto Gilardino (2002-2005).
 
Emmanuel Langellier