Bleus

Patrice Evra : « Personne ne me parle jamais de Knysna »

Patrice Evra, qui a annoncé sa retraite ce lundi, s'est confié au Parisien. Il est notamment revenu sur l'épisode de Knysna, qui a marqué le Mondial 2010 des Bleus.

Patrice Evra a annoncé sa retraite officielle ce lundi matin, en publiant notamment un tweet. Il a donné un entretien à la Gazzetta dello Sport mais aussi au Parisien, et il y évoque l'épisode de Knysna. « Je n'ai pas de mal à en parler. Dans la rue, personne ne m'en parle jamais. Il y a eu une histoire. Ça m'a fait mal. À la fin de la compétition, j'ai assumé. J'ai dit à certains de prendre des jets privés s'ils avaient peur. Moi, j'ai atterri au Bourget, j'ai été manger dans le centre de Paris, raconte-t-il. Quand je suis entré dans le restaurant, les gens se sont levés, m'ont applaudi. Ma femme en a pleuré. Certains pourront me juger, dire qu'en tant que capitaine je porte l'ensemble des responsabilités de tout ça. Ça ne hante pas mes nuits. »
L'ancien latéral gauche des Bleus est aussi revenu sur le fameux texte, lu par Raymond Domenech en 2010   : «  Lire ce communiqué a été sa plus grosse erreur. C'était à moi de le lire. Quand on était dans le car, j'ai ce papier dans la main. J'ai dit : "Raymond, on va aller signer des autographes aux gens, on remonte après et on rentre à l'hôtel". Quand je lui dis ça, il me demande ce que je vais dire. Je lui donne le papier. Là, il le lit et ne me le rend pas. Je lui ai dit :"Les joueurs veulent que je le lise" et il refuse. Il m'a rétorqué : "C'est moi qui vais le lire parce que vous êtes de petits gamins". Je remonte dans le car, et les gars me demandent où est le papier. Et là ils me disent de descendre, d'aller le reprendre, qu'il ne va pas lire ce qu'on a écrit. Ils m'envoient au feu. Et au moment où j'allais descendre, Raymond était déjà en train de le lire. »
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :