Patrick Vieira lors du match amical de Nice contre Burnley (1-6). (Jason Cairnduff/Reuters)
Ligue 1 - Nice

Patrick Vieira sur le mercato et le rachat de Nice : «D'ici la fin du mois, on aura des réponses»

Présent jeudi face aux médias, l'entraîneur de Nice Patrick Vieira n'a pas caché sa frustration de voir le mercato de son club bloqué par la procédure de rachat.

« Heureusement pour vous que le mercato français ne se termine pas ce jeudi...
(Rires) Heureusement, oui. On a cette petite chance que le mercato se termine début septembre. On espère se renforcer. Le rachat (du club par Ineos) a pris peut-être plus de temps que prévu. C'est très mal tombé. C'était compliqué, très difficile de travailler, de recruter des joueurs.
La direction actuelle ne pouvait pas acheter de joueurs ?
C'était très compliqué.
La DNCG autorise le rachat de Nice
Saviez-vous au début de l'été que ça prendrait autant de temps ?
On n'avait pas beaucoup d'informations. On était focus sur notre tâche.
Quel est votre état d'esprit ?
Il y a de la frustration, parce qu'on avait identifié nos besoins et on n'a pas pu avoir les joueurs que je voulais pour X raisons. Mais j'ai un groupe qui travaille bien. Je veux insister là-dessus : j'ai des joueurs vraiment exceptionnels au niveau de l'état d'esprit. Malgré les résultats lors des derniers matches amicaux (défaites contre Wolfsbourg, 1-8, Burnley, 1-6, Cardiff, 0-1), les joueurs sont toujours restés positifs.
Tour de France des clubs : Nice, un rachat mais une saison qui s'annonce délicate
Estimez-vous repartir avec un effectif amoindri ?
Amoindri, non. Mais j'avais l'objectif d'améliorer ce groupe par rapport aux manques qu'on a eus la saison dernière. Mais on va continuer à rester positif. Il y a des joueurs qui se sont améliorés, d'autres qui doivent faire beaucoup plus.
Les joueurs présents sont-ils prêts pour attaquer la Ligue 1 ?
Le score donne le doute de l'extérieur, mais là je suis devant vous et je vous dis que j'ai confiance et qu'on fera un très bon match contre Amiens (samedi à 20 heures). Au niveau de l'état d'esprit, on sera présents.
« Je me vois entraîneur de l'OGC Nice. Après, je n'ai pas tous les éléments pour répondre à cette question. Mais mon envie est présente »
Vous inscrivez-vous dans le nouveau projet ?
On va attendre. J'ai toujours dit que je me sentais très bien dans ce club et ça n'a pas changé. Il faut attendre et bien comprendre le projet.
Serez-vous toujours l'entraîneur de Nice dans trois semaines ?
Moi, je me vois entraîneur de l'OGC Nice. Après, je n'ai pas tous les éléments pour répondre à cette question. Mais mon envie est présente.
À Nice, le temps presse vraiment après une fin de préparation difficile
Comprenez-vous les sentiments mitigés qu'ont les supporters, pris entre l'excitation du nouveau projet et la frustration de ne pas encore avoir vu de recrue (hormis Khéphren Thuram) ?
Il y a beaucoup de frustration, beaucoup de questions et très peu de réponses. Il faut attendre. D'ici la fin du mois, on aura des réponses.
Avez-vous discuté des objectifs de la saison avec les futurs actionnaires ?
On a discuté, oui, mais pas dans le détail des objectifs à atteindre. On a travaillé sur des joueurs qui nous permettront d'avoir une équipe plus compétitive. Ces joueurs ont été communiqués à l'ancienne direction et à la nouvelle.
Patrick Vieira, le contrat de méfiance
Quels sont vos besoins en termes de postes ?
Quand on regarde le parcours qu'on a eu en Championnat, sur l'aspect offensif et la créativité, on a été un peu en dedans. C'est là-dessus qu'on doit s'améliorer.
Y a-t-il des départs que vous ne souhaitez pas, comme ceux possibles de Malang Sarr et de Youcef Atal ?
Ce sont des joueurs qui ne partiront pas. »
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :