bernardoni (paul) (F.Faugere/L'Equipe)
Ligue 1 - 28e journée

Paul Bernardoni : «A Nîmes, il y a une atmosphère spéciale, c'est génial à vivre»

A 21 ans, Paul Bernardoni, qui appartient à Bordeaux, effectue sa toute première saison complète en tant que numéro 1 en Ligue 1. Et avec brio au sein d'un Nîmes Olympique qui l'a rapidement adopté et où il s'éclate.

«Paul, en août dernier, aviez-vous pu imaginer une telle saison ? 
On espérait ! Après, honnêtement, on a réalisé une grosse préparation, assez intense. Le coach et le staff insistaient sur le fait qu'il fallait absolument garder notre identité. C'est-à-dire qu'on n'allait pas d'un coup se mettre à bétonner derrière, parce que, un, on ne sait pas le faire, et deux, ce n'est pas Nîmes. On savait qu'on était plutôt une équipe offensive. Et à ce que j'ai entendu, cela a mis une sorte de vent de fraîcheur sur cette Ligue 1. Les gens étaient contents de nous regarder (NDLR : Nîmes est la sixième attaque du Championnat). On découvrait quasiment tous l'élite. J'avais fait quelques matches (21 avec Troyes puis Bordeaux) mais je n'étais pas non plus un expérimenté. Je pense que ç'a montré à tout le monde qu'on était capable de faire des choses.
 
 
Il est vrai que les promus, Nîmes (11e) et Reims (6e), se débrouillent très bien et vont se maintenir en fin de saison...
Ça montre aussi ce qu'il se passe en Ligue 2. Qu'il y a du bon travail de fait, que le Championnat est assez relevé. Et je suis bien placé pour le dire, j'y étais encore en 2017-18 (à Clermont), j'ai vécu vraiment une belle saison, il y a de belles équipes, des formations qui cherchent à jouer comme Clermont et Lorient. En Ligue 1, on voit Reims qui, en Ligue 2, était une équipe assez basée sur la contre-attaque, qui était très costaude défensivement. En 2018-19, on s'aperçoit que c'est la même chose. Ça marche tout aussi bien, si ce n'est très bien. Ça fait aussi dire aux équipes de Ligue 1 : attention aux clubs qui montent !

«Dans la ville, les gens sont fans de foot, aiment le Nîmes Olympique»

Il reste douze matches pour votre équipe. Le maintien est quasiment acté. Que vise-t-on désormais ?
Franchement, on se dit qu'on aimerait vraiment assurer le maintien le plus rapidement (Le NO est pour le moment à 36 points, avec 16 points d'avance sur les 18e et 19e places). Ensuite, on verra bien. Le but sera de remporter un maximum de matches. Ici, les gens sont très lucides, ils savent que c'est juste génial ce qu'il nous arrive, et il faut prendre tout ce qu'il y a à prendre.
 
Personnellement, avec le club, cela a très vite matché. Comment définiriez-vous l'ambiance en interne ?
C'est clairement un club familial. Ça fait plaisir de voir un club comme ça en Ligue 1. Il y a une atmosphère spéciale. Dans la ville, les gens sont fans de foot, aiment le Nîmes Olympique. Le stade est tout le temps plein. C'est quelque chose qui est assez spécial, mais qui est génial à vivre. C'est au top. Le club est en pleine évolution, ça fait trois ou quatre ans qu'il progresse à vitesse grand V. C'est super agréable d'être dans un club où ça bouge.
 
«C'est une famille qui ouvre les bras, qui vous dit de venir, qui vous fait la bise le matin. Il y a ce petit truc. C'est une grande famille.»
A-t-il été simple de se faire une place dans un vestiaire où tout le monde se connaissait pratiquement par coeur ?
Oui. Au début, c'est vrai, j'avais ces craintes, en me disant qu'ils sont ensemble depuis longtemps et en me demandant si ce n'était pas une famille fermée. Et bien pas du tout ! C'est une famille qui ouvre les bras, qui vous dit de venir, qui vous fait la bise le matin. Il y a ce petit truc. C'est une grande famille. Avec des gens capables de dire les choses dans le but de faire avancer le club. C'est aussi pour ça que ça évolue rapidement. Je touche du bois pour que ça continue.
 
Si le club évolue, personnellement, vous évoluez également. Avez-vous envie de parler d'une première saison référence dans votre carrière à ce niveau ?
Pas encore, parce qu'elle n'est pas terminée ! Je suis content pour le moment de cette saison. C'est exactement ce que j'étais venu chercher : du temps de jeu pour progresser. Ma première vraie saison référence est à Clermont, c'est là que j'ai vraiment effectué trente-huit matches (NDLR : le club a terminé avec la troisième défense du Championnat en 2017-18), avec une saison régulière. Je voulais continuer sur ma lancée, continuer à jouer, progresser. C'était le plus important. Nîmes m'a tout de suite proposé ça. J'ai dit : "Allez, c'est parti !". Après, on peut toujours mieux faire. Je suis quand même content mais je sais aussi où j'espère aller et c'est pour ça que je préfère être dur avec moi.

Quels points auriez-vous envie d'améliorer par exemple ?
Mon jeu au pied : j'aimerais progresser et être plus régulier. Car le haut niveau, c'est aussi le jeu au pied. Ensuite, on voit aussi que les gardiens jouent de plus en plus haut, j'aimerais gagner un peu dans ce domaine. Il ne faut pas en abuser, mais trouver un juste milieu. Ça ne vient qu'en jouant...

«Anthony Lopes réalise une saison extraordinaire»

Cette saison, vous faites partie d'une cuvée de gardiens de grande qualité en Ligue 1 entre les Mats Sels, Édouard Mendy, Ludovic Butelle, Anthony Lopes, Stéphane Ruffier, Mike Maignan, Walter Benitez, etc.
Tant mieux, ça veut dire qu'on travaille bien et qu'il y a de bons gardiens en France ! Je ne suis pas spécialement étonné. Le foot évolue, le poste de gardien aussi. Dans les entraînements, on va de plus en plus loin. C'est un tout. Pourvu que ça dure ! Je trouve par exemple qu'Anthony Lopes réalise une saison extraordinaire. J'adore les gardiens, ça fait plaisir d'en voir plein comme ça.
 
 
Quand vous dites que le poste évolue, cela concerne quels points ou quels critères ?
Ce sont des trucs bêtes : on décortique beaucoup plus les choses à la vidéo qu'auparavant. Il peut y avoir plein de choses à travailler. Avant, dans le temps, je pense que c'était principalement des frappes sur les gardiens. Là, on va plus loin dans la précision des appuis, dans tout ce qui est repères visuels. On travaille avec des petits ou des gros ballons pour habituer les mains. C'est de plus en plus poussé, et c'est génial.
«L'Euro Espoirs ? Quand on voit ce qu'ont fait les grands l'été dernier...»
Votre saison ne se termine pas au soir de la 38e journée de Ligue 1. L'Euro Espoirs se déroule en juin. C'est un vrai rendez-vous de votre saison. Y pensez-vous déjà ?
Ce qui est génial quand on a la chance d'être en équipe de France (NDLR : Il compte 10 capes et a connu toutes les sélections de jeunes depuis les U17), c'est qu'on a nos objectifs personnels dans le club ; nos objectifs avec le club ; et ensuite il y a la sélection et les objectifs qui vont avec également. Est-ce que j'y pense maintenant ? Non. Mais c'est dans un coin de la tête. C'est une ligne de conduite. C'est excitant. On se dit qu'il peut y avoir un truc de malade au bout. Ça va être mon premier Euro Espoirs. Ça peut être sympa.
 
Avec quel objectif la France va-t-elle se présenter à cette compétition ? Pour gagner ?
On y va en espérant se qualifier pour les Jeux Olympiques. Donc il faut être au moins dans le dernier carré. À ce moment, on va tout faire pour aller au bout. Quand on voit ce qu'ont fait les grands l'été dernier, ça motive.»
Timothé Crépin
Réagissez à cet article
500 caractères max
maximumuse 8 mars à 22:09

Il faut rester à Nimes !

ADS :