En l'absence de Sarah Bouhaddi, Pauline Peyraud-Magnin a pris la place de numéro 1 en sélection. (P. Lahalle/L'Équipe)
Bleues

Pauline Peyraud-Magnin (équipe de France féminine) : « Je veux me battre pour cette place de numéro 1 »

Promue gardienne numéro 1 en l'absence de Sarah Bouhaddi, Pauline Peyraud-Magnin veut s'installer durablement dans le but de l'équipe de France qui affronte la Serbie, ce vendredi (21 heures) en qualifications pour l'Euro 2022.

« Comment avez-vous vécu la nouvelle de la pause de Sarah Bouhaddi en sélection ?
Son choix me permet de devenir numéro 1 dans la hiérarchie des gardiennes. Je suis fière d'avoir passé cette étape, d'être première. C'est une fierté de représenter son pays. Je me sens prête. J'ai repris l'entraînement depuis le 29 juin avec mon club (l'Atlético de Madrid). On fait des matches entre nous. Au niveau des repères ça va aller.
Corinne Diacre, la sélectionneuse a d'ores et déjà annoncé que la hiérarchie pourrait bouger dans le but si vos performances ne sont pas à la hauteur...
La concurrence est toujours là et c'est essentiel qu'elle soit là. Je ne me mets pas de pression. J'aime quand il y a de la compétition saine. J'ai toujours envie de donner plus et encore plus. Aujourd'hui je suis numéro 1, on ne sait pas de quoi demain sera fait. Pour moi, l'important ce sont les deux matches qui vont arriver. Et être performante pour continuer sur cette voie.
« Je suis plutôt sereine et confiante »
Avez-vous envie de rester numéro 1 ou vous dites-vous que vous êtes simplement là le temps de la pause de Sarah Bouhaddi ?
Oui bien sûr ! Oui ! Vous pouvez le mettre en gros. Je veux me battre pour cette place de numéro 1. Pour cet Euro qui arrive dans deux ans. C'est loin mais pas trop. C'est une échéance dans ma tête depuis un moment. J'ai envie de prouver que je peux m'installer à ce poste de numéro 1.
La défense de l'équipe de France va être remaniée avec les absences de Wendie Renard, Griedge Mbock et Aïssatou Tounkara. Cela vous inquiète-t-il en vue des deux matches à venir ?
Le mot d'ordre cette semaine c'est communication. On doit beaucoup se parler, échanger. C'est important. Je suis plutôt sereine et confiante. Il ne faut jamais arriver la fleur au fusil et toujours être vigilante mais j'ai confiance en mon équipe. La Serbie est une bonne équipe, mais il faut finir ce qu'on a commencé (victoire 6-0). On veut gagner les deux matches. »
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :