kehrer (thilo) reine adlaide (jeff) (A.Mounic/L'Equipe)
Ligue 1 - 3e journée

Penalty concédé, difficultés de placement... Thilo Kehrer a vécu une première compliquée avec le PSG face à Angers

Pour son premier match sous les couleurs du Paris Saint-Germain, Thilo Kehrer est loin d'avoir ébloui la Parc des Princes et son entraîneur. Mais pas de quoi tirer dès maintenant la sonnette d'alarme...

La journée des premières fut loin d'être parfaite pour le Paris Saint-Germain. Pour son retour et ses débuts sous l'ère Thomas Tuchel, Edinson Cavani n'a certes mis que douze minutes avant de trouver le chemin des filets. Mais pour ce qui est du nouveau système de jeu et de la recrue Thilo Kehrer, l'après-midi s'est avéré bien moins glorieux. Le défenseur allemand est apparu en grande difficulté dans la défense à trois instaurée par Tuchel. La dernière recrue parisienne était pourtant habituée à ce système de jeu la saison passée avec Schalke 04. À sa décharge, sa position était plus régulièrement à gauche de cette défense à trois qu'à droite, comme ce fut le cas ce samedi.

Lire : Mbappé encore décisif, Paris écarte Angers
 
Au cours d'un premier quart d'heure plutôt séduisant du PSG, Kehrer était le seul à surprendre par ses imprécisions techniques. Pourtant bien entouré par Thomas Meunier dans le couloir droit et Thiago Silva dans l'axe de la défense, le joueur de 21 ans ne semblait pourtant pas trop juste physiquement pour être présent sur la pelouse. Il serait trop hâtif de tirer déjà des conclusions sur son niveau, on mettra ces difficultés sur le compte de la pression des débuts, et surtout du temps d'adaptation dont il n'a pour le moment pas bénéficié, moins de dix jours après l'officialisation de son arrivée. Surtout qu'il a été aligné au coeur d'un système employé pour la première fois par son entraîneur et que ses coéquipiers ne maîtrisaient pas. Compliqué alors de vivre des débuts totalement tranquilles.

Le penalty comme résumé de sa prestation

Le fait marquant du match de Kehrer, auteur de trois fautes en première période, restera le penalty concédé (21e), alors que Paris menait au score et semblait maîtriser la rencontre. Voulant devancer Flavien Tait à la réception d'un centre, le jeune allemand tentait un tacle glissé. Mais celui-ci était très mal maîtrisé, et surtout effectué en retard. Kehrer venait accrocher son adversaire par derrière. En plus de la sanction au tableau d'affichage, le défenseur récoltait un carton jaune mérité.
Cet épisode n'aidait logiquement pas le jeune Kehrer à retrouver la confiance, et l'ancien de Schalke 04 se faisait de nouveau grandement bousculer avant la demi-heure de jeu. En difficulté dans le placement et dans l'impact, le défenseur finissait par terre à l'entrée de sa surface de réparation devant Jeff Reine-Adélaïde qui se créait une belle occasion (28e). Dans la foulée, un contre angevin venait sur son côté, et Adrien Rabiot devait intervenir en position de dernier défenseur, alors que tout l'axe parisien avait déserté la zone (29e).
 
Sanction ou pas, c'est lui que Thomas Tuchel choisissait de sortir à la mi-temps afin de changer de système tactique (entrée de Nsoki). Repassés à quatre derrière avec un Kimpembe cantonné à l'axe, les Parisiens n'ont alors plus concédé la moindre occasion avant les arrêts de jeu et la barre de Wilfried Kanga (90e+1). Le manque de fraîcheur physique des Angevins explique certainement en partie la relative démonstration des champions de France après le repos, mais Thilo Kehrer l'a probablement vécu comme une petite défaite personnelle, même si quarante-cinq minutes sont loin de représenter définitivement le rôle qu'il aura au sein de cette équipe ou le niveau qui est le sien. À charge de revanche.
Réagissez à cet article
500 caractères max