(D.R)
Euro 2016

Platini-Zidane-Griezmann, trois sommets pour trois générations

Chaque grande équipe de France a eu son meneur de jeu, son facteur X. Ceux de 1984 avaient pour guide Michel Platini, ceux de 2000 suivaient les pas de Zidane, et ceux de 2016 sont portés par l'enthousiasme contagieux d'Antoine Griezmann.

1984 : la bande à Platoche au sommet de son art

Il aura fallu attendre un Euro disputé dans l'Hexagone pour la première fois pour voir la France remporter un titre international. Deux ans après les larmes de Séville et la demi-finale perdue après prolongations face à la RFA aux tirs aux buts, l'équipe de France entraînée par Michel Hidalgo et dans le sillage d'un Michel Platini royal (9 buts dans la compétition, record à ce jour inégalé) écarte un à un ses adversaires jusqu'à faire tomber l'Espagne au Parc des Princes (2-0) devant plus de 47 000 spectateurs. Ce moment est l'apogée d'une génération marquée par le traumatisme du Mondial 1982. Les Fernandez, Giresse, Tigana peuvent savourer. La France remporte le trophée Henri-Delaunay, et surtout elle renoue avec la victoire.

Depuis 1958 et la troisième place à la Coupe du monde,  les Bleus étaient allés de déception en déception jusqu'au drame de 1982 et la sortie fracassante de Schumacher sur Battiston. Avec 1984, la France redore son blason et le coq est de nouveau fier. La victoire, sportive avant tout, amène des lendemains qui chantent pour le foot français. En 1986, au Mundial mexicain, les Allemands casseurs de rêves seront une nouvelle fois là pour faire entrave au beau parcours des Français. Platini, qui joue blessé en demi-finale après la victoire épique en quarts face au Brésil de Zico n'y change rien. Le rêve d'être champion du monde pour la première fois  est passé...

2000 : le doublé historique et le triomphe de la génération Zizou

Le 2 juillet 2000, le football français est sur le toit du monde. En finale de l'Euro, l'Italie, à terre, vaincue en prolongations sur un but en or de David Trezeguet (2-1) ne peut que constater les dégâts. On se dit que rien ne peut perturber cette équipe. Zidane qui a laissé son empreinte indélébile dans le sport français un soir de 12 juillet 1998 remet le couvert avec ses coéquipiers. Deux ans  après un titre mondial acquis face au Brésil (3-0), la France est de nouveau championne d'Europe, 16 ans après la bande à Platoche. La génération black-blanc-bleur est portée aux nues et le numéro 10 français en est le chef d'orchestre. Sa partition magistrale tout au long de la compétition et notamment en demi-finale contre... le Portugal en fait le symbole d'une équipe de rêve où l'on retrouve également un certain capitaine répondant au nom de Didier Deschamps. C'est le temps de la parenthèse enchantée avant le triste retour à la réalité en 2002.

2016 : pour la génération Griezmann, le plus beau est encore à écrire...

Le 10 juillet 2016 sera quoi qu'il arrive un événement. Depuis 10 ans et sa défaite en finale de Coupe du monde face à l'Italie, le 9 juillet 2006 (1-1, 5-3 tab), la France n'avait plus été en finale d'une compétition majeure. Autant dire une éternité. Poussée par une nouvelle génération symbolisée par la réussite d'Antoine Griezmann (6 buts inscrits dans la compétition, troisième meilleur buteur de l'histoire de l'Euro derrière Michel Platini et Cristiano Ronaldo), c'est tout un pays qui se remet de nouveau à rêver pour cette équipe d'un destin similaire aux générations Platini, Zidane...

Puis, la France a vaincu sa bête noire historique allemande 2-0 (une première depuis 1958, une éternité...) en demi-finale au Stade Vélodrome de Marseille. Au même endroit (face au Portugal dejà) où en 1984 Platini et ses coéquipiers avaient gagné le droit de disputer «leur» finale de l'Euro. On espère que la suite sera aussi belle pour Griezmann and co. Elle s'écrit ce dimanche dans l'écrin du stade de France face au Portugal. Une équipe contre laquelle Platini et Zidane ont tous deux marqué...
Enzo Diaz
Réagissez à cet article
500 caractères max