henrichs (benjamin) neymar glik (kamil) (E.Garnier/L'Equipe)
Ligue 1 - 20e journée

Pour les débuts de Robert Moreno, Monaco tient tête au PSG dans un match fou (3-3)

Pour la première de Robert Moreno sur le banc en Ligue 1, Monaco est allé chercher le nul à Paris au terme d'un match fou, et pour le moins spectaculaire (3-3).

La leçon : Fin de série pour le PSG

On s'attendait à un match quelque peu déséquilibré entre des Parisiens qui écrasent tout sur leur passage et des Monégasques septièmes du classement à l'aube de cette journée. Il ne l'a pas été, l'ASM ne baissant jamais les bras et tenant tête à son hôte dans le jeu (3-3). Le premier quart d'heure était même tout simplement époustouflant. Neymar, sur un bijou d'ouverture de Verratti, lançait les hostilités dès la 3e minute. Un but qui semblait en appeler d'autres pour des Parisiens qui avaient laminé Saint-Etienne dans la semaine (6-1). Sauf que l'ASM, pour les débuts de son nouveau coach, Robert Moreno, en Ligue 1, ne l'entendait pas de cette oreille. Martins, à l'affût après une sortie de Navas sur Ben Yedder, remettait les compteurs à zéro (7e). Avant que l'intenable attaquant français ne mette les siens devant après une merveille de feinte pour effacer Bernat (13e). Son 14e but de la saison en Championnat, en 17 matches...

Et, sans deux gros arrêts de Navas face à Baldé (22e) et Golovin (37e), le poteau qui repoussait la tête de Glik (31e) ou encore le même Golovin qui manquait une énorme occasion (45e), le club de la Principauté aurait pu scorer bien plus avant la pause. De l'autre côté du terrain, Paris n'était pas en reste. Mbappé manquait l'égalisation pour quelques centimètres (21e), avant de se rater sur un superbe service de Neymar (26e), qui avait entre-temps pris les choses en main en mettant Lecomte en difficulté sur un bon coup franc enroulé (15e), puis en le trompant d'une frappe doublement déviée (24e). Et le Brésilien, toujours lui, se chargeait du 3-2 en transformant un penalty provoqué par Mbappé (42e). Ouf...
Slimani entre en jeu et offre l'égalisation à Monaco
La deuxième période était logiquement moins enflammée, mais les deux équipes continuaient de jouer, et de se procurer de grosses occasions, à l'image de Neymar, idéalement placé face au but mais qui frappait sur Lecomte (54e). C'est pourtant Monaco qui revenait à hauteur, par Slimani, hors-jeu au départ après une déviation de Marquinhos. Mais l'arbitre, après consultation de la VAR, validait le but (72e). Malgré des situations de part et d'autre, le score ne bougeait plus. Fin de série, donc, pour le PSG, qui restait sur huit victoires de rang,toutes compétitions confondues. Et qui ne compte plus que cinq points d'avance sur son dauphin, l'OM, avec un match de moins au compteur. Ce sera pour mercredi, à... Monaco, pour une revanche qui s'annonce prometteuse.

Le gagnant : Monaco a joué, et a été récompensé

Personne n'imaginait un tel scénario, ni peut-être même une telle issue. Pourtant, ce match nul, Monaco est allé le chercher. Sérieux et disciplinés face à l'ogre parisien, les hommes de Moreno ont surtout fait montre d'un culot dans le jeu assez rare face au PSG, qui plus est sur ses terres. Très vite menés au score, ils auraient pu s'écrouler. Ils ont au contraire tout renversé en quelques minutes. Avant de se retrouver de nouveau derrière au tableau d'affichage. Mais, là ou d'autres auraient certainement baissé pavillon, Ben Yedder et ses copains ont continué de jouer leur football, de pousser, de piquer en contre. Pour revenir une nouvelle fois à hauteur. Avec de telles intentions, et les qualités de son effectif, l'ASM devrait très vite s'inviter dans la course au podium. A condition de confirmer, bien sûr...

Le perdant : Mbappé un ton en dessous

On aurait pu citer ici la fébrilité des deux défenses, et notamment celle du PSG, en grande difficulté face aux assauts adverses, et surtout face aux déplacements de Ben Yedder. Ou encore le match totalement neutre de Meunier. Ou même un Icardi sevré de ballons... Mais comment ne pas mettre en lumière la performance somme toute décevante de Kylian Mbappé ? Face à son ancienne équipe, et dans un match ouvert parfait pour les qualités qui sont les siennes, on attendait beaucoup de l'attaquant parisien. Il a tout manqué, ou presque. A commencer par ces quelques occasions (21e, 26e, 76e, 82e, 90e+4) qui lui auraient certainement permis d'ordinaire de marquer au moins une fois. Son seul fait d'arme ? Le penalty provoqué pour le 3-2. Pour un tel joueur, ça reste insuffisant.
Bruno Rodrigues
Réagissez à cet article
500 caractères max
Kiwi1212 13 janv. à 14:18

Match agréable à regarder, ça change quand il y a de la qualité technique et des tactiques offensives, et pas des golgoths aux pieds carrés faisant la passe à 10 pour avoir la meilleure stat de possession de balle.

samaeldarkhan-pro- 12 janv. à 23:50

Belle performance de la part de Monaco ! Cependant je les voie trop juste et trop en retard pour finir sur le podium

ADS :