Madrid, Spain. May 18th 2014: Courtois Portero del Atlético de Madrid, celebrando en la plaza de Neptuno el titulo de campeón de liga BBVA 2013/2014. (Photo: Ivan Abanades Medina). *** Local Caption *** (Ivan Abanades Medina/CORDON/PR/PRESSE SPORTS)
Espagne

Premier carton rouge, premiers titres, premières louanges et insultes envers le Real : retour sur les trois ans de Thibaut Courtois à l'Atlético Madrid

Après trois ans passées au club et plus de 150 matchs joués avec le maillot des Colchoneros entre 2011 et 2014, Thibaut Courtois retrouve son ancien club avec le maillot du rival, le Real Madrid lors de la Supercoupe d'Europe. Retour sur son aventure chez les Colchoneros.

Des débuts à toute vitesse

À l'été 2011 Thibaut Courtois est acheté pour 9 millions d'euros par les Blues de Chelsea au club de Genk, champion de Belgique en titre. Le portier est directement prêté pour une saison à l'Atlético Madrid. Prêt qui sera d'ailleurs renouvelé à deux reprises. Courtois ne tarde pas à occuper la place de numéro 1. À 19 ans, il dispute son premier match avec les Colchoneros lors d'une victoire 4-0 contre le Vitoria Guimaraes en Ligue Europa le 25 août 2011. Ses débuts remarqués avec son nouveau club lui permettent même de s'ouvrir les portes de la sélection belge en novembre de la même année lors d'un match amical contre l'équipe de France (0-0).

Son premier derby face au Real, un cauchemar

Courtois vit son premier derby madrilène le 26 novembre 2011... et il n'en garde certainement pas un bon souvenir. En première période (22e), son équipe mène à Santiago-Bernabeu (but d'Adrian) mais sur un face-à-face avec Karim Benzema, le gardien des matelassiers accroche la jambe de l'attaquant français. Penalty pour le Real, carton rouge pour Courtois. Il assistera à la défaite de son équipe dans le vestiaire (1-4). «J'étais fâché. J'ai jeté mes chaussures de rage en rentrant dans le vestiaire. Je suis resté assis, immobile pendant 20 minutes avant de prendre ma douche», expliquera t-il à l'issue de la rencontre.
Thibaut Courtois face au Real de Cristiano Ronaldo en 2013. (F.Faugere/L'Equipe)
Thibaut Courtois face au Real de Cristiano Ronaldo en 2013. (F.Faugere/L'Equipe)

Les premiers trophées, les premiers louanges

En fin de saison, tout le monde ou presque avait compris que Thibaut Courtois pouvait très vite devenir l'un si ce n'est le futur meilleur gardien du monde. Ses prestations en Ligue Europa sont remarquées et appréciées. En 14 matches dans cette compétition, il encaisse seulement neuf buts et participe grandement au sacre de ses coéquipiers, avec une finale remportée 3-0 contre l'Athletic Bilbao. En 2012-13, c'est en Coupe du Roi qu'il s'illustre, notamment lors de la finale contre le voisin madrilène. Ce soir-là, Courtois réalise une double parade face à Higuain avant de sortir un bel arrêt devant Ozil. Il est assurément l'un des hommes de cette finale remportée 2-1 après prolongation. Pour couronner une saison fantastique, il est élu meilleur gardien de la Liga. Sa moyenne de but encaissé est de 0,52 but par match et il enregistre un total de 29 rencontres sans concéder le moindre but toutes compétitions confondues. Solide.

Quand Courtois insulte le Real

La scène se déroule sur le balcon de la mairie de Madrid. L'Atlético vient de remporter la finale de la Coupe du Roi face au Real. Lors de la présentation du trophée aux supporters, Thibaut Courtois, écharpe rouge et blanc au cou, s'empare du micro et entonne un chant hostile envers le Real Madrid dont les paroles sont parfois entonnées dans les travées de l'enceinte des Colchoneros : «Saute, saute, saute petit kangourou et que les madrilènes se fassent enc****.» Bonne ambiance. Les Ramos, Modric ou Benzema, déjà joueurs du Real Madrid à l'époque, et encore présent aujourd'hui, pourraient bien lui rappeler ce souvenir.

Une dernière saison en apothéose

Si Chelsea compte lui confier les clés en tant que numéro 1 pour succéder à Petr Cech, Courtois est une dernière fois prêté à l'Atlético en 2013-14. Cette dernière saison du côté de Madrid est celle du titre de champion d'Espagne, un exploit sans commune mesure, le club n'avait en effet plus remporté le Championnat depuis 1996. Cette saison-là est aussi celle de la découverte de la Ligue des champions. Et comme souvent, Courtois n'a pas besoin de beaucoup de temps pour s'y adapter. Avec ses coéquipiers, il atteint la finale de la compétition, performance qui n'avait plus été réalisée depuis 40 ans. Jusqu'à l'ultime match, le gardien belge encaisse seulement 6 buts en 11 rencontres, mais il ne pourra rien face au coup de casque de Sergio Ramos dans les dernières minutes de la finale et devant un adversaire qui s'est transformé en rouleau compresseur lors de la prolongation (défaite 4-1). Ses performances tout au long de la compétition lui permettront d'être élu meilleur gardien de cette édition 2013-14. Champion d'Espagne et finaliste de la C1 : Courtois pouvait retourner en Angleterre avec le sentiment du devoir accompli.

Sa plaque devant le Wanda Metropolitano salie par les supporters

Mais s'il était parti de l'Atlético en étant très apprécié des supporters locaux, la nouvelle de son transfert au Real Madrid pour 35 millions d'euros a été très mal perçue par les supporters des Colchoneros. Ces derniers n'ont pas hésité à s'en prendre à la plaque en hommage à Courtois qui orne le sol devant le Wanda Metropolitano au milieu d'autres joueurs qui ont marqué le club. Crachats, jets de bières, insultes et peintures : rien n'a été oublié. Mercredi soir, lors de la Supercoupe d'Europe, celui qui était applaudi hier sera sans doute conspué par une partie du public pro-Atlético.
Najim Medini
Réagissez à cet article
500 caractères max