Championnat des étoiles
s'abonner
26 September 2018 - Carabao Cup Football - Arsenal v Brentford - Arsenal manager Unai Emery - Photo: Charlotte Wilson / Offside. (Charlotte Wilson/OFFSIDE/PRESS/PRESSE SPORTS)
Angleterre - 1ère journée

Premier League : après l'arrivée de Nicolas Pépé à Arsenal, comment va s'agencer l'animation des Gunners ?

Rechignant des années durant à dépenser sur le marché des transferts, Arsenal a cette fois fait les choses en grand. En témoignent les arrivées de David Luiz, Dani Ceballos et, surtout, Nicolas Pépé. Unai Emery, lui, peut se frotter les mains. Avec ces nouveaux éléments, l'Espagnol aura l'embarras du choix pour bâtir une escouade à son image.

C'est à l'aune d'un effectif déséquilibré, bourré d'imperfections, qu'Arsenal a pris la mesure de la besogne qui l'attendait cet été. Jugeant de fait qu'il était important d'obvier à ces maux récurrents les ayant suivis depuis de (trop) nombreuses années, les dirigeants londoniens ont pris le taureau par les cornes et aligné les billets de banque sur les tables des négociations. Pêle-mêle : 30 millions d'euros pour William Saliba – avant de le prêter dans la foulée à Saint-Etienne -, ou encore 27 millions d'euros sur Kieran Tierney et 8 millions d'euros pour enrôler David Luiz afin de plâtrer les fêlures de leur ligne arrière. Et si les deux derniers lascars ont été chipés dans les toutes dernières heures du mercato anglais, Dani Ceballos, prêté par le Real Madrid pour l'exercice à venir, et Nicolas Pépé, arraché des griffes du LOSC en échange d'un chèque de 80 millions d'euros, ont rallié la capitale anglaise de meilleure heure.
L'ancien Angevin, après avoir affolé toute l'Europe cet été, va apporter de l'amplitude à Arsenal et Unai Emery. Ce qui était un manque épidémique depuis quelques saisons maintenant ne sera plus qu'un lointain souvenir. En effet, depuis le départ d'Alexis Sanchez en janvier 2018, les Gunners peinent à bien tirer avantage de la largeur. Henrikh Mkhitaryan s'y est essayé, sans jamais vraiment retrouver son bonheur au poste de meneur de jeu lors de sa dernière pige à Dortmund, et Alex Iwobi, tout juste bazardé pour 38 millions d'euros à Everton, manquait de consistance pour apporter sa contribution à la création. Sans non plus arriver à finir correctement devant le but adverse...

Dissymétrie en option, les premiers amours d'Emery en ligne de mire

Et face à la pauvreté technique à laquelle il devait répondre sur les ailes, Unai Emery avait décidé de balayer tous ses idéaux d'un revers de main. Finie sa passion pour le jeu extérieur donc, bonjour l'omniprésence du jeu intérieur. Et s'il a recouru au 3-4-3 par moments, le technicien ibérique a aussi aligné un 4-4-2 losange, dans lequel Mesut Özil appuyait le duo Lacazette-Aubameyang. Un système très axial qui avait porté ses fruits. Mais cette saison, l'ancien entraîneur du PSG pourrait bien revenir à ce qui a fait son succès : le 4-2-3-1. Et avec Nicolas Pépé dans sa besace, le triple vainqueur de la Ligue Europa avec le FC Séville pourra compter sur un attaquant capable d'apporter de la variété, de la présence dans la surface adverse, mais aussi et surtout un bonhomme pas avare d'efforts, bien au contraire. Aubameyang, lui, pourrait bien être déporté sur le côté gauche... du moins sur le papier.
En effet, la possibilité de voir un système asymétrique une fois les joueurs en tenue sur le pré est concrète. Tout comme celle de voir Dani Ceballos montrer le bout de son nez à la pointe haute de l'entrejeu londonien. Mesut Özil, irrégulier et trop peu tranchant dans les trente derniers mètres adverses, devra surveiller ses arrières, au risque, encore, de goûter au banc de touche. Xhaka, Torreira, eux, au contraire de l'ancien du Betis et de l'Allemand, ont un volume plus imposant (et nécessaire) pour couvrir de grands espaces et la largeur à deux au milieu du terrain. Et pour Unai Emery, cette donnée est des plus importantes ; encore plus s'il use de cette animation.

Une entente à façonner

S'il venait à nourrir quelques regrets à propos de son association dans le nord de la France aux deux Jonathan – Ikoné et Bamba –, Nicolas Pépé ne devrait éprouver aucune peine à retrouver ses bonnes vieilles habitudes, en combinant notamment à l'intérieur du jeu avec Alexandre Lacazette, dont les qualités dos au but et l'appétence pour le jeu ordonnancé ne sont plus à présenter. Un parfait relai pour l'Ivoirien, sur lequel il s'appuiera pour désagréger les arrière-gardes adverses. Sans oublier Dani Ceballos, donc. De l'autre côté, les appels vers l'intérieur de Pierre-Emerick Aubameyang ne seront pas à zapper.
Pour Unai Emery, il faudra impérativement trouver le juste équilibre. Celui de ne pas donner une importance folle à ses individualités au détriment de son animation défensive et de ses directives à la perte du ballon. À Paris, après les arrivées de Neymar et Kylian Mbappé, le Basque n'était jamais parvenu à harmoniser cet amas de talents, n'arrivant pas à construire un bloc compact, lié comme un seul homme, aussi bien sur la largeur que sur la profondeur. Mais en exonérant son trident offensif de l'époque du travail défensif, impossible d'obtenir un autre résultat que celui-ci.

Un préjudice dans sa quête de succès avec le club de la capitale, notamment sur la scène européenne. Une tâche indélébile dans son parcours d'entraîneur aussi. Et, une nouvelle fois, l'Espagnol sera jugé en fonction de son influence dans ce domaine. Dès lors, difficile de penser qu'il répétera les mêmes erreurs. Sans compter que Nicolas Pépé avait affiché de solides dispositions et une capacité à répéter les courses lorsque le cuir ne caressait plus les panards de ses coéquipiers. Reste maintenant à façonner tout cela. Avec l'espoir de s'agripper au top 4 et à une place qualificative pour la plus belle des compétitions de clubs.

Mehdi Arhab
Réagissez à cet article
500 caractères max
Gaucho 12 août à 9:09

Moi je me pose plutôt la question de l animation defensive.Des qu' ils vont affronter une ligne d attaque digne de ce nom et un milieu performant, ça va partir en vrille avec ce coach qui transmet plus d'angoisse et de stress que le bord du terrain que n importe quel autre.

diegoarmando 11 août à 10:08

David Luiz pour être meilleur en défense ? Sérieusement ?

voir toutes les réactions
ADS :