Soccer Football - Premier League - Manchester United v Arsenal - Old Trafford, Manchester, Britain - December 5, 2018  Manchester United manager Jose Mourinho and Arsenal manager Unai Emery both react  Action Images via Reuters/Carl Recine  EDITORIAL USE ONLY. No use with unauthorized audio, video, data, fixture lists, club/league logos or
Angleterre - 15e journée

Premier League : Arsenal et MU se neutralisent, Martial et Lacazette de nouveau buteurs

Arsenal et Manchester United se sont neutralisés ce mercredi soir (2-2). Arsenal, qui a mené par deux fois, a vu son adversaire égaliser très rapidement. Martial et Lacazette y sont chacun allés de leur but.

La leçon : Un nul qui n'arrange aucune des deux équipes

1986 ! Voilà 32 ans que Manchester United et Arsenal ne s'étaient pas affrontés sans Sir Alex Ferguson ou Arsène Wenger sur le banc. La poignée de main chaleureuse avant le coup d'envoi entre les «successeurs» Mourinho et Emery, ne se traduisait pas sur le terrain. Pas d'entente cordiale entre les acteurs, mais plutôt un premier acte complètement haché et même gâché par une multitude de fautes. Entre la 37e et la 42e minute, Andre Marriner distribuait cinq cartons jaunes. Et de fait, il y avait peu d'actions à se mettre sous la dent, aucune équipe ne prenant réellement l'avantage sur l'autre, avec plutôt des temps forts partagés.

Mais ce sont les visiteurs qui ont ouvert le score. Ce ne fut pas dans le jeu, mais bien sur coup de pied arrêté, comme pour symboliser l'absence de beau jeu dans le premier acte. Sur un corner, Mustafi se démarquait de Smalling pour placer sa tête et profiter d'une incroyable bévue du portier adverse, De Gea, qui envoyait le ballon dans ses propres filets (0-1, 26e). Mais cette avantage n'allait être que de courte durée pour les Gunners. Quelques minutes plus tard, Rojo obligeait Leno à se détendre sur coup franc, mais Herrera, aux aguets, arrivait à redresser le ballon pour trouver Martial. Le Français profitait de la passivité de la défense d'Arsenal pour égaliser (1-1, 30e). La suite ? Une fin de première période complètement décousue, sans réel intérêt ni cohérence tactique entre les deux formations.
La fin de partie avait quelque chose d'électrique, le chaos n'était jamais très loin. Finalement, si Arsenal a eu quelques situations pour repasser devant, aucune équipe n'a réussi à punir l'autre.
La deuxième période était du même acabit, même si, après le retour des vestiaires, à l'instar de leur entame de match, les Mancuniens démarraient mieux. Sans réelle situation pour prendre l'avantage, ils se montraient tout de même plus agressifs et en mesure de punir leurs adversaires. A l'inverse, Arsenal perdait beaucoup de ballons, notamment au milieu de terrain, et ne parvenait pas à poser son jeu. Et puis, de façon anodine, sur une perte de balle de Rojo, Mkhitaryan servait Lacazette qui, pris entre l'Argentin et Bailly, réussissait à pousser le ballon pour tromper De Gea (1-2, 68e).

Mais une fois de plus, les Gunners ne savaient tenir leur but d'avance. Sur l'engagement, les locaux égalisaient. Profitant d'une énième erreur défensive, cette fois-ci l'oeuvre de Kolasinac, Lingard remettait les deux équipes dos à dos (2-2, 69e). S'entamait alors un duel entre Aubameyang et De Gea, mais le Gabonais butait à chaque fois sur le portier espagnol (71e, 75e). La fin de partie avait quelque chose d'électrique, le chaos n'était jamais très loin. Finalement, si Arsenal a eu quelques situations pour repasser devant, aucune équipe n'a réussi à punir l'autre. Et même Pogba et Lukaku, sur le banc au début du match, qui sont entrés en jeu, n'ont pu faire quoi que ce soit pour faire pencher la balance. Avec ce match nul, Arsenal enchaîne une vingtième rencontre sans défaite, mais ne profite pas du faux pas de Chelsea et descend à la cinquième place. Manchester United, de son côté, stagne à la huitième place, à dix points du podium.

Le gagnant : Torreira, toujours aussi précieux

Privé de son compère habituel, Granit Xhaka, suspendu après avoir pris cinq cartons jaunes, l'Uruguayen était aligné avec Guendouzi au milieu de terrain. Et si cette fois son équipe ne s'est pas imposée, Torreira n'a pas démérité dans l'entrejeu. Toujours bien placé, il n'a pas ménagé ses efforts et a prouvé une nouvelle fois toute son intelligence tactique dans son jeu sans ballon. A la récupération, mais aussi dans la distribution et la projection, il a souvent cherché à proposer une solution au porteur de balle, face à un bloc adverse densifié. Surtout, il est passeur décisif sur l'ouverture du score de Mustafi.

Le perdant : Une hécatombe de blessés !

Si la rencontre n'a pas tenu son rang en termes de spectacle, elle a accouché d'une succession de blessures pour les différents acteurs sur la pelouse d'Old Trafford. En première période, Holding, dans un duel avec Rashford, retombait mal et était obligé de céder sa place. Quelques minutes plus tard, c'était au tour du capitaine du soir, Ramsey, de se faire mal et de serrer les dents pour rester sur la pelouse jusqu'à la pause. Du côté des Red Devils, Mourinho, déjà amputé de nombreux éléments, a été contraint de remplacer Martial, lui aussi touché. Et puis, au-delà des sorties contraintes, le physionomie du match, les fautes très nombreuses, ont amené leur lot de frayeurs et d'interruptions du jeu. Dans cette longue soirée d'hiver, il y a eu de la casse, et les équipes devront faire le point sur l'état des troupes avant d'enchaîner sur une nouvelle journée, dès ce week-end.

Jérémy Docteur
Réagissez à cet article
500 caractères max