04.08.2019, Wembley Stadion, London, ENG, Community Shield, FC Liverpool vs Manchester City, im Bild Alex Oxlade-Chamberlain of Liverpool celebrates scoring his spot kick // Alex Oxlade-Chamberlain of Liverpool celebrates scoring his spot kick during the Community Shield Match between FC Liverpool and Manchester City at the Wembley Stadion in London, Great Britain on 2019/08/04. EXPA Pictures © 2019, PhotoCredit: EXPA/ Focus Images/ Paul Chesterton  *****ATTENTION - for AUT, GER, FRA, ITA, SUI, POL, CRO, (Paul Chesterton/Focus/EXPA/PRE/PRESSE SPORTS)
Angleterre - 3e journée

Premier League : Oxlade-Chamberlain, «Red» dingue de Liverpool

De retour d'une longue blessure et prolongé par Liverpool cette semaine, Alex Oxlade-Chamberlain doit donner la pleine mesure de son talent. Mais contrairement à Arsenal, il y a tout chez les Reds pour que ça soit le cas.

«Like a new signing». En entendant Jürgen Klopp prononcer ces mots à son égard («comme une nouvelle recrue»), au cœur d'un mercato estival très calme sur les bords de la Mersey, Alex Oxlade-Chamberlain a dû tiquer. Ce fameux adage, devenu à force d'usure un véritable running gag, a longtemps été celui de son ancien mentor Arsène Wenger, qui s'évertuait à dire, en période de vaches maigres, que les joueurs qui prolongeaient leurs contrats ou qui revenaient de blessure étaient «comme de nouvelles arrivées.» Mais Oxlade-Chamberlain, qui a quitté le navire Arsenal lorsqu'il était en décrépitude, doit aujourd'hui boire du petit lait. Être considéré comme tel par Jürgen Klopp dans une équipe championne d'Europe en titre qui tourne à plein régime, ce n'est pas donné à tout le monde. Et le milieu de terrain anglais, de retour après une rupture des ligaments croisés et une saison 2018-19 presque vierge (19 minutes de jeu), doit avoir envie de freiner le temps.

«Une opportunité de rattraper le temps perdu»

Entre ses blessures à répétition et sa période sur courant alternatif à Arsenal, Oxlade-Chamberlain compte déjà 26 printemps. Difficile à croire, pour celui qui continue à être considéré comme l'un de ces innombrables grands espoirs anglais. L'intéressé sait que quelques-uns de ses ainés - Sturridge, Wilshere, Lallana ou dans une moindre mesure Walcott - sont sûrement passés à côté d'une carrière internationale qui aurait pu être plus reconnue encore. «C'est une opportunité de rattraper le temps perdu. Quand j'ai commencé à Liverpool, c'a été un peu difficile, il a fallu que je trouve mes marques, rembobinait The Ox sur le site officiel du club ,à l'occasion de sa prolongation de contrat cette semaine. Puis, pendant trois ou quatre mois, je me suis senti au sommet du monde et tout se passait de façon incroyable. Je n'avais jamais autant apprécié mon football. (...) Ensuite, évidemment, il y a eu la blessure et tout est tombé à l'eau. Cela change un peu les choses.» Après une rééducation acharnée, l'international anglais (32 sélections, 6 buts) a fait son retour en Premier League le week-end denier contre Southampton (victoire 1-2), son club formateur. Une prestation plutôt remarquée, notamment par son coéquipier Georginio Wijnaldum : «C'est vraiment bon de l'avoir avec nous de nouveau. C'est un joueur de qualité et il l'a montré avant d'être blessé. Il va vite, il fait de bons centres et peut marquer des butsDans un début de saison correct mais sans fulgurance, Liverpool peut se délecter du retour de son poulain. Ce dernier va apporter davantage de mobilité au milieu de terrain et peut également combiner avec Salah sur le côté droit, ce qu'il a fait plusieurs fois face aux Saints. «L'avoir vu jouer tout le match face à Southampton était un moment très positif, a argué Jürgen Klopp. Nous connaissons tous son parcours depuis qu'il est arrivé au club, et oui il y a eu des hauts et des bas, mais ce qui m'a impressionné, c'est son attitude et son caractère pour gérer les rechutes.» Naturellement positif, Oxlade-Chamberlain s'est mis le staff et les supporters dans la poche, y compris pendant sa période de convalescence, en montrant son implication dans le projet du club.
Wijnaldum : «C'est vraiment bon de l'avoir avec nous de nouveau. C'est un joueur de qualité et il l'a montré avant d'être blessé».
Surtout, il a trouvé à Liverpool l'écrin rêvé pour enfin progresser, lui qui a stagné pendant de longues années à Arsenal. Au-delà du retour au premier plan des Reds sur la scène européenne, Jürgen Klopp est l'entraîneur idoine pour lui permettre de se réaliser. Proche de son joueur, attentionné, en mode "papa cool" mais à la fois très exigeant. Une exigence qu'avait peut-être perdu Arsène Wenger lors de ses dernières années à Arsenal, et qui avait montré ses difficultés à faire progresser les jeunes joueurs comme Chamberlain, Bellerin ou Iwobi. Chamberlain n'est plus dans le confort de l'Emirates Stadium et sait qu'il n'aura pas éternellement sa chance. D'autant qu'il semblerait que Jürgen Klopp soit enclin à lui offrir une place dans l'entrejeu, ce que "AOC" avait toujours revendiqué chez les Gunners, sans vraiment de succès. Mais quand l'on sait l'importance du milieu de terrain à Liverpool, notamment dans le jeu sans ballon, lorsqu'il s'agit d'accompagner le pressing de la ligne offensive, Oxlade-Chamberlain va devoir se mettre au diapason. Avec son volume de jeu et son physique, il en a les capacités. A lui de rendre à Anfield et à Klopp la confiance qu'on lui a accordée...
Antonin Deslandes
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :