Giannelli Imbula est à la cave en Premier League avec Stoke City. (L'Equipe)

Premier League : que devient l'ancien Marseillais Giannelli Imbula à Stoke City ?

Débarqué en Premier League en janvier dernier en devenant la recrue la plus chère de l'histoire de Stoke City (24 millions d'euros), Giannelli Imbula avait vite séduit. Mais depuis quelques semaines, l'ancien Marseillais se retrouve à la cave. Explications.

10 septembre dernier. Alors que Tottenham vient d'ajouter un quatrième but à sa balade au Bet365 Stadium (4-0), Giannelli Imbula quitte le terrain à vingt minutes de la fin, tête basse, remplacé par Charlie Adam. Depuis, on n'a plus revu le milieu de terrain passé par Guingamp, Marseille et Porto sur une pelouse de Premier League. Pire, durant quatre semaines, la recrue la plus onéreuse de l'histoire des Potters (18 millions de livres, soit environ 24 millions d'euros) n'a même plus été invitée par son manager Mark Hughes à s'asseoir sur le banc. C'est donc de loin qu'Imbula a assisté au redressement de son équipe, qui vient de récolter onze points lors des cinq dernières journées.

Pourtant, dans l'entourage du club comme du joueur, aucun signe d'agacement ni d'impatience. «C'est un choix sportif, rien de plus, affirme ainsi Martin Spinks, journaliste au Sentinel. Imbula a payé le mauvais début de saison de l'équipe. Physiquement et mentalement, il a eu du mal à résister au rythme et à l'intensité des matches. Et aussi bon soit-il quand il a le ballon dans les pieds, défensivement, il a trop manqué de discipline...» Il y a deux semaines, c'est un Mark Hughes bienveillant qui évoquait la mise à l'écart de son joueur : «Sa réaction a été très bonne. Il a été clairement déçu, mais après lui avoir expliqué ce qu'il devait faire pour redevenir le joueur que l'on connaît, son attitude a été fantastique. Son travail à l'entraînement est bon, et il fait toujours partie de mes plans.»

 

Working, stokies we need your support, we don't give up. ?@greigphoto #GI25 #Potters #Stokecity #Training

Une photo publiée par Giannelli Imbula (@imbula25) le

«Le coach est clair avec lui»

Du côté du clan Imbula, on ne s'affole pas non plus. «Le coach lui a donné un peu de temps pour se reposer, analyse son père et agent, Willy Ndangi. Dès son arrivée en janvier et jusqu'à la fin de saison dernière, il avait joué tous les matches en entier (14 rencontres, 2 buts). Le coach communique avec Giannelli, il est clair avec lui, ce n'est pas comme à Porto. Les matches vont bientôt s'enchaîner, et il aura besoin de lui. Giannelli, ce n'est plus un gamin, c'est un professionnel, et un bosseur. Je ne me fais pas de souci, on n'est qu'à la 10e journée...» D'autant que l'ancien international Espoirs avait déjà connu une disgrâce comparable lors de sa première saison à l'OM sous Elie Baup puis José Anigo (12 titularisations en 29 matches), avant de devenir incontournable avec Marcelo Bielsa (37 matches, tous joués en tant que titulaire).

Alors qu'il vient de fêter ses 24 ans, mais aussi de se marier, Giannelli Imbula avait peut-être besoin de ce repos forcé. Histoire de digérer un début de carrière qui l'a vu revêtir quatre maillots différents et vivre un paquet d'émotions diverses en à peine trois ans. Mais l'Angleterre ne fait pas de cadeau. Tant que Stoke City conservera son équilibre, et tant que son coéquipier-concurrent Joe Allen restera décisif et en bonne santé, le Franco-Belge aura du mal à inverser la tendance. «Les supporters aiment son style et espèrent qu'il deviendra un grand joueur, mais aucun ne s'est plaint qu'il soit sorti de l'équipe, reprend Martin Spinks. S'il a l'occasion de revenir, il devra prouver qu'il a les qualités physiques et mentales pour s'imposer en Premier League.» Challenge accepted ?

Cédric Chapuis