Soccer Football - Champions League Round of 16 First Leg - Manchester United v Paris St Germain - Old Trafford, Manchester, Britain - February 12, 2019  Paris St Germain's Angel Di Maria is embraced by Kylian Mbappe as he is substituted off REUTERS/Phil Noble (Reuters)
Ligue des Champions - Huitièmes

PSG : Décisif, Kylian Mbappé a fait mal à la défense de Manchester United

En l'absence de Neymar et Cavani, c'est Kylian Mbappé qui occupait le front de l'attaque parisienne à Manchester. Le Français est petit à petit sorti de sa boîte pour transpercer la défense adverse.

Avec seulement seize ballons touchés, la première période de Kylian Mbappé était bien fade. Scotché dans l'axe, il n'est redescendu qu'à de très faibles reprises pour récupérer la balle. Pire, ses dézonages n'étaient pas du tout bien sentis. À la 16e minute par exemple, il se battait sur le côté gauche pour garder le ballon, entouré de trois Mancuniens. Son dribble était raté, et Paul Pogba en profitait pour déborder Presnel Kimpembe et mettre à contribution Gianluigi Buffon. Une erreur sans conséquence qui montre toutefois le temps d'adaptation dont il a eu besoin pour entrer dans son match. Bien cadenassé par Éric Bailly et Victor Lindelöf, le natif de Bondy n'arrivait pas à se créer l'espace nécessaire pour tirer. La seule fois où il est parvenu à partir dans le dos du défenseur suédois, sur une superbe transmission de Julian Draxler, il ratait son contrôle, et sa frappe, légèrement trop à droite des cages. Petit à petit, il prenait le dessus sur une défense des Red Devils bien nerveuse. Lancé en profondeur dans le dos d'Ashley Young, il partait tout seul avant que l'Anglais ne l'attrape par le bras (29e). Un carton jaune preuve d'une impuissance grandissante vis-à-vis du Français qui devenait de plus en plus remuant.

Lire :
-Paris sur la voie royale
-Les notes de Manchester-PSG
-Toutes les stats à retenir
-Kimpembe : «Je m'en rappellerai toute ma vie»
-Les meilleures images du match

Un retour des vestiaires létal

Fatiguée de faire les efforts lors du premier acte pour contenir Mbappé, l'arrière-garde anglaise n'a pas tenu bien longtemps après le retour des vestiaires. Dès la 52e minute, et après une passe à dix parisienne dans le camp adverse, Dani Alves adressait son centre sur la tête du Français qui trouvait les gants de David De Gea. Si sur le corner qui suivait, c'est Presnel Kimpembe qui ouvrait le score, Kylian Mbappé finissait lui aussi par faire sauter le verrou sept minutes plus tard. Après une sortie de balle très rapide, Angel Di Maria était lancé sur la gauche de l'attaque. Son centre à ras de terre passait devant Bailly et trouvait Mbappé. L'appel du Français, qui avait déposé Lindelöf, lui permettait de se retrouver seul face à De Gea. Sa déviation ne laissait aucune chance au portier espagnol (0-2, 59e). Le quatorzième but de sa carrière en Ligue des champions. Le septième en phase à élimination directe.
«Thomas Tuchel m'a dit que mon poste allait être différent de d'habitude, que j'allais toucher moins de ballon.»
Quelques minutes plus tard, le Français aurait même pu s'offrir un doublé, sur une splendide ouverture dans le dos de la défense de Di Maria, encore. Malheureusement pour lui, son ballon piqué avait été anticipé par De Gea qui déviait le ballon avec sang-froid. Qu'importe, l'essentiel était assuré.
 
Peu habitué à jouer en pointe, le numéro 7 parisien a mis 45 minutes avant de prendre la pleine de mesure de ce poste. Il a été lancé dans la profondeur à quelques reprises, mais sans vraiment être mis sur les bons rails. Surtout, il s'est appliqué à suivre les consignes de Thomas Tuchel dans le placement. Mais ça ne l'a pas pour autant sorti de son match, car il savait que sa mission allait être complexe. Après le match, il confiait au micro de RMC Sport : «Thomas Tuchel m'a dit que mon poste allait être différent de d'habitude, que j'allais toucher moins de ballon, qu'il ne fallait pas trop que je décroche, car je suis le seul capable d'apporter de la profondeur.» S'il est parvenu à faire mal à la défense adverse par la profondeur, il a également beaucoup décroché en deuxième période pour monter en régime. D'une part pour être davantage impliqué à la création, et d'une autre pour tenir le score en fin de match. Résultat, il a touché 47 ballons, et son placement était clairement plus bas. Une mission accomplie pour celui qui du haut de ses 20 ans devait porter l'attaque parisienne sur ses épaules. Objectif atteint.
Émile Gillet 
Réagissez à cet article
500 caractères max
djad16 13 févr. à 23:20

Successeur de Messi, mais sur le style du grand Bresilien Ronaldo.

ADS :