(P.Lahalle/L'Equipe)
Ligue des Champions (Femmes)

PSG, la D1 pour se consoler

Finaliste 2015 et 2017 de la Ligue des champions féminine, le PSG s'est arrêté mercredi au stade des quarts, éliminé par Chelsea. Battu par Lyon en quart de finale de la Coupe nationale, il ne lui reste plus que la D1 pour briller cette saison...

Il s'est présenté devant les médias le visage blême, les yeux embués. Olivier Echouafni n'avait pas le cœur à plaisanter, mercredi soir, après l'élimination du PSG en quart de finale de la LDC (0-2, 2-1) par un Chelsea ultra réaliste. «Sur l'ensemble des deux matches, c'est trois occasions, trois tirs et trois buts.» Cruel. C'est évidemment le constat effectué par ce PSG-là, rajeuni après le départ de six cadres à l'intersaison, et qui aura réalisé quatre-vingt dix minutes appliquées, inscrit deux buts en seconde période avant d'encaisser ce but qui l'élimine quarante secondes dans le temps additionnel... «Tellement d'efforts sont anéantis sur une faute d'inattention» relèvera encore Echouafni, en poste depuis l'été dernier.

Maren Mjelde met fin au rêve des Parisiennes

Après une première période sérieuse mais stérile en termes de buts malgré de nombreuses occasions, les Parisiennes se libéraient en début de seconde période (Diani, 46e puis la gardienne Berger contre son camp, 56e). Ballotté, chahuté et totalement dominé dans le jeu, Chelsea faisait entrer sa "dynamiteuse" Fran Kirby à l'heure de jeu. Sa présence, conjuguée au fait que le PSG s'épuisait à vouloir inscrire le but de la délivrance, rendaient le dernier quart d'heure électrique. Le but encaissé dans le temps additionnel, inscrit par la Norvégienne Maren Mjelde (90e+1) a mis un terme définitif au rêve parisien d'affronter Lyon en demie de cette Ligue des champions.
Désormais éliminé de la LDC, battu par l'OL en quart de finale de la Coupe de France, le PSG n'a plus que le Championnat pour rêver. Deuxième derrière l'ogre rhodanien (deux points les séparent en D1), il lui faut battre chez elle les championnes d'Europe en titre le 13 avril pour espérer les coiffer sur le poteau. Echouafni y croit : «Lyon en Championnat, c'est un vrai TGV qui avance très, très vite. On est les seules à leur avoir tenu tête en Europe (1-1 en D1, 0-1 en Coupe). Les filles méritent d'être récompensées en allant chercher ce titre...»
Pendant ce temps, l'OL - vainqueur 4-2 de Wolfsburg, le finaliste 2018, en quart de finale retour - poursuit tranquillement sa route en LDC. Les Fenottes affronteront Chelsea en demies, tandis que l'autre demi-finale mettra aux prises le Bayern et Barcelone.
F.S.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :