navas (keylor) (J.Prevost/L'Equipe)
Ligue 1 - 1ère journée

PSG-Metz : l'heure de (vraiment) démarrer sa saison pour le Paris Saint-Germain

Avec les déboires de dimanche et ce début de saison bien délicat, le PSG se doit d'assumer son statut face à Metz ce soir. Sous peine de mettre encore plus d'électricité et de tension après seulement trois journées de Championnat...

23 août - 16 septembre : c'est qu'il peut s'en passer des choses en 24 jours. Avec cette impression que la finale de Lisbonne est tellement loin... Comme si les espoirs d'un projet parisien enfin tourné vers l'avant étaient déjà abandonnés. Et on n'aurait jamais imaginé devoir écrire ce qui va suivre, mais le Paris Saint-Germain sera tout proche de la crise en cas de défaite ce soir face au FC Metz qui, comme lui, a été défait lors de ses deux premières rencontres de la saison (0-1 face à Monaco et à Lille). La polémique autour de la demande de report de Lens-PSG ; Les vacances mouvementées sur fond de nombreuses infections au Covid-19 ; Kylian Mbappé testé positif pendant la trêve internationale ; La défaite inaugurale à Bollaert ; et, donc, ce «spectacle» dramatique lors du revers enregistré face à l'OM dimanche, avec l'image désastreuse d'un Paris qui perd complètement ses nerfs à l'image de Layvin Kurzawa et de son insensé coup de pied sur Jordan Amavi. Trois cartons rouges au bout du compte. Et des interrogations très nombreuses pour la suite.

Combien de points le PSG peut-il se permettre de laisser en route ?

C'est qu'il s'agirait de se réveiller. Rennes, Monaco et Lille ont déjà sept points. Actuellement barragiste avec son match en moins, Paris a grandement intérêt de limiter la casse. Dans ce calendrier infernal de septembre, trois jours après Marseille, les troupes de Juan Bernat accueillent donc Metz avant de se déplacer dès dimanche à Nice, puis d'enchaîner avec un autre déplacement à Reims le 27 septembre. Il faudra scruter le bilan parisien au soir de la 6e journée, avant la deuxième trêve internationale de la saison.

Quand Paris sera-t-il au complet... et à 100% ?

Et si le bilan comptable est incertain, c'est que la forme globale des Parisiens est pleine d'incertitudes. Il y a les retours de ceux qui ont été touchés par le Covid-19 (Kylian Mbappé, Keylor Navas, Mauro Icardi, Angel Di Maria, Neymar, Marquinhos...) avec une remise en forme physique qui peut prendre du temps. Il y a aussi les suspensions post-OM (Layvin Kurzawa, Neymar, Angel Di Maria, Leandro Paredes) qui vont tomber ce mercredi soir pendant le match de Metz, qui vont impacter de nouveau l'effectif et à propos desquelles Thomas Tuchel s'est dit «inquiet» en conférence de presse, hier. Il y a enfin les recrues qui se font attendre, et qui sont indispensables (voir ci-après).
le PSG devra composer sans Neymar (ici face à Marseille) et bien d'autres... (A.Mounic/L'Equipe)
le PSG devra composer sans Neymar (ici face à Marseille) et bien d'autres... (A.Mounic/L'Equipe)

Thomas Tuchel peut-il être rapidement menacé ?

Lui qui a emmené le PSG vers sa première finale de C1 le 23 août doit aussi se dire que cela va décidément trop vite dans le foot... «J'étais agréablement surpris de la qualité du jeu. Il y avait deux classes d'écart entre les deux équipes (...) J'ai tout aimé.» Hier, en conférence de presse, Thomas Tuchel n'a pas lâché sa ligne directrice de dimanche soir : il a adoré ce qu'il a vu face à l'OM, et ce, malgré la défaite. Un discours assez en décalage avec la situation. S'il ne dispose pas de toutes ses armes, l'Allemand doit tout de même se méfier. Car l'incapacité de son équipe à développer un jeu cohérent même avec autant d'absents peut donner raison aux critiques qui estiment que Paris est trop dépendant de Mbappé et de Neymar. Ses choix dans un futur très proche risquent d'être encore plus scrutés.

Comment le PSG va-t-il se renforcer ?

«Ce n'est pas un secret, on a perdu quatre joueurs avec Cavani, Thiago Silva, Meunier et Choupo-Moting. On a recruté Florenzi. On doit remplacer les autres postes. Si on veut remplir tous nos objectifs, c'est nécessaire.» Mardi, en conférence de presse, Thomas Tuchel a une nouvelle fois signalé son impatience de voir son équipe être renforcée. Même si question recrues, l'entraîneur allemand attend surtout des joueurs de complément, pour amener de la concurrence tant son équipe type est quasiment complète à l'exception, peut-être, d'un milieu de terrain. Mais sinon, de Keylor Navas à Mauro Icardi, en passant par Juan Bernat, Presnel Kimpembe, Marquinhos, Alessandro Florenzi, Marco Verratti, Angel Di Maria, Neymar et Kylian Mbappé, le onze type parisien est en place. Reste qu'entre un fair-play financier à surveiller et des possibilités qui peuvent se faire rares sur cet étrange marché estival 2020, l'incertitude règne (décidément) dans la capitale. - T. C.

- Toute l'actualité de la Ligue 1
- Le classement
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :