SPAIN - January, 11th: Neymar celebrates scoring the goal during the match between FC Barcelona vs Athletic Club, for the matchday 1/8 of the Spanish King's Cup, played at Camp Nou Stadium on 11th  January 2017 in Barcelona, Spain. (Credit: Mikel Trigueros / Urbanandsport / Cordon Press) *** Local Caption *** (Mikel Trigueros/CORDON/PRESSE/PRESSE SPORTS)
Ligue des Champions - 8es

PSG : Neymar était-il déjà chambreur lorsqu'il était au Barça ?

Depuis sept mois et son arrivée retentissante au PSG, Neymar a étonné, émerveillé, surpris, agacé. Mais il a aussi chambré. Au point d'en faire réagir plus d'un. FF.fr s'est intéressé au passé de chambreur du Brésilien, notamment lors de son aventure au Barça. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'a (presque) pas changé.

Le match date du 30 janvier dernier. Tous les amateurs de foot s'en souviennent : lors de la qualification du PSG pour la finale de la Coupe de la Ligue à Rennes (3-2), Neymar a énormément fait parler de lui. Et spécifiquement par son attitude. On l'a vu étaler sa technique avec, par exemple, ce contrôle du dos, mais on l'a aussi grillé en train de faire semblant de vouloir relever Hamari Traoré, en retirant sa main au dernier moment. Ce qui avait fait sortir Sabri Lamouchi de ses gonds. «Neymar est un grand joueur, comme rarement vu en France. Je n'ai pas souvenir de l'avoir vu chambrer de cette manière en Espagne. Jamais je ne l'ai vu faire ça en Liga, donc qu'on ne vienne pas me dire que c'est normal
Ce constat posé, Francefootball.fr a donc voulu aller vérifier le passé du Brésilien sous le maillot du Barça. Avec cette question : dans le Championnat d'Espagne, le Neymar chambreur du PSG était-il le même ? On se souvient, par exemple, d'un Bilbao-Barça assez houleux en 2015 lorsque, à 3-1 pour les Blaugrana, Neymar tentait un arc-en-ciel sur un joueur basque provoquant la colère des joueurs d'Ernesto Valverde. Ce dernier, actuellement coach du Barça, et qui était en poste à l'Athletic Bilbao à l'époque, avait estimé que Neymar «pourrait éviter ce genre de choses quand le score est déjà scellé».

Quatre anciens adversaires ouvrent la boîte à souvenirs

Jordan Lotiès* : «Il n'arrêtait pas de faire la serpillère»
«Quand j'ai joué le Barça, c'est vraiment lui qui m'a le plus impressionné. Tout ce qu'il faisait, c'était efficace, c'était pour faire gagner son équipe. Après, il était un peu simulateur, il essayait de provoquer des fautes et plongeait un peu plus que maintenant. Je préfère le Neymar d'aujourd'hui que celui qui n'arrêtait pas de faire la serpillère en Espagne. C'était pénible. En Espagne, il n'était pas vraiment chambreur, mais il prenait des coups parce qu'il était un peu simulateur. Ça énervait les adversaires de le voir tout le temps par terre. Je trouve qu'il a durci son jeu, tout en entrant dans une provocation balle au pied. Les petits ponts, c'était dans le sens du jeu, même si on a parfois l'impression qu'il va chercher son adversaire uniquement dans le but de l'humilier.» 

*Passé par Osasuna, actuellement joueur à Eupen, en Belgique
Carl Medjani* : «Il avait déjà ce côté provocateur»
«Il avait déjà ce côté provocateur. Il était chambreur sur le plan footballistique. Exemple : quand il voyait qu'il avait du répondant face à lui, il faisait exactement la même chose qu'aujourd'hui en Ligue 1. Il attendait presque que le défenseur revienne sur lui pour ensuite lui montrer de quoi il était capable. En Espagne, en revanche, on n'avait vu le Neymar chambreur dans le côté non sportif comme il a pu le faire la dernière fois en tendant la main au Rennais puis en l'enlevant. Qu'il chambre sur des petits ponts, des râteaux, des louches, c'est de bonne guerre. C'est comme un boxeur qui va baisser les mains quand il a pris l'ascendant sur son adversaire. Mais chambrer pour ridiculiser comme face à Rennes, j'adhère moins. C'est le genre de comportement qui peut avoir pour conséquence que le jeu va se durcir face à lui.»

*Il a porté les couleurs de Leganés et Levante. Il est aujourd'hui en Turquie, à Sivasspor
Neymar face à Lacen lors de Getafe-Barça, en 2015. (Miguel Lopez/CORDON/PRESSE SPO/PRESSE SPORTS)
Neymar face à Lacen lors de Getafe-Barça, en 2015. (Miguel Lopez/CORDON/PRESSE SPO/PRESSE SPORTS)
Mehdi Lacen* : «Je ne trouve pas qu'il en fasse plus ou moins qu'avant»
«Le geste de faire semblant de relever un adversaire, ça, il ne l'avait jamais fait. En Espagne, il se permettait peut-être moins de choses qu'au PSG. Peut-être parce qu'il y avait Messi et que c'était une équipe d'un calibre peut-être un peu supérieur. Mais au niveau des gestes, c'est la même chose. Sombrero, petit pont, roulette, il a toujours eu ce côté spectacle, provocation. Ça ne me surprend pas. Je ne trouve pas qu'il en fasse plus ou moins qu'avant. Les médias espagnols en parlaient, mais ils évoquaient davantage la fantaisie, plutôt que le chambrage.»

*Actuellement à Malaga. Passé par Alavés, Santander et Getafe

Lire aussi : Real-PSG, l'intégrale de FF.fr
Alexandre Coeff*: «Il était plus discret»
«Je n'ai pas souvenir d'un joueur chambreur, qui avait autant confiance en lui et qui pouvait faire ce genre de choses (de faire semblant de relever l'adversaire). Ça m'a étonné d'ailleurs qu'il se permette ça récemment. En Espagne, il était plus discret. Il a toujours aimé faire le spectacle, mais pas dans ce sens-là. C'était un gros travailleur, avec l'envie de faire des différences. On entendait beaucoup moins parler de lui à cette époque, parce que les phénomènes s'appelaient Messi, Iniesta et Xavi. Mais ça peut être aussi de bon augure pour lui, car ça veut dire qu'il est en pleine confiance.»

*Ancien joueur de Grenade, aujourd'hui au Stade Brestois
Timothé Crépin
Réagissez à cet article
500 caractères max
karton_john 14 févr. à 19:06

Neymar est un excellent joueur mais un homme détestable et arrogant à l'image de son club qatari.

Kenzou 14 févr. à 14:10

On attend de lui qu’il chambre ses adversaires en levant très haut la Coupe d’Europe des Cleubs Champions 2018 .Le reste n’est que «  un peu de fanfaronnade , de manque de respect «  et biensur du spectacle quand même ( sombréro , petit ponts ..des gestes techniques ) a 222 M€ pour le souvenir !