carrasso (cedric) (FEVRE/L'Equipe)
Anniversaire

PSG-OM : dix ans après, que sont devenus les «minots» ?

Le 5 mars 2006, l'Olympique de Marseille envoyait son équipe B récolter un nul improbable au Parc des Princes (0-0). Dix ans plus tard, si certains ont connu une belle carrière, d'autres ont vite disparu du monde professionnel...

«Pour nous, la défaite était évidente mais il fallait être cohérents et courageux.» Dans sa chronique hebdomadaire pour Francefootball.fr, José Anigo est revenu cette semaine sur «ce fameux PSG-OM». Pourquoi fameux ? Parce que, suite à un désaccord avec le PSG et la LFP sur le nombre de places attribuées à ses supporters, le président marseillais Pape Diouf avait décidé d'envoyer son équipe B au Parc des Princes pour le match le plus attendu de l'année !

Une claque est promise à ces «minots», encadrés par quelques habituels remplaçants (Civelli, Delfim, Gimenez). Mais au prix d'un match héroïque face à des Parisiens (très) peu inspirés, l'OM décroche un nul inespéré (0-0) ! Ce match a-t-il servi de tremplin aux titulaires alignés ce 5 mars 2006 par Albert Émon ? Pas forcément...

Cédric Carrasso (34 ans)

Il est, de loin, celui qui a connu la plus belle carrière en Ligue 1. Devenu titulaire après le départ de Fabien Barthez, Carrasso quitte l'OM en 2008, victime de l'éclosion express de Steve Mandanda. C'est donc avec Toulouse, puis Bordeaux, que le natif d'Avignon devient une référence à son poste (328 matches de L1 au compteur). Il compte même une sélection avec l'équipe de France (en Pologne, le 9 juin 2011, 1-0).

Garry Bocaly (27 ans)

Le plus jeune du lot. Le plus prometteur aussi. Prêté avec succès à Libourne-Saint-Seurin (2007-2008) puis Montpellier (2008-2009), Bocaly ne parvient pas à se faire une place au sein de l'OM qui deviendra champion de France, alors il décide de retourner au MHSC en janvier 2010. Il y a terminera champion en 2012, avant de voir sa carrière hâchée par les blessures. Il est aujourd'hui sans club depuis la fin de son aventure à Arles-Avignon l'an passé.

Renato Civelli (32 ans)

Comme Carrasso, le défenseur argentin a dû quitter Marseille pour devenir incontournable en L1. Solution de rechange à l'OM jusqu'en 2009, Civelli devient un patron indiscutable à Nice (2010-2013) comme à Bursaspor (2013-2015). Sa hargne, sa science de la défense et son expérience sont de précieux atout pour Lille, qu'il a rejoint l'été dernier. Le roc argentin compte à ce jour 188 matches (et 19 buts) en Ligue 1.
Renato Civelli et Garry Bocaly avaient muselé Bonaventure Kalou. (MARTIN/L'Equipe)
Renato Civelli et Garry Bocaly avaient muselé Bonaventure Kalou. (MARTIN/L'Equipe)

André Luis (36 ans)

Le défenseur brésilien dispute 15 matches de Championnat en 2005-2006 avec le club phocéen, où il est prêté par Benfica. Depuis, André Luis est rentré au pays et a connu douze changements de club ! Passé notamment par Cruzeiro, Botafogo, Sao Paulo ou Fluminense, il a (re)signé cet hiver avec le Brasiliense FC, en quatrième division.

Alexis Pradié (29 ans)

Le défenseur central n'a jamais vraiment pu surfer sur cet exploit au Parc. Deux sérieuses blessures l'ont notamment empêché de signer pro à Marseille, avant qu'il ne décide de prendre un virage à 90° : partir aux Etats-Unis pour y poursuivre ses études tout en jouant au football. En 2007, direction l'université de Daytona Beach, avant d'être drafté par Dallas en 2011. Là encore, Pradié prend le contre-pied et quitte le monde professionnel pour entrer dans la vie active, à Montréal. Et depuis quelques mois, il a ouvert une agence de voyage en Colombie, le pays de sa femme.

Alain Cantareil (32 ans)

Capitaine des "minots" ce 5 mars 2006, la latéral gauche, natif de la cité phocéenne, était la doublure de Taye Taiwo dans son club formateur. Mais la succession n'aura pas lieu, et Cantareil rejoint Lorient, puis l'AC Ajaccio, Nice, Rouen et Istres sans réussir à s'imposer pleinement. Depuis quelques mois, c'est à Toulon qu'il tente de se relancer. Le Sporting est actuellement leader de son groupe de CFA2.
La joie des Marseillais au coup de sifflet final. (FEVRE/L'Equipe)
La joie des Marseillais au coup de sifflet final. (FEVRE/L'Equipe)

Mohamed Dennoun (29 ans)

Lui aussi est né à Marseille, mais lui non plus n'est pas parvenu à se faire une place à l'OM. Prêté successivement à Libourne-Saint-Seurin (2007-2008), Amiens (2009-2010) et Bayonne (2010-2011), le milieu de terrain offensif quitte son club formateur libre, à l'été 2011. Dennoun tente sa chance en Algérie, à l'ASO Chlef (2011-2012), avant de passer deux saisons à Marseille Consolat (2013-2015). Le deuxième club de Marseille, actuel leader du National, ne l'a pas conservé l'été dernier.

Vincent Gastine (33 ans)

Du haut de ses 23 ans, il faisait presque figure de grand frère au Parc des Princes. Vincent Gastine était sans doute conscient que cette opportunité ne se représenterait plus, lui qui n'avait jusque-là jamais eu sa chance. Après cet unique match de Ligue 1 à son actif, il quitte la France pour rejoindre la Grèce. Trois saisons (et trois club différents) plus tard, Gastine met un terme à sa carrière professionnelle.

José Delfim (39 ans)

Recruté par Bernard Tapie en 2001, Delfim est alors présenté par le boss marseillais comme «le nouveau Deschamps». Raté. A l'occasion de ce PSG-OM, l'éphémère international portugais (1 sélection) joue un de ses 33 matches de Ligue 1 en cinq saisons... Retraité depuis 2009, l'ancien milieu du Sporting CP n'a jamais pardonné le staff médical de l'OM, qu'il estime responsable de ses graves soucis physiques, notamment à la colonne vertébrale.
Mame N'Diaye face à Christophe Landrin. (MARTIN/L'Equipe)
Mame N'Diaye face à Christophe Landrin. (MARTIN/L'Equipe)

Mame N'Diaye (29 ans)

Le milieu de terrain sénégalais compte cinq matches de L1 sur son CV. Mais un seul avec l'OM, ce fameux 5 mars 2006. «J'ai mis le bouillon à Bernard Mendy, il est sorti sous les insultes», se remémorait-il dans les colonnes du Parisien en janvier dernier. Les quatre suivants, il les joue avec Boulogne, en 2009-2010. Mais le club nordiste ne le conserve pas en fin de saison, et N'Diaye s'éloigne alors du monde pro. Passé par Bayonne (2011-2012), l'AC Amiens (2012-2013) et Beauvais (2013-2015), il a signé en novembre dernier à Breteuil, en DH.

Christian Gimenez (41 ans)

A son arrivée, après quatre saisons prolifiques au FC Bâle, l'attaquant argentin était très attendu. Mais à Marseille, Gimenez ne trouve le chemin des filets qu'à une seule reprise ! Vite écarté, il a donc eu l'honneur de disputer cette rencontre... et de se créer la meilleure occasion du match. Sans la transformer. S'il retrouve un peu d'efficacité au Hertha Berlin la saison suivante (12 buts en 28 matches), l'international argentin (2 sélections) se perd ensuite en changeant quatre fois de club et de pays en trois ans (Toluca au Mexique, Xhanti en Grèce, Locarno en Suisse, Chacarita en Argentine), et raccroche les crampons en 2010.
Cédric Chapuis 
Réagissez à cet article
500 caractères max