depay (memphis) (P.Lahalle/L'Equipe)
Ligue 1 - 16e journée

Puni par Lille et auteur d'une pâle prestation, Lyon voit le podium s'éloigner

Alors qu'il avait l'occasion de se rapprocher du podium, l'OL a livré une pâle prestation et s'est même fait punir sur une des rares offensives lilloises (0-1).

La leçon : Lyon retombe dans ses travers

Rudi Garcia et les Lyonnais avaient ce soir l'opportunité de donner une belle couleur à leur deuxième partie de saison, celle qui a démarré après le limogeage de Sylvinho. Jusque-là, on ne savait pas bien comment juger le premier (gros) mois du successeur du Brésilien et la réception de Lille, huitième au coup d'envoi, avait des allures de tournant. 90 minutes plus tard, on en sait un plus et ce n'est pas forcément une bonne nouvelle pour l'ancien entraîneur de l'OM. Car s'il y a bien eu quelques éclairs de Memphis Depay durant le premier acte, il y aussi et surtout eu un arrêt déterminant d'Anthony Lopes en début de match (10e), sans quoi les Gones seraient rentrés aux vestiaires menés sans qu'il n'y ait grand-chose à redire. Et en dehors de son gardien et de son capitaine, Garcia n'avait pas beaucoup de joueurs à complimenter à la pause. Parce que certains évoluent en dessous de leur niveau, sans doute, mais également parce que Lyon continue de donner l'impression que ses résultats dépendent plus de ses individualités que d'une hypothétique force collective. En cela, le nouvel entraîneur de l'OL ne se distingue pas vraiment de son prédécesseur, ce qui n'est pas rassurant pour ses supporters.

Voir aussi : le film du match
Aucun tir cadré lyonnais en seconde période !
Comme leurs joueurs étaient revenus avec de meilleures intentions après les quinze minutes de repos, ces derniers se sont certainement pris à rêver d'une deuxième période plus en adéquation avec les ambitions du club. Mais cela n'a pas duré. La faute à un manque d'idées donc, et à un adversaire bien organisé. Au coup d'envoi, le LOSC restait sur une série très délicate hors de ses bases (5 nuls, 6 défaites) et il est difficile de lui reprocher de s'être montré prudent. Les fans de l'OL sont, eux, en droit de se demander pourquoi ils ne doivent les rares tirs cadrés auxquels ils assistent (3, ce mardi soir, 0 en seconde période) à un seul homme. D'autant plus lorsque celui-ci revient de blessure et qu'il doit tout à la fois être à l'origine et à la conclusion des actions. Memphis Depay venait de sortir lorsqu'il a assisté à l'ouverture du score lilloise, et il a dû être envieux de la combinaison entre Victor Osimhen et Jonathan Ikoné qui a conduit au but des visiteurs (75e). Le coup des Lillois était parfait et ramenait subitement l'OL à ses limites collectives, masquées ces dernières semaines par des résultats plutôt flatteurs (douze points sur quinze possibles lors des cinq dernières journées). Au terme des dix premiers matches de l'ère Garcia, un constat s'impose : Lyon n'est pas guéri.

Le gagnant : Super Victor !

Auteur de 8 buts en Ligue 1 depuis le début de la saison (auxquels s'ajoutent deux réalisations en Ligue des champions), Victor Osimhen n'a pas augmenté son total ce mardi soir. L'avant-centre nigérian a pourtant de quoi être satisfait de son match. Au-delà de sa passe décisive pour Jonathan Ikoné sur l'unique but de la rencontre, il n'a pas compté ses efforts et le LOSC lui doit une nouvelle fois beaucoup. Notamment parce qu'il n'a jamais rechigné à la tâche défensivement mais aussi et surtout parce qu'il a continuellement offert des solutions à ses coéquipiers lorsque les Lillois cherchaient à se projeter. Les Nordistes passeront la nuit à la quatrième place du Championnat et leur numéro 7 y est pour beaucoup.

Le perdant : l'état-major lyonnais

Mine déconfite au coup de sifflet final alors que le Groupama Stadium grondait, Jean-Michel Aulas doit certainement se demander ce qui a changé entre la mandature de Sylvinho et celle de Rudi Garcia. Juninho, son directeur sportif, ne doit pas être loin de penser la même chose et les deux hommes se retrouvent aujourd'hui en première ligne. Ce sont eux qui ont choisi l'ancien entraîneur de l'OM pour redresser la barre et force est de constater que leur nouvel entraîneur n'a pas encore trouvé la recette.
Thymoté Pinon

À lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
Flyrelax 4 déc. à 15:58

C’est le bus qui est en panne et JMA change le chauffeur !!L.OL me déçoit ces dernières semaines,pas de fond de jeu ni esprit d’équipe,vestiaire au chaos....Difficile cette saison de viser le podium.

ladestineek3r 4 déc. à 1:03

Gagaga, Garcia,c'est déjà défaite face à Bénéficia, ,ke Zénith, L'om et maintenant le LISC, lol ca va s'arrêter quand ses défaites face aux gros

ADS :