(L'Equipe)
Transferts

«Que la lumière soit» : le transfert de Cristiano Ronaldo vu par les médias italiens et espagnols

Le transfert de Cristiano Ronaldo à la Juventus Turin pour 105 millions d'euros a fait jaser sur tout le globe. Et particulièrement en Espagne et en Italie, entre hommages poignants, incrédulité et joie démesurée.

Les rédactions sportives du monde entier ont dû phosphorer longuement, dans la nuit, pour déterminer quelle serait leur Une. Cristiano Ronaldo ou la demi-finale du Mondial ? En Italie et en Espagne, le choix a été vite vu. Le transfert de l'attaquant portugais du Real Madrid à la Juventus Turin a polarisé toute l'attention. Trop impatients à l'idée de voir la star revêtir le maillot de la Vielle Dame, les médias italiens y sont allés de leur petit montage, faisant apparaître le mastodonte du football mondial avec le maillot noir et blanc. «Ronaldo est bianconeri, le voilà !», titrait ce matin Tuttosport. Dans ses colonnes, le quotidien a fait le calcul : «L'opération Ronaldo coûtera 400 millions d'euros, soit la plus grosse dépense de l'histoire de la Juventus. Le coup du siècle !» Avant d'ajouter : «Cela ramène la Serie A au centre du monde, multipliant l'attrait médiatique à l'échelle planétaire. Bem-vindo, Ronaldo. Vous n'avez aucune idée à quel point notre football vous attendait.»

Lire aussi : CR7 à la Juventus (officiel)
Pour la Gazzetta dello Sport, «le 10 juillet 2018 restera dans l'histoire du football italien.»
De son côté, le Corriere dello Sport titre en Une de son journal «Fiat Lux», une allocution latine signifiant «Que la lumière soit.» Avec ce transfert, la Juve «rallume la Serie A» selon le quotidien. Ivan Zazzaroni, directeur de la publication, écrivait quant à lui dans son édito : «Je ne peux pas le croire (...) Je pensais qu'il était impossible de convaincre l'un des deux plus grands joueurs du football pour mettre fin à sa carrière en Italie, dans un Championnat un peu dévalué, après que la sélection a échoué à se qualifier pour le Mondial.» Le séisme est tel que Cristiano Ronaldo n'a même pas eu besoin d'attendre ses premières minutes avec le maillot de la Juve pour mettre la Botte sans dessus-dessous. Preuve en est, pour la Gazzetta dello Sport, «le 10 juillet 2018 restera dans l'histoire du football italien.»

Lire aussi : Les cinq défis de Ronaldo à la Juve

«Son impact est seulement comparable à ce qu'a fait Di Stefano.»

En Espagne, la sidération a laissé place aux hommages pour celui qui a écrit l'une des plus belles pages de l'histoire du Real Madrid. Le journal pro-Madrid Marca titrait en Une : «Il n'y en aura pas d'autre pareil», décrivant Ronaldo comme «la légende aux 451 buts.» Le quotidien a représenté ces buts inscrits sur sa couverture, ajoutant la légendaire bicyclette de l'attaquant portugais face à la Juventus Turin. Dans ses colonnes, Marca décrit «la fin d'une ère» et s'inquiète quant à la succession de Ronaldo : «Son impact est seulement comparable à ce qu'a fait Di Stefano. Et son départ plonge le club dans l'inconnu. C'est une autre paire de manche que de trouver son successeur.» Toujours selon le quotidien ibérique, Neymar reste «le grand rêve», mais le Real explore également d'autres pistes.
Comme le révélait France Football mardi dans l'après-midi, la rupture définitive trouve sa source lors de la finale de la Ligue des champions, lorsque Cristiano Ronaldo a laissé entendre qu'il pouvait quitter le Real Madrid. Marca abonde : «Depuis cette déclaration, les différentes positions semblaient irréconciliables. Et au sein du club, ses mots étaient interprétés comme un souhait de départ.» 

Lire aussi : Les dates marquantes de Ronaldo au Real

Du côté des médias catalans, on ne cachait que modérément sa satisfaction de voir Ronaldo partir, affichant l'attaquant en Une avec le maillot de la Juventus. «CR Sette», titrait par exemple Mundo Deportivo, «Sette» signifiant «sept» en italien. Ce qui n'a pas empêché son directeur de la rédaction Santi Nolla de rendre hommage au grand champion qu'il est : «Son départ est une mauvaise nouvelle pour la Liga. Il est une référence, celui qui a maintenu le duel le plus brutal dans le football avec Lionel Messi. Le Real a été en mesure de résister à la meilleure équipe de l'histoire grâce à lui». De l'autre côté des Alpes, Cristiano Ronaldo restera sûrement un personnage clivant sur bien des points. Mais quand il s'agit de reconnaître son immense talent et son ambition démesurée, le son de cloche est le même partout.
Antonin Deslandes
Réagissez à cet article
500 caractères max