Le spectacle était également dans les tribunes, à Casablanca. (Rizkou Abdelamjid/AFP)
Maghreb FC

Quel est le derby le plus chaud du Maghreb ?

Bouillants comme en Amérique du Sud, les derbies au Maghreb sont une fête du football où la démesure est au centre du jeu. Alger, Tunis ou Casablanca, FF fait un tour d'horizon de ces rencontres pas comme les autres. À vous de choisir.

Le derby de Casablanca

Verts contre rouges, le Maroc attend chaque année son derby de Casablanca entre le Raja et le Wydad. Samedi soir dernier, à l'occasion du huitième de finale retour de la Coupe arabe des clubs champions, les supporters des deux clubs ont assuré un show exceptionnel à base de fumigènes et de banderoles XXL. Des images qui ont fait le tour des réseaux sociaux. Au Maroc, ce séisme footballistique se déroule au minimum deux fois par an. Wydad-Raja, c'est LE rendez-vous. Son histoire, ses anecdotes ou petites phrases font qu'il trône sur le Royaume. Au Maroc, peu importe d'où vous venez, la question est récurrente : «Wydadis ou Rajaouis ?».

Le derby de Tunis

Boca sans River, Milan sans l'Inter, Al Ahly sans le Zamalek etc... On ne peut concevoir l'Espérance sans le Club Africain. Le sang est mêlé, la rivalité aussi. L'histoire du club se nourrit depuis 1923 de sa cette confrontation fratricide avec le Club Africain pour l'un des derbies les plus chauds d'Afrique. Ce match, c'est avant tout une rivalité de quartier. Chacune de ces deux équipes représente un quartier de la ville : Bab Souika pour l'Espérance sportive de Tunis et Bab Jedid pour le Club africain. Une proximité géographique qui se prolonge jusqu'au centre d'entraînement, puisqu'il n'y a qu'un kilomètre qui les sépare ! Ainsi, les deux clubs de Tunis s'observent constamment du coin de l'œil avant d'en découdre dans une ambiance explosive. Le bilan comptable est pour l'instant favorable à la Vieille Dame. L'Espérance mène la danse (62 victoires, 51 nuls et 42 défaites en 155 matches, toutes compétitions confondues). Une seule certitude, chaque année, Tunis pleure ou rit.

Le derby d'Alger

Comme à Londres, Alger est une capitale où une dizaine de clubs évoluent entre la L1 et L2. De Bab el-Oued à El-Harrach, en passant par les collines d'Hydra ou la forêt de Bouchaoui, partout le football foisonne. Mais, s'il y a bien un match à ne pas manquer, c'est le grand derby de la capitale entre deux clubs mythiques (le Mouloudia fut le premier club algérien champion d'Afrique en 1976, l'USMA le premier ­champion d'Algérie en 1963), issus des mêmes quartiers du centre-ville d'Alger : Bab el-Oued et la Casbah. Quand il se dispute au stade du 5 juillet, l'ambiance est absolument survoltée. Il y a les chants de la galerie des supporters de l'USM Alger, à l'origine des des hymnes des manifestants contre la prolongation du mandat de l'ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika, et plus largement du "système" au pouvoir. Il y a aussi des craquages de fumigènes incroyables où les supporters du MC Alger, appelés Chnaoua, littéralement en arabe algérien les chinois, en référence à leur nombre et à leur énergie débordante.
Nabil Djellit

Selon vous, quel est le derby le plus chaud du Maghreb ?

Réagissez à cet article
500 caractères max
azizessimour 30 nov. à 15:16

Raja Casablanca

armellasebastien 29 nov. à 20:05

Malheureusement je ne connais pas ces matchs là mais sûr que j'aimerais bien les voir

voir toutes les réactions
ADS :