(F.Porcu/L'Equipe)
Ligue 1

Quelle serait la solution la plus juste en cas de non reprise de la Ligue 1 cette saison ?

«La meilleure solution serait une saison blanche», signé Jean-Michel Aulas. Cette proposition, presque provocatrice, pourrait bien être une réalité. Pandémie de coronavirus oblige, on ignore si et quand la saison reprendra. Si elle devait s'arrêter là, il faudrait trouver un terrain d'entente pour contenter tout le monde. FF liste ses propositions. À vous de juger.

Arrêter le classement à la dernière journée disputée

Sur le papier, cela semble la plus logique. Encore que... La saison ayant été jouée aux trois-quarts, les positions sont révélatrices de l'exercice des équipes. Même si, forcément, ça poserait problème à ceux qui sont sur une mauvaise dynamique. Aussi, le match Strasbourg-PSG n'a pas été joué. Dans un souci d'équité, il faudrait donc prendre le classement de la 27e journée. Cela changerait la donne vis-à-vis des compétitions européennes. Lyon récupérerait sa cinquième place à Reims, et serait forcément qualifié pour la Ligue Europa (via la finale de la Coupe de la Ligue). Une situation qui, finalement, pourrait ravir Jean-Michel Aulas. Moins Jean-Pierre Caillot.
 
Champion : Paris
Ligue des champions : Marseille et Rennes
Ligue Europa : Lille, Lyon + Montpellier ou Saint-Étienne (dépend de la Coupe de France)
Barragiste : Nîmes
Relégués : Amiens et Toulouse.

Reprendre le classement final de l'an passé

C'est la proposition avancée par le président lyonnais. Un cas de figure qui l'arrangerait, puisque l'OL serait qualifié en Ligue des champions. Inespéré au regard de la saison bien délicate des Rhodaniens. Dans les faits, sa proposition est recevable, puisqu'il y a un vide juridique autour d'une saison blanche dans les statuts de la LFP. Mais cela semble inconcevable d'effacer huit mois de matches d'un seul coup. D'autant plus que ces résultats ont été obtenus avec d'autres joueurs et d'autres entraîneurs. Qui plus est, ce système sans descente ni montée aurait un effet domino sur tout le circuit français. Et puis, quid des Coupes d'Europe ? Elles devraient, elle aussi, repartir à zéro. Alors même que certains Championnats européens (Turquie, Russie et Serbie, pour ne citer qu'eux) se déroulent encore normalement. Compliqué...
 
Champion : Paris
Ligue des champions : Lille et Lyon
Ligue Europa : Rennes, Saint-Etienne et Strasbourg
Barragiste : Aucun
Relégués : Aucun.

Arrêter le classement à la phase aller

Si maintenant et l'an passé ne conviennent pas, pourquoi ne pas couper la poire en deux ? Ce schéma-là aurait l'avantage de ne pas faire table rase des changements effectués pendant l'été. Au total, sept clubs ont changé d'entraîneur pendant l'été ou en début de saison. Ce serait on ne peut plus logique de tenir compte de cela. Cela permettrait également de dégager une tendance sur la saison. Une tendance qui, avec le recul, est sensiblement la même qu'aujourd'hui. Avec toutefois un hic : les éventuels rajouts de l'hiver sont ignorés, et donc les bonnes dynamiques de certains clubs comme Lyon ou Nîmes également.
 
Champion : Paris
Ligue des champions : Marseille et Rennes
Ligue Europa : Lille + Reims et Nantes (si Paris gagne les coupes nationales) ou Lyon et Saint-Étienne (si Paris perd)
Barragiste : Metz
Relégués : Toulouse et Nîmes.

Imaginer un système de play-offs

Imagination made in FF. Tout compte fait, le plus équitable serait certainement de remettre le terrain au cœur des discussions. La décision par le jeu. Comme ça peut être le cas dans certains Championnats, il faudrait faire un grand système de play-offs, pour l'Europe et la relégation. Les clubs de première partie de tableau joueraient le titre et l'Europe (le premier actuel affronte le dixième actuel. Le gagnant continue et ainsi de suite). Ceux au-delà se disputeraient leur ticket dans l'élite dans l'autre sens (le onzième joue le vingtième, etc.) Ce dispositif, plus méritant, nécessiterait bien moins de matches qu'un retour entier du Championnat, et pourrait se jouer durant l'été. Une idée qui pourrait également faire le bonheur des diffuseurs TV. Autant de matches à enjeux, c'est ce qu'on appelle du pain béni.

Selon vous, quelle solution serait idéale ?

Réagissez à cet article
500 caractères max
l.roques0 11 avr. à 0:30

Il faudrait arrêter le championnat à la 27 ème journée sa serait équitable

GegeJac 5 avr. à 20:54

BonjourLorsqu'un match est arrêté au cours de la 2eme mi-temps, le score reste acquis parce qu'on a joué plus de la moitié du temps total.On peut imaginer faire la même chose avec le(s) championnat(s) puisque plus de la moitié de la saison a été jouée.Arrêter le championnat à la 27ème journée me paraît donc être une chose logique.

fredmoussou 5 avr. à 13:01

Un championnat se joue sur 38 journées.Si on s’arrête à la 27ème journée, le championnat est faussé car la chance n’est pas donnée pour les équipes qui peuvent encore jouer les places européennes ou encore les équipes de bas du classement qui peuvent encore se sauver.Cela concerne aussi les championnats amateurs.. pour les montées et les descentes.

pytheas 17 mars à 8:24

et ensuite ne dite pas qu'il y a un vide de règlement.le règlement dit que le classement est fait à l'issue de la dernière journée. il parle pas de 38me mais de dernière.si la lfp déclare le championnat terminé, la 27eme journée serait la dernière.

pytheas 17 mars à 8:24

un playoff est une idée un peu tordue.déjà ça ne tombe pas juste. si on fait jouer des matchs à éliminations directes aux 10 premiers, dès le 2eme tour, il resterait 5 qualifiés, contre qui jouerait le 5eme ? pour que ça marche, il faut 16 ou 8 équipes.ensuite ça ferait 4 ou 5 matchs à jouer pour les équipes qui vont jusqu'au bout.si on joue 4 ou 5 matchs en playoff, c'est que les conditions sanitaires permettent de jouer et si on peut jouer, on reprend tout simplement la saison.

voir toutes les réactions
ADS :