Championnat des étoiles
1 Live s'abonner
foto IPP/emanuele pennacchio coverciano 19-07-2016 presentazione del nuovo allenatore della nazionale di calcio italia nella foto Giampiero Ventura allenatore   foto IPP/emanuele pennacchio coverciano 19-07-2016 presentation of new italy football team trainer in the picture Giampiero Ventura trainer *** Local Caption *** (L'Equipe)
Amical - Italie

Qui est Giampiero Ventura, successeur de Conte à la tête de l'Italie ?

Ce jeudi soir, la France faisait sa rentrée des classes face à l'Italie (victoire 3-1 des Bleus). Après un Euro 2016 plutôt abouti, la Nazionale a changé de sélectionneur. Antonio Conte est parti à Chelsea et a laissé place à Giampiero Ventura, un technicien très respecté de l'autre côté des Alpes.

Il a ramené le Torino en Europe

Après une carrière de joueur très modeste où il a navigué entre la Serie D et la Serie C, Ventura se consacre à l'âge de 28 ans au métier d'entraîneur, en faisant ses classes chez les équipes de jeunes de la Sampdoria. Il va ensuite diriger pendant de nombreuses années des clubs modestes avant d'enfin connaître la Serie A à la fin des années 90 avec Cagliari. Son tour d'Italie se poursuit pendant une dizaine de saisons avec notamment la Sampdoria, l'Udinese, Bari à son actif. Son grand fait d'arme reste ses cinq années à la tête du Torino.

D'une part parce que c'est le club où il est resté le plus longtemps (cinq années) mais également parce qu'il a permis à cette formation mythique de redorer son blason. C'est l'avis de Philippe Genin, commentateur du football italien sur beIN Sports : «Le Torino est le club le plus populaire de Turin, dans la ville même il y a beaucoup plus de supporters du Toro que de la Juve. Il a d'abord fait remonter ce club en Serie A avant de le ramener en Coupe d'Europe. Maintenant, l'équipe s'est stabilisée et elle peut jouer aisément le top 6 chaque année, même si l'an passé elle a connu quelques difficultés.» Le club piémontais avait l'habitude de jouer en 3-5-2, comme un certain Antonio Conte...

La sélection, son plus grand défi

Si le parcours des Italiens s'est arrêté en quarts de finale, la Nazionale a impressionné l'Europe du football en juin dernier. En éliminant l'Espagne (2-0) puis en poussant l'Allemagne jusqu'aux tirs au but (0-0, 6 t.a.b. à 5), Antonio Conte a démontré qu'il savait tirer une force collective de cette équipe, dont le principal atout était sa défense. Ventura compte s'appuyer sur ce travail en amont pour réussir dans un premier temps à qualifier l'Italie pour le mondial 2018 en Russie. Il a notamment convaincu Barzagli, 35 ans, de poursuivre l'aventure pour deux ans. Le désormais ancien coach du Torino est un adepte du 3-5-2 comme Conte mais apprécie également le 4-3-3.

Au niveau des joueurs à surveiller sous son mandat, il pourrait relancer Ciro Immobile qu'il a eu sous ses ordres au club turinois (28 réalisations en 48 rencontres de Serie A). On pense aussi à Berardi, le jeune attaquant en grande forme depuis le début de la saison à Sassuolo. Avec plus de trente années d'expérience sur les bancs italiens, Ventura a su travailler avec plusieurs générations. Ce sera sans aucun doute sa principale mission : réussir à effectuer la transition entre les champions du monde restants Buffon, De Rossi et Barzagli avec des nouveaux cadres en devenir comme Candreva, Rugani et bien entendu Verratti.

Un homme aux plusieurs facettes

Giampiero Ventura a donc traversé les époques et fait office de monument du football italien. Si son palmarès n'est pas à la hauteur de son investissement (un maigre titre de Serie C avec Lecce), il a le respect des plus grands entraîneurs transalpins. Surnommé «le professeur», Ancelotti, Sacchi, Lippi ou encore Trappatoni dans différentes interviews à son sujet ont mis en avant sa science tactique et sa capacité à bien faire jouer ses équipes tout en misant sur la jeunesse. Philippe Genin partage également ces avis sur le natif de Gênes. «Ventura est un paternaliste. Il a su parfaitement s'adapter à toutes les générations qu'il a eu sous sa main.»

À propos de sa personnalité, le technicien de 68 ans apparaît comme un personnage complexe qui alterne les humeurs. «Il est capable d'être très sévère, comme il a une voix qui porte, il donne encore plus de portée à sa colère, décrypte Philippe Genin. Il dit les vérités sans se cacher mais il est aussi capable de chambrer et d'avoir une pointe d'ironie là où on ne l'attend pas.» Un exemple récent ? Lors d'une conférence de presse, Ventura a raconté que c'était la deuxième fois qu'il remplaçait Conte, après Bari. Avant de rajouter «et pourquoi pas une troisième fois avec Chelsea», dans un grand sourire.
 
Adrien Mathieu
Réagissez à cet article
500 caractères max
ombiloba1 1 sept. à 14:02

Un ami d'un ami....

ADS :