Nils Petersen (Freiburg) Koeln, 10.12.2017, Fussball Bundesliga, 1. FC Koeln - SC Freiburg 3:4 *** Local Caption *** (L'Equipe)
Allemagne - 27e journée

Qui est Nils Petersen (Fribourg), le meilleur buteur allemand de Bundesliga ?

L'attaquant allemand de 29 ans fait le bonheur de Fribourg depuis deux saisons. Menacée par la relégation, la formation de Christian Streich espère de nouveau compter sur son avant-centre vendredi lors de la réception de Stuttgart.

Grand (1m88), athlétique, svelte et blond, Nils Petersen est la parfaite caricature de l'attaquant teuton. Passé ce constat, il figure surtout en haut du classement des meilleurs buteurs allemands du Championnat domestique, avec douze buts en vingt-quatre matches disputés, et est devenu le deuxième meilleur buteur de Bundesliga derrière Robert Lewandowski, depuis le départ de Pierre-Emeric Aubameyang à Arsenal à la fin du mercato d'hiver. Plus impressionnant encore, il représente à lui seul près de la moitié des buts inscrits par son équipe (seulement vingt-cinq buts marqués). Autant dire que sa formation pourrait se retrouver plus qu'embarrassée si son attaquant n'était pas présent sur la pelouse (deux fois en septembre, une défaite et un match nul). Outre ces chiffres assez affolants, le joueur reste tout de même méconnu en Europe, tout du moins hors de son pays natal, ce qui s'explique notamment par la trajectoire entortillée et assez confuse de sa carrière.

Révélé à Cottbus et passé par le Bayern Munich

Nils Petersen, qui a avoué à Kicker il y a deux ans «n'avoir que le football en tête étant gamin», a fait toutes ses classes au Carl Zeiss Jena, club de troisième division allemande, qui lui offre son premier contrat professionnel en janvier 2007. Utilisé le plus souvent en tant que «super sub», le jeune Nils voit son temps de jeu réduit au fil de la saison mais tape dans l'œil de l'Energie Cottbus, alors en Bundesliga, qui croit en son potentiel. Après des débuts compliqués dans le club supporté par la chancelière Angela Merkel, dont elle est également membre d'honneur, Petersen se fait une place dans le onze et inscrit neuf buts en quatorze matches lors de la deuxième partie de la saison 2009-2010. Il enchaîne l'exercice suivant en devenant le meilleur buteur de D2 allemande avec vingt-cinq buts en trente-trois apparitions. Suffisant pour le grand Bayern et Jupp Heynckes qui lui soumettent un contrat de trois ans. «Nous avons une confiance totale en ses qualités, il pourra les exprimer ici. C'est la plus grande reconnaissance qu'un footballeur peut avoir : signer avec le Bayern. C'est une voie royale et il deviendra un grand ici», annonce alors Christian Nerlinger, le directeur sportif du géant allemand. Il récupère le n°9 porté auparavant par Gerd Müller, Giovane Elber ou Luca Toni, mais ne réussit pas à s'imposer dans un club trop grand pour ses épaules. Dépassé par Mario Gomez, Ivica Olic et l'étoile montante Thomas Müller, il est prêté au Werder Brême la saison suivante et parvient à exprimer enfin tout son potentiel. Auteur de onze buts, le jeune attaquant signale à Bild qu'il a «appris de ses difficultés au Bayern et est prêt à repartir de l'avant.» En mai 2013, il signe définitivement au Werder mais, suite au départ de l'emblématique Thomas Shaaf, il n'entre pas dans les plans de son successeur Robin Dutt et s'engage du côté de Fribourg sous la forme d'un prêt en janvier 2015. Une nouvelle étape.

Renaissance et ambitions

Un hat-trick, en sortant du banc, contre l'Eintracht Francfort, permet au natif de Wernigerode d'être immédiatement adopté par le Schwarzwald-Stadion. Même s'il ne peut empêcher la descente des siens en deuxième division à la fin de l'exercice, il parvient à scorer neuf fois en douze matches. Le SC Fribourg lève l'option d'achat, et Nils Petersen récidive ses bonnes performances avec vingt-et-un buts l'année suivante et permet à son club de retourner dans l'élite allemande. Depuis deux saisons, il constitue une valeur sûre de Bundesliga (10 buts en 2016/2017, 12 à ce jour pour l'exercice 2017/2018) et représente le renouveau des Breisgnau-Brasilianer.
«Nils est une aubaine pour nous, une bénédiction. Depuis quatre ans bientôt, le club profite chaque week-end de ses buts et de toute sa classe. Je pense que Joachim Low devrait regarder un peu du côté de Fribourg»
Son triplé à Cologne le 10 décembre dernier (4-3) et son fabuleux doublé (dont un lob de 45 mètres) au Signal Iduna Park de Dortmund (2-2) il y a un mois et demi ont entre autres permis à sa formation de récupérer de précieux points pour l'objectif de la saison, le maintien. Après ses deux buts face au BVB, Christian Streich, son entraîneur, n'avait pas tari d'éloges sur son avant-centre qu'il a désigné capitaine de sa formation depuis la mise sur le banc de Julian Schuster. «Nils est une aubaine pour nous, une bénédiction. Depuis quatre ans bientôt, le club profite chaque week-end de ses buts et de toute sa classe. Je pense que Joachim Low devrait regarder un peu du côté de Fribourg», avait-il déclaré au Süddeutsche Zeitung. Apprécié pour sa frappe de balle, la qualité de son jeu de tête et sa vivacité devant le but, Nils Petersen pourrait constituer un atout de poids pour la National Mannschaft, derrière Timo Werner et Thomas Müller et, dans une moindre mesure, Sandro Wagner. Ne possédant aucune sélection chez les A, mais membre de l'équipe allemande vice-championne olympique à Rio (six buts en six matchs, dont un quintuplé face aux Fidji), Nils Petersen doit juste continuer sur sa lancée pour éloigner définitivement son club de la position de barragiste (Fribourg est actuellement 14e, à cinq points devant Mayence, 16e), et espérer, pourquoi pas, une grande et heureuse surprise le 15 mai prochain, date de l'annonce de la liste des 23 pour le Mondial.
Joffrey Pointlane
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :