kopa (raymond) (L'Equipe)
Disparition

Raymond Kopa, une légende en sept dates

Âgé de 85 ans, Raymond Kopa, une légende du football français, s'est éteint ce vendredi. Celui qui était surnommé «Napoléon» aura marqué son temps par son envie, sa gagne mais surtout pour son amour du foot.

1949

Jeune joueur de Noeux-les-Mines (Pas-de-Calais), Raymond Kopaszewski souhaite quitter son club et voler de ses propres ailes. Deux équipes sont sur les rangs : Angers et Reims. Âgé de 18 ans, il a une préférence pour la formation champenoise, mais elle ne lui fait aucune offre cette année-là. Il signe finalement un contrat semi-pro avec l'équipe angevine. Lors de son arrivée dans le Maine-et-Loire, l'entraîneur de l'époque, Camille Cottin, prononce cette phrase devenue aujourd'hui mythique : «Ce ne sera plus Raymond Kopaszewski, mais Raymond Kopa ! Cela sonne bien et se retient mieux.»

1er août 1951

Auteur de 14 buts en deux saisons avec Angers (D2), il se fait rapidement remarquer par ses nombreuses qualités : sa vision du jeu, sa précision, ses dribbles, la puissance de ses frappes... Il signe avec Reims. Une vraie histoire d'amour naît entre ses deux. Le milieu offensif passe au total 13 ans avec les rouges et blancs (1951-1956, puis 1959-1967) et remporte à quatre reprises le titre de champion de France de D1 (1953, 1955, 1960, 1962), et une fois la Coupe Latine (1953). En 1956, il est finaliste malheureux de la Coupe d'Europe des clubs champions contre le Real Madrid (3-4), club ibérique qu'il rejoint en 1956.

5 octobre 1952

Trois ans après avoir paraphé son premier contrat professionnel, celui qu'on surnomme «Napoléon» honore sa première sélection avec la France. Pour ses premiers pas, Raymond Kopa est confronté à l'Allemagne de l'Ouest (RFA) à Colombes (Hauts-de-Seine). Il ne marque pas, mais cela n'empêche pas les siens de gagner 3-1 grâce à des buts de Joseph Ujlaki (Nîmes Olympique), Thadée Cisowski (RC Paris) et d'André Strappe (Lille). Au total, il porte 45 fois les couleurs de l'équipe de France pour 18 buts.

Été 1956

Il rejoint le Real Madrid contre la somme astronomique à l'époque de 52 millions d'anciens francs. Au cours de son passage chez les Merengue, le milieu côtoie d'autres très grands comme Alfredo Di Stefano (Espagne) et son idole, Ferenc Puskas (Hongrie). Kopa remporte tout sur son passage : le Championnat d'Espagne (1957, 1958) et la Coupe d'Europe des clubs champions trois fois de suite (1957, 1958, 1959).
Raymond Kopa, sacré Ballon d'Or France Football en 1958. (L'Equipe)
Raymond Kopa, sacré Ballon d'Or France Football en 1958. (L'Equipe)

16 décembre 1958

Après être devenu le premier Français à avoir conquis la C1, Raymond Kopa devient le premier Français à obtenir le Ballon d'Or France Football, au terme d'une année presque parfaite. Le natif du Nord décroche le titre de champion d'Espagne et de champion d'Europe avec la Casa Blanca et termine troisième de la Coupe du monde 1958 (en Suède), compétition dont il est élu meilleur joueur. Le podium du Ballon d'Or est complété par Helmut Rahn (Allemagne de l'Ouest) et Just Fontaine (France).

26 octobre 1963

Avant d'affronter la Bulgarie à Paris, le milieu offensif des Bleus demande de s'entretenir avec le sélectionneur de l'époque, Georges Verriest. Le fils d'immigré polonais souhaite voir Verriest s'excuser après les critiques émise devant les médias après son mauvais match face à la Hongrie, le 11 novembre 1962. Mais ce dernier refuse tout bonnement de le faire ce qui pousse le joueur à mettre un terme à sa carrière internationale.

2001

Après un total de 13 saisons avec son club de toujours, Reims, Kopa prend sa retraite à l'âge de 35 ans, en 1967. Mais pour lui le ballon rond c'est toute sa vie, alors il y joue jusqu'à ses 70 ans en amateur ! Il fallut une ostéotomie (section d'un os) à sa jambe droite pour le voir remettre les crampons au placard définitivement.
Thomas Ravenel 
Réagissez à cet article
500 caractères max
RYO 3 mars à 21:57

Quelle belle histoire!

ADS :