Reda Rabeï (D.R)
Amateurs

Reda Rabeï (Wasquehal), un air de Wissam Ben Yedder (Toulouse)

International de Futsal, Reda Rabeï, 21 ans, est devenu la sensation de ces derniers mois en CFA avec Wasquehal. Son éclosion pourrait le mener jusqu'en Ligue 1 cet été.

Reda Rabeï, voilà un nom à cocher, comme l'ont déjà fait plusieurs clubs de Ligue 2 et même certains de Ligue 1, alertés par le profil atypique du serial buteur de Wasquehal, en CFA. Arrivé cet hiver dans le Nord, l'attaquant s'est déjà taillé une belle réputation dans le groupe A où il a inscrit huit buts en sept matches. Doté d'une technique très au-dessus de la moyenne, rapide et adroit devant le but, Rabeï doit ses caractéristiques à un passage par le Futsal, comme Youcef El Arabi ou Wissem Ben Yedder avant lui...

«J'ai alterné les expériences sur herbe et en salle. J'ai fait trois ans à Lille entre 12 et 15 ans, mais ils m'ont viré. Je n'ai pas pu intégrer le centre de préformation», explique le natif de Roubaix. C'est dans sa ville qu'il s'initie au Futsal avec les copains. «A 17 ans, je suis parti à Grenoble, et là-bas, j'ai commencé à jouer au Futsal au Picasso FC. Un choix ? Pas vraiment, j'ai surtout fait ça car cela me permettait de gagner un peu ma vie. Puis, je suis revenu à Roubaix futsal et puis Douai l'année dernière pour finir cet hiver à Wasquehal en CFA.»

«Nantes m'a mis à l'essai, mais m'a jugé trop frêle»

Reda Rabeï, c'est 18 buts en 24 sélections en équipe de France de Futsal. (D.R)
Reda Rabeï, c'est 18 buts en 24 sélections en équipe de France de Futsal. (D.R)
Les qualités de Rabeï n'ont pas échappé à Pierre Jacky, le sélectionneur de l'équipe de France de Futsal, qui fait du joueur l'un des points forts des Bleus. En 2015, il est le meilleur buteur de la D1 Futsal avec 34 buts inscrits. Le joueur de Douai Gayant totalise également chez les Bleus 24 sélections pour 18 buts. Marquer, c'est son truc. «Le Futsal me donne un petit plus, assure-t-il. J'élimine plus facilement l'adversaire, cela a développé ma technique et mon explosivité. Ça me permet aussi de m'adapter plus vite, tout en gardant une certaine lucidité devant le but. Je trouve que c'est presque plus facile de marquer à onze parce que les buts sont plus grands. En salle, c'est petit, et puis tu as le gardien qui couvre une grande partie de l'espace.»

Des aptitudes qui ont déjà été testées par le passé lors d'une opposition à la Jonelière : «Le FC Nantes m'a mis à l'essai, mais ils ont jugé que j'étais trop frêle», regrette-il. L'exemple de Wissam Ben Yedder, qui avait brillé en futsal et en CFA avant de signer à Toulouse, lui donne évidemment des idées : «J'adore ce joueur. Il est impressionnant dans sa qualité de déplacements. Il a une efficacité devant le but que je trouve chirurgicale. J'en suis très loin. Je sais que je dois progresser à tous les niveaux et notamment tactiquement.» A lui d'imiter son aîné...

Nabil Djellit
Réagissez à cet article
500 caractères max