(L'Equipe)
Espagne

Relation conflictuelle avec Luis Enrique, les soutiens de Busquets et Messi... Pourquoi Jordi Alba est porté disparu avec la Roja ?

Jordi Alba est probablement l'un des meilleurs à son poste. Pourtant, depuis la Coupe du monde et le changement de sélectionneur, le joueur du FC Barcelone n'entre plus dans les plans de la Roja.

Avec le licenciement de Lopetegui juste avant la Coupe du monde et la nomination de Luis Enrique juste après, le grand perdant de ce changement se nomme Jordi Alba. Depuis le Mondial, deux rassemblements ont eu lieu avec la Roja et les deux se sont fait sans le latéral gauche du FC Barcelone. Pour mieux comprendre la situation, il faut remonter à la dernière saison de Luis Enrique au Barça, en 2016-2017. Lors de cet exercice, Jordi Alba n'avait plus vraiment la cote auprès du technicien espagnol à cause du changement de système et du passage à trois défenseurs des Catalans. Cette année-là, l'Espagnol n'avait joué que vingt-six matches en Championnat, son total le plus faible depuis son arrivée en 2012 du côté de la Catalogne.

Même s'il avait joué six matches de Ligue des champions, lors de la fameuse «remontada» du Barça face au PSG, l'Espagnol avait été écarté au profit de Sergi Roberto. Mais l'explication ne s'arrête pas là. Après l'annonce du départ de Luis Enrique et l'arrivée de Ernesto Valverde, le latéral gauche espagnol avait fait une déclaration piquante à l'encontre de son ancien coach : «Bien sûr que ce sera mieux pour moi avec Valverde qu'avec Luis Enrique.» La déclaration n'est jamais passée pour l'ancien entraîneur du FC Barcelone, un poil rancunier.

Des échanges à travers la presse

Le défenseur du FC Barcelone ne comprend pas cette situation. Lors de l'annonce de la première sélection de Luis Enrique pour les matches de septembre, la surprise était de taille pour Jordi Alba qui n'avait pas tardé à réagir à cette situation à travers les médias espagnols : «J'ai été surpris de ne pas avoir été sélectionné et j'aurais aimé y aller. Je ne sais pas pourquoi je n'y vais pas. Je n'ai jamais dit ou pensé qu'il était un mauvais entraîneur, bien au contraire.»

Luis Enrique, lui, a refusé de faire un commentaire sur cette situation en conférence de presse : «Je n'ai pas l'habitude de parler d'un joueur qui ne fait pas partie de la liste. Je n'ai jamais exclu un joueur pour des problèmes personnels, toujours pour des thèmes sportifs. Dès le début, j'ai dit qu'il y avait des joueurs de très haut niveau qui étaient laissés de côté et que c'est peut-être injuste.» Une façon de fermer la porte définitivement à Jordi Alba ? Pourtant, selon AS, lorsque le président de la Fédération espagnole Luis Rubiales a demandé aux cadres de la Roja une liste de trois entraîneurs, Jordi Alba avait donné celui de Luis Enrique. En début de saison, l'ancien joueur de Valence avait répondu sur le terrain à son sélectionneur en célébrant son but face à Huesca en se couvrant les yeux (tout comme l'avait fait le joueur de Chelsea Pedro qui n'était pas non plus présent de la liste).

Jordi Alba soutenu par certains joueurs

Des joueurs se sont également exprimés sur le conflit entre les deux hommes. Sergio Busquets, son coéquipier au FC Barcelone, a réagi à cette éviction lors du rassemblement de la Roja : «En tant que coéquipier, il me manque. C'est un très grand joueur, mais la décision appartient à l'entraîneur et il faut la respecter. Bien sûr que Jordi a très envie de venir en sélection et travaille pour que cela arrive.» Aleix Vidal, loin d'avoir un gros temps de jeu au Barça lorsque Luis Enrique était l'entraîneur des Blaugrana, a également commenté la situation de son ancien coéquipier en pointant le fort caractère du technicien espagnol dans une interview pour El Desmarque : «Luis Enrique est un entraîneur avec beaucoup de personnalité. Le cas de Jordi Alba ? Ils ont une relation compliquée. Les personnes qui sont franches et se montrent telles qu'elles sont, sont les personnes qui en valent la peine.»
«Luis Enrique est un entraîneur avec beaucoup de personnalité. Le cas de Jordi Alba ? Ils ont une relation compliquée.»
Considéré comme l'un des meilleurs au monde à son poste, le joueur a également reçu l'hommage appuyé de Lionel Messi, son coéquipier au FC Barcelone, il y a quelques jours dans une interview pour Catalunya Radio : «Je ne sais pas où il est né, mais ce fût une apparition magique. Sans le regarder je sais où il est et quand lui faire la passe.» Une façon d'envoyer un message à son ancien entraîneur ? Valverde a également été interrogé sur la situation de son joueur mais n'a pas voulu critiquer le choix de Luis Enrique : «L'entraîneur appelle ceux qu'il considère comme les meilleurs. Je n'aime pas que les autres entraîneurs posent des questions sur mes compositions donc je ne parle pas des autres non plus.» En tout cas, avec soixante-six sélections au compteur pour huit buts, Jordi Alba pourrait ne plus voir le maillot de la Roja tant que Luis Enrique sera là...
Florian Grégoire
Réagissez à cet article
500 caractères max
boupka 14 oct. à 15:00

Il a intérêt (Enrique)que sle remplaçant de Jordi soit aussi fort que lui.en même temps,l'Espagne regorge de bons latéraux.