(Joaquin Corchero Arcos/CORDON//PRESSE SPORTS)
Ligue des Champions

Remporter la Ligue des champions 2019-20 aura-t-elle la même saveur qu'une édition normale ?

Cette fois, c'est sûr, la Ligue des champions 2019-20 ira à son terme ! Avec un final 8 à Lisbonne, des quarts et des demies sur un match et sur terrain neutre. Le vainqueur de cette C1 pourra-t-il vraiment être mis au même niveau que les lauréats précédents ? Deux de nos journalistes ne sont pas d'accord.

Oui

Car toutes les stars seront là
Robert Lewandowski. Neymar Jr. Kylian Mbappé. Lionel Messi. Cristiano Ronaldo. Kevin De Bruyne. Karim Benzema. Antoine Griezmann. David Alaba. On va s'arrêter là pour la liste, mais s'il y a bien une raison qui va faire de cette phase finale un moment spécial, ce sont bien les joueurs qui fouleront la pelouse de Lisbonne ! Comme à son habitude, la plus belle des compétitions de clubs va nous offrir une pléiade de stars sur un plateau, toutes plus déterminées à remporter la Ligue des champions. Chacun aura à coeur de briller malgré les circonstances, pour un petit mois de compétition qui déterminera sûrement le sort des trophées individuels. Attendu au tournant, le gratin du football mondial est encore en cage jusqu'à début août. Mais lorsque l'UEFA lâchera les fauves, le spectacle sera garanti.
 
Car le vainqueur aura gagné trois finales
Un match en quart, un match en demi, un match en finale. Voilà ce que l'UEFA a dévoilé ce mercredi après-midi pour la fin de la Ligue des champions. Les premiers retours sont surtout négatifs : plus de remontada, plus d'avantage devant son public, plus de buts à l'extérieur et on en passe... Mais qui a dit que cela allait annihiler le spectacle ? Qui, dans le panel des fans de football, ne s'est jamais régalé devant un Euro ou une Coupe du monde, où, faut-il le rappeler, ce format est en vigueur ? On n'ira pas jusqu'à annoncer qu'un “second poteau Dagbaaa” est à prévoir pour le Paris Saint-Germain, mais le vainqueur de la Ligue des champions 2019-20 aura eu le mérite d'être le plus fort dans les moments clés. 270 minutes de tension avant la tristesse ou l'extase : le champion n'aura rien à regretter.
 
Car elle verra triompher le plus malin
D'habitude, la Ligue des champions est l'endroit où se révèle les forces et les faiblesses de chacun. L'édition 2019-20, avant l'arrêt forcé, n'a pas dérogé à cette règle mais la suite des événements impose aux clubs de nouvelles missions. Comment se préparer de la meilleure des manières ? Comment gérer l'influx nerveux des joueurs sur une seule rencontre ? Comment faire sans le public ? Comment être le plus efficace possible avec cinq changements ? Certes, c'est un nouveau format qui questionne sur l'intérêt de cette compétition. Mais plutôt que de songer à ces nouveautés dérangeantes, pourquoi ne pas accueillir ces modifications avec l'esprit curieux... Car au-delà de la surprise, c'est autant de nouvelles données qui vont faire le sel de cette C1 si spéciale, permettant aux entraîneurs d'innover et de nous régaler. Le public, en plus, n'attend que ça. - A.B.

Non

Vraiment pas le même parfum
Des huitièmes de finales retours peut-être disputés sur terrain neutre, au Portugal. Des quarts de finale sur un match. Même chose pour les demi-finales. Le tout, toujours sur terrain neutre. Vraisemblablement sans supporter. Avec des matches rapprochés (12 août pour le premier quart de finale ; 23 août pour la finale). Sans la possibilité de vibrer à d'incroyables remontadas. Mais avec toujours la VAR et même l'opportunité d'effectuer cinq changements. Non vraiment...

Vraiment pas cohérent question équité de compétition
La LFP et la France ont certainement des torts d'avoir stoppé (trop) vite la Ligue 1, mais arrivés aux 7 et 8 août pour l'OL (face à la Juve, en huitième de finale retour) et le 12 pour le PSG, les deux représentants de Ligue 1 encore en compétition n'auront joué qu'un voire deux matches officiels en cinq mois : les finales de la Coupe de France et de la Coupe de la Ligue pour le PSG, et seule la finale de cette dernière pour Lyon. "L'égalité" ne sera pas la même. Concernant le Bayern, il aura terminé son Championnat depuis le 27 juin tandis que l'Angleterre, l'Italie et l'Espagne auront terminé depuis peu et seront donc en jambes. Non vraiment...

Vraiment pas le bon timing
Thiago Silva, Edinson Cavani, Timo Werner, Corentin Tolisso, Ivan Rakitic, Kalidou Koulibaly et bien d'autres encore : autant de joueurs qui pourraient bien quitter leur club respectif durant l'intersaison. Mais en cas de transfert dans une autre équipe encore en course pour la C1, ils ne pourront pas jouer. En plein mois d'août pour ce final 8, certains joueurs seront, eux, en plein doute. Des individualités avec la tête ailleurs. D'autres qui pourraient "craindre" d'évoluer face à leur possible future équipe. Des entraîneurs obligés de s'adapter et peut-être même de se passer de certaines stars. Non vraiment : un vainqueur ok, mais sans plus. - T.C.

Remporter la Ligue des champions 2019-20 aura-t-elle la même saveur qu'une édition normale ?

Réagissez à cet article
500 caractères max
ch.bour34 18 juin à 20:15

elle sera différente, c'est pas mal a vivre , tant de match décisifs de qualité en si peu de temps.

mirsa83 18 juin à 14:37

Un sondage pro paris,enfin pour le gars qui dit non

Pelao78 18 juin à 13:04

Sondage de frustrés de ne pas pouvoir jouer cette compétition

alan_turing 18 juin à 10:18

Benzema et de bruyne ce n'est pas possible !!! il joue en 8e et Cristiano Ronaldo pas officiel le retour contre Lyon et puis David Alaba ?

zizou650 18 juin à 9:23

À moins de pérenniser cette formule en "final 8" pour les prochaines Éditions. Ainsi, une ville, deux stades pour accueillir façon Coupe du monde, les 8 meilleurs clubs du continent.

voir toutes les réactions
ADS :