Pour sa première saison avec Newcastle, Rémy Cabella a déçu. (Franck Faugère/L'Equipe)
Angleterre

Rémy Cabella: les raisons de la galère

Arrivé à Newcastle, l'été dernier, Rémy Cabella ne s'est pas imposé dans sa nouvelle équipe. Plusieurs facteurs expliquent cet échec.

La première saison anglaise de Rémy Cabella aura été très compliquée. Le rêve de Premier League du jeune international (25 ans, 4 sélections) s'est vite transformé en galère. Alors qu'il reste trois journées de championnat à disputer, le bilan de l'ancien Montpelliérain sous son nouveau maillot est maigre avec un seul but marqué et deux passes décisives délivrées. Au sein du club héraultais, Cabella était pourtant un taulier (14 buts, cinq passes décisives la dernière saison), mais chez les Magpies, le Français, qui a débuté la saison en tant que titulaire, n'a pas réussi à donner la pleine mesure de son talent. Que s'est-il passé?

Perte d'influence

Arrivé à Newcastle après une saison pleine en Ligue 1 et riche de promesses, Rémy Cabella a été titularisé lors des six premières journées du championnat anglais. Une marque de confiance de la part d'Alan Pardew qui ne lui a pas suffi pour s'imposer dans dans l'entrejeu de Newcastle. Juste avant la trêve internationale d'octobre, le natif d'Ajaccio perd en effet sa place dans le onze de départ alors que les résultats de l'équipe sont médiocres.

Avec son nouvel entraîneur, John Carver, aux commandes depuis fin décembre, Cabella joue un peu plus mais pèse peu dans le jeu et n'a jamais été en mesure de revendiquer un statut de titulaire indiscutable. L'année dernière à Montpellier, il a disposé d'un temps de jeu de 3203 minutes pour 37 matches disputés. Cette saison, Rémy Cabella n'a passé que 1765 minutes sur les terrains de Premier League (29 matches).

Perte de repère

Cette perte d'influence peut en partie s'expliquer par son positionnement à Newcastle. Les Magpies évoluent en 4-2-3-1, un système qu'a bien connu Cabella avec Montpellier. Mais sous ses anciennes couleurs, il était aligné dans l'axe, derrière l'attaquant, et occupait le poste de meneur de jeu. A Newcastle, l'anglais James Colback est le maître à jouer de la formation. Cabella a ainsi passé une bonne partie de la saison dans les couloirs, notamment à gauche. Dans cette zone, le milieu de terrain est clairement moins à l'aise. Son rendement et son influence sur le jeu sont sans commune mesure avec ce qu'ils étaient à Montpellier.
Aligné dans l'axe à de rares occasions, Cabella a retrouvé ses repères et de meilleures sensations. C'est dans cette position qu'il a marqué son unique but de la saison contre Hull City (3-0). Ses deux passes décisives ont tout de même été réalisées sur deux centres (le premier dans le couloir gauche, le second dans le couloir droit).

Nouveau défi physique

L'acclimatation à un nouveau championnat  n'est pas évidente pour tous les joueurs qui traversent la Manche. C'est ce qui explique également les performances en demi-teinte de Cabella cette saison. Le Corse de naissance a dû s'adapter à un nouveau rythme et à une exigence physique supérieure en Premier League. «L'Angleterre, c'est vraiment intense. Pendant 90 minutes ça attaque, ça défend, l'arbitre ne siffle pas beaucoup. Faire de la muscu, c'est obligatoire: le bas du corps et le haut pour tenir les chocs», expliquait-il à L'Equipe, en octobre dernier.

Sur le terrain, l'international d'1m72 pour 66kg n'a pas été épargné par ses adversaires. Il fait ainsi partie des joueurs qui subissent le plus de fautes en Premier League (10e) et est le plus malmené des Magpies.
Après une pareille saison, Rémy Cabella a logiquement perdu sa place en équipe de France et n'a plus été appelé par Didier Deschamps depuis octobre dernier. Tandis que Newcastle se bat pour son maintien dans l'élite, le Français a encore tout à prouver en Angleterre.
Réagissez à cet article
500 caractères max