Olivier Létang a indiqué qu'il n'envisageait pas d'autre entraîneur pour Rennes que Julien Stéphan. (M. Vincent/L'Équipe)
Ligue 1 - Rennes

Rennes : Létang apporte son soutien à Stéphan après les critiques émises par Ben Arfa

Le président de Rennes, Olivier Létang, a apporté vendredi soir son soutien à son entraîneur, Julien Stéphan, après les critiques émises par Hatem Ben Arfa concernant le style de jeu des Bretons. Il a aussi indiqué que le meneur de jeu s'en irait probablement cet été.

Mieux vaut tard que jamais. Alors que son entraîneur, Julien Stéphan, avait déploré que ses dirigeants ne se soient pas positionnés après la sortie d'Hatem Ben Arfa concernant le manque de qualité de jeu du Stade Rennais, le président du club breton, Olivier Létang, lui a apporté vendredi son soutien. « Je n'envisage pas un autre entraîneur que Julien au Stade Rennais la saison prochaine, a-t-il d'abord indiqué dans un entretien accordé à Ouest-France. C'est quelqu'un avec qui j'ai plaisir à collaborer, à travailler [...] je souhaite construire avec lui dans la durée. J'ai sans doute commis une erreur en ne prenant pas la parole plus rapidement. »
Lors de son point presse, Stéphan avait notamment indiqué « s'interroger » par rapport à ce silence. « Il n'y a pas de joueur, ni aujourd'hui ni dans le futur, qui sera plus important que le club, l'équipe et l'entraîneur, a tenu à clarifier Létang. L'entraîneur, on doit lui donner de la force. Je veux lui donner de la force [...] il ne doit pas y avoir l'espace d'une feuille de papier entre le président et l'entraîneur. »
« À partir du moment où Hatem indique qu'il n'y a pas de notion de plaisir... »
Alors qu'Hatem Ben Arfa n'a pas été convoqué par Stéphan pour le déplacement à Strasbourg, samedi, Létang a précisé que le technicien aurait « tout (son) soutien et une solidarité totale envers le choix » de la convoquer ou non d'ici la fin de la saison. Il a aussi admis qu'il était probable que l'international français s'en aille à la fin de son contrat, au mois de juin. « Il y a un élément qui le guide, c'est le plaisir. Mais il y a un élément qui nous guide, nous, c'est qu'il ait envie d'être avec nous, a-t-il souligné. À partir du moment où Hatem indique qu'il n'y a pas de notion de plaisir, et donc pas d'envie, cela paraît effectivement plus difficile (de le conserver) ».
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :