(A.Reau/L'Equipe)
Ligue Europa - Groupe E

Rennes voit (double) rouge et compromet sa qualification

Réduit à 10 puis à 9, le Stade Rennais peut avoir des regrets face à Cluj (0-1). Car Mbaye Niang a en plus de cela manqué un penalty... La qualification est plus que compromise.

La leçon : Une tragédie en trois actes

Acte I : il n'a fallu attendre que cinq minutes pour voir le tournant du match. Sur une perte de balle de Jérémy Morel, Lacina Traoré a filé vers le but pour Cluj, avant d'être séché pied en avant par Édouard Mendy. Le portier titulaire, déjà incertain pour le match, est rentré rapidement au vestiaire, expulsé. Pour occuper les cages, Julien Stéphan a fait confiance à son troisième gardien, le tout jeune (16 ans) Pépé Bonet. Une belle histoire qui s'est transformée en cauchemar : sur le coup franc qui a suivi, Deac a surpris Bonet, auteur d'un mauvais déplacement, côté ouvert du but. Le néophyte a encaissé son premier but en pro avant même de toucher son premier ballon.
Acte II : malgré l'infériorité numérique, Rennes a tenté sa chance, sans succès, par Jérémy Morel (18e) et Benjamin Bourigeaud (19e), avant de concéder des situations de dangerosité équivalente par Damjan Djokovic (22e) et Ciprian Deac (24e). Au milieu de ce match enlevé et équilibré, les Bretons ont obtenu un penalty grâce à Adrien Hunou à la 26e. Mais Mbaye Niang l'a nettement envoyé à côté des cages roumaines. Quand ça ne veut pas...
Acte III : Dès le retour des vestiaires, sur une relance au pied complètement manquée de Bonet, rebelote. Un attaquant qui part au but, et c'est cette fois Eduardo Camavinga qui est venu tacler par derrière avant de se voir indiquer le chemin des vestiaires par l'arbitre. À neuf contre onze, puis neuf contre dix après l'expulsion de Mateo Susic côté roumain, les rouge et noir ont continué à essayer, passant près du but sur une tentative d'Adrien Hunou (65e). Mais le scénario fou de ce match n'aura jamais souri aux Rennais.

Le gagnant : Cluj, une bonne surprise

Si le club roumain est un habitué des coupes d'Europe, un facteur non-négligeable au moment d'aborder ce genre de rencontres, son effectif en forme d'armée mexicaine laissait craindre le pire dans un groupe assez relevé avec la Lazio, le Celtic et Rennes. Mais alors que la moitié du chemin est passée dans cette phase de poules, les hommes de Dan Petrescu occupent fièrement la deuxième place du groupe E, collés aux Écossais (7 points contre 6). S'ils sont pour le moins brouillons techniquement, leur jeu de transition semble bien correspondre avec les exigences européennes. Et la réussite est avec eux.

Le perdant : Doute autour des gardiens rennais

Il y a normalement Édouard Mendy, titulaire annoncé. Mais, régulièrement blessé, l'ancien de Reims a souvent laissé place à son numéro 2, Romain Salin, depuis le début de saison. D'abord très convaincant, Salin a coulé, lors du dernier match, contre Monaco (3-2). Avant de se blesser à son tour. Ce jeudi soir, alors qu'il était incertain, Mendy a finalement été aligné, pour cinq petites minutes, avant son carton rouge. Et le troisième gardien Pépé Bonet a démontré lors du reste du match qu'il n'avait pas encore le niveau de ces rencontres. Pour garder les cages, le casse-tête continue pour Julien Stéphan. - E.S.
Réagissez à cet article
500 caractères max
Kiwi1212 25 oct. à 15:55

Objectivement Cluj est un plus grand club que Rennes, c'est une demi-surprise. Les rennais se sont bien battus mais encore les mêmes faiblesses tactiques et surtout techniques d'un club français. Pas une tête ne dépasse, 11 clones au jeu prévisible et stéréotypé.

rene.bellucci 25 oct. à 11:25

y a pas de quoi être fier : un pénalty raté... 2 expulsions....et une qualification compromise

ghys59 25 oct. à 0:20

Un nul contre des Ukrainiens inconnus au bataillon, une défaite contre des Roumains de deuxième zone. Elle est belle la France en ligue Europa. Si c'est pour faire ça, arrêtez de vous qualifier. Jouer le maintien ou le ventre mou. Vous êtes pathétiques, vous faites pitié.

voir toutes les réactions
ADS :