(L-R) Samuel Umtiti of FC Barcelona, Sergi Roberto of FC Barcelona, Andre Gomes of FC Barcelona, Gerard Pique of FC Barcelonaduring the UEFA Champions League round of 16 match between FC Barcelona and Paris Saint Germain on March 08, 2017 at the Camp Nou stadium in Barcelona, Spain. (L'Equipe)

Rétro 2017 : 8 mars, le jour où... le PSG a subi la «remontada» du Barça

Jusqu'au 31 décembre, FF retrace l'année 2017, mois après mois. En mars, le PSG a été au coeur d'un scénario parmi les plus fous que le football ait offert. Vainqueurs du match aller en huitième de finale de la Ligue des champions (4-0), les Parisiens ont sombré au Camp Nou le 8 mars (6-1) et quitté la compétition par la toute petite porte.

Il y a d'abord les faits : depuis l'arrivée des Qataris, le PSG n'est jamais parvenu à atteindre le dernier carré de la Ligue des champions. Et puis, il y a la manière, puisque «sortir par la grande porte» est toujours une petite victoire dans la défaite. Lors de la saison 2016-2017, Paris a fait exactement le contraire. Les joueurs de la capitale ont pourtant nourri beaucoup d'espoirs, après avoir infligé au Barça une gifle aussi logique qu'impressionnante (4-0) en huitième de finale aller. Une avance qui devait s'avérer suffisante pour aborder le déplacement en Catalogne avec sérénité. Mais en trois semaines, Paris est passé de l'extase au cauchemar.
 

Au match retour, Barcelone, organisé dans un 3-4-3 logiquement offensif, asphyxiait d'entrée les hommes d'Emery. Ces derniers craquaient dès la 3e minute : sur un centre de Rafinha, Marquinhos dégageait d'une chandelle, le cuir restait dans la surface parisienne, mais Kevin Trapp hésitait et Luis Suarez profitait de ce moment de flottement pour initier la désormais célèbre «remontada». Juste avant la mi-temps, Kurzawa, qui dégageait un ballon dans son propre camp, permettait à Luis Enrique et ses hommes de rattraper la moitié du chemin (40e, 2-0). Au retour des vestiaires, le PSG prenait un nouveau coup de massue sur la tête, avec un penalty transformé par Messi pour une faute de Meunier sur Neymar (50e, 3-0). Paris a ensuite cru se sortir définitivement du piège, quand Cavani expédiait une reprise de volée magistrale sous la barre de Ter Stegen (62e, 3-1). Di Maria pouvait tuer le suspense, seul face à Ter Stegen, mais l'Argentin, découpé par Mascherano, manquait sa tentative (85e).

Une tempête de sept minutes

Neymar, intenable tout le match, obtenait un coup franc sur la gauche de la surface parisienne et enroulait une frappe parfaite qui se logeait dans la lucarne de Trapp (88e, 4-1). Dans la foulée, Luis Suarez s'écroulait au contact de Marquinhos et provoquait un penalty, transformé avec sang-froid par Neymar (91e, 5-1). Plus qu'à un but de l'exploit, le Barça assiégeait Paris. Et le Brésilien, qui rejoindra Paris quelques mois plus tard, finissait par trouver la faille : un subtil ballon au-dessus du rempart parisien profitait à Sergi Roberto, entré dans le dernier quart d'heure, qui envoyait sans contrôle le cuir dans les filets d'un Trapp médusé (95e, 6-1).
 
«Une nuit de héros»«Vous êtes entrés dans la légende» : la presse espagnole manquait de superlatifs pour qualifier l'exploit. Barcelone est devenu la première équipe à se qualifier après avoir perdu le match aller 0-4 dans l'histoire de la compétition. Côté parisien, cet affront a surtout mis en lumière les limites du club qui l'empêchent d'atteindre le dernier carré de la compétition...

Jérémy Nedelec