(P.Lahalle/L'Equipe)
Rétro 2018 - Juillet

Rétro 2018 : en juillet, le sacre des Bleus, le départ de Cristiano Ronaldo et les déclarations de Courtois

En cette fin d'année, FF retrace mois par mois les moments marquants de ce cru 2018 sur la planète football. Septième épisode avec le mois de juillet. Au programme : le titre de champion du monde de l'équipe de France, la malédiction de l'Angleterre et le transfert de Cristiano Ronaldo à la Juve.

Le sacre : La deuxième étoile des Bleus

Elle est accrochée en évidence au-dessus du coq, aux côtés de la première. Enfin. Après la désillusion de 2006, après l'échec de l'Euro 2016, les Bleus ont retrouvé les sommets en ce soir de pluie à Moscou. Décriés au début du Mondial pour un jeu poussif, les joueurs de Deschamps ont peu à peu trouvé leur rythme et leur force. Le match contre l'Argentine (4-3) en fut le déclic. Contre l'Uruguay (0-2) puis en face de la Belgique (1-0), ils se sont illustrés par leur maîtrise du match en profitant des rares failles laissées par ces adversaires. Une démonstration tactique plus que spectaculaire. Jusqu'à la finale tant attendue contre la Croatie (4-2) où les Bleus, quelques peu malmenés dans le jeu, se sont montrés d'un réalisme incroyable. Champions.

Le transfert : Le départ de Cristiano Ronaldo à la Juve

En plein Mondial, les regards des fadas du ballon rond se sont détournés de la plus belle des compétitions un court instant. Au début du mois de juillet, le marché des transferts, pourtant peu actif en ces périodes de tournoi, nous offrait son plus beau mouvement de l'été. Cristiano Ronaldo quittait le Real, dont il était la star, après neuf ans d'une relation synonyme de titres. Direction la Serie A et la Juventus, où il fait très vite ses preuves. Quelques mois plus tard, il dévoilera les raisons de ce départ dans les colonnes de France Football. «Je sentais à l'intérieur du club, surtout de la part du président (Florentino Pérez), qu'on ne me considérait plus comme au début. Les quatre ou cinq premières années, j'avais la sensation d'être Cristiano Ronaldo. Moins après

La décla : Courtois critique le jeu des Bleus

C'est toujours plus facile de le dire lorsqu'on est du côté des gagnants, c'est sûr. Il n'empêche que ces déclarations du portier belge Thibaut Courtois, toujours sous le coup de l'adrénaline de la défaite contre les Bleus (1-0), ont fait réagir - ou rire - les Français. «C'était un match frustrant, la France a joué à rien, a joué à défendre avec onze joueurs à 40 mètres de leur but. C'est leur droit, ils savent que quand (l'adversaire) joue très bas, c'est là qu'on a eu des problèmes. (...) La frustration est là car on perd contre une équipe qui n'est pas meilleure que nous, on a perdu contre une équipe qui joue à rien, qui défend. Contre l'Uruguay, ils ont mis un but sur coup franc et un autre sur une erreur du gardien. Aujourd'hui, un corner. C'est le foot, chacun joue avec ses qualités. Mais c'est dommage pour le foot qu'aujourd'hui la Belgique n'ait pas gagné.» Il a ensuite reconnu avoir «réagi un peu trop fort», avant de s'excuser.

La malédiction rompue : L'Angleterre gagne - enfin - aux tir au but

La quatrième aura été la bonne. Au coup de sifflet, le sang des supporters anglais n'a fait qu'un tour. Pour venir à bout de la Colombie et accéder aux quarts de finale de cette Coupe du monde, les Three Lions devaient passer par les tirs au but. Problème : c'est un peu leur hantise. En trois tentatives lors d'un Mondial - et trois autres lors d'un Euro -, ils n'ont jamais réussi à se qualifier en passant par cette épreuve. Ils ont buté sur l'Allemagne (1990), l'Argentine (1998) puis le Portugal (2006). Cette édition était donc le moment idéal pour venir à bout de cette malédiction. Pari réussi. En même temps, les hommes de Southgate s'entraînaient à l'exercice depuis le mois de mars...

Bonus : La chanson du mois de juillet

Allez, ça faisait longtemps.
Cindy Jaury
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :