Champions League Sieger 2020, FC Bayern Muenchen, v.l. Ivan Perisic, Robert Lewandowski, Alphonso Davies, Leon Goretzka, Benjamin Pavard, Torwart Manuel Neuer mit Pokal, Kingsley Coman, Thiago Alcantara, David AlabaLissabon, 23.08.2020, Fussball, Champions League, Finale, Paris Saint-Germain - FC Bayern Muenchen 0:1 *** Local Caption *** (L'Equipe)
Ligue des Champions - Finale

Revue de presse : la presse européenne consacre le duo Neuer-Coman et tacle le PSG

Au lendemain de la finale de la Ligue des champions remportée par le Bayern Munich face au PSG (1-0), la presse européenne salue les performances de Manuel Neuer et Kingsley Coman, tandis qu'elle critique les stars parisiennes et l'argent investi par les propriétaires qatariens.

Grâce à une prestation très solide, le Bayern Munich a donc pris le meilleur sur le Paris-SG (1-0) à Lisbonne et s'est adjugé sa sixième Ligue des champions. En Allemagne, c'est évidemment la fête. «Bayern, roi d'Europe», s'est ainsi félicité Bild qui consacre une large partie de son traitement au sacre de «la meilleure équipe» du continent. «La meilleure, c'est exactement ce que le Bayern a été depuis que Flick a pris ses fonctions d'entraîneur le 3 novembre 2019. La machine Flick-Bayern a remporté 33 victoires en 36 matches. Le FCB est la première équipe à avoir disputé la saison parfaite en Ligue des champions, il a remporté les onze matchs !», lâche le quotidien allemand.

Lire aussi : Le Bayern Munich sacré champion d'Europe

«Neuer a neutralisé Neymar et Mbappé qui n'a pu se hisser à la hauteur de sa renommée»

En Autriche, pays frontalier, Kurier consacre Kingsley Coman, auteur du but de la victoire. «L'accent a été mis sur un joueur qui a reçu peu d'attention avant la finale : Coman. L'entraîneur du Bayern avait un Français rapide comme l'éclair qui n'était qu'un remplaçant sur la fin, étonnement. Sa décision de le titulariser a porté ses fruits. Coman a non seulement beaucoup percuté sur le côté gauche mais il était là également après la pause lorsque Kimmich l'a servi sur le but décisif», écrit le journal de Vienne. «Coman, le destroyer», affiche le Mirror en Angleterre.

Lire aussi : Les notes de PSG - Bayern Munich

La presse européenne met aussi en avant la production majeure du gardien et capitaine bavarois, Manuel Neuer. Pour La Gazzetta dello Sport, il y a eu «les cheveux de Coman et les gants de Neuer» lors de cette finale «partiellement spectaculaire». Infranchissable, le portier de 34 ans truste les Unes des principales gazettes et «homes» des sites majeurs, le trophée aux grandes oreilles en mains. «Neuer a neutralisé Neymar et Mbappé qui n'a pu se hisser à la hauteur de sa renommée. Aucune des stars du PSG n'a pu laisser son empreinte», remarque La Vanguardia en Espagne.

«Mbappé a mangé deux but», «L'argent ne fait pas le bonheur», le Bayern a «piégé l'émir du Qatar»

L'échec des deux attaquants parisiens est évidemment mis en avant. «Mbappé a mangé deux buts, cela ne lui arrive jamais. Quant à Neymar, c'est à lui de finir au tableau, car il a coûté 42 millions d'euros de plus. Le PSG l'a voulu pour entrer dans l'Olympe. Et finalement il termine en larmes», souligne La Gazzetta dello Sport à travers ses notes. Neymar et Kylian Mbappé «ont trop pardonné» devant le but allemand pour As qui se montre plus acerbe : «Il n'y a pas de place pour le PSG, une place qui ne s'achète pas avec l'argent».
 
Le côté pécunier n'échappe pas aux critiques post-finale. «L'argent ne fait pas le bonheur», titre ainsi Marca lundi matin. «Coman, formé au club, punit son ancienne équipe avec un but décisif (...) Le Bayern a imposé un rythme infernal pour gagner sa sixième C1», ajoute le quotidien madrilène. Pour le Corriere dello Sport, l'équipe de la Bavière a «piégé l'émir du Qatar» qui «a dépensé jusqu'ici 1,2 millard d'euros» sans parvenir encore à décrocher la timbale en Coupe d'Europe. «Le PSG revient dans une frustration qui semble sans fin», tranche El Mundo en Espagne.
 
Emmanuel Langellier
 
Réagissez à cet article
500 caractères max
ghys59 25 août à 10:36

Quand on voit les réactions minables et empreintes de jalousie de la presse espagnole, on ne peut s'empêcher de sourire. Le Real éliminé en 1/8e, le Barça, avec le soit-disant meilleur joueur du monde, atomisé en 1/4 par ce même Bayern, l'Athlético sorti par Leipzig, il n'y a pas de quoi être fier. Surtout quand on insiste sur e super match de Neuer....

Heraclite 25 août à 8:01

Ahhh, cette culture de l'immediat c'est terrible quand meme. Je sais bien qu'on vit dans un monde d'image où la pensee du plus puissant dirigeant de ce monde est developpee dans des messages de 140 puis 280 signes depuis 2017 (quelle avancee culturelle !), mais tout de même. Avoir des jugements si imperatifs sur 90 minutes, comment on construit ? Il a fallu 5 ans a Klopp, le Bayern existe depuis 120 ans, Paris depuis 50. Le Bayern a joue 11 finales de C1, Paris 1.

carmapia 24 août à 19:56

pécuniaire...

ADS :