Soccer Football - International Friendly - France v Ukraine - Stade de France, Paris, France - October 7, 2020 France's Olivier Giroud celebrates scoring their second goal REUTERS/Benoit Tessier (Reuters)
Bleus

Romain Giroud sur Olivier, son frère : «Quand on voit les chiffres, à un moment donné, qu'on n'aime ou qu'on n'aime pas, on dit chapeau l'artiste»

La centième sélection d'Olivier Giroud a évidemment été suivie avec une très grande attention et une grande émotion par la famille de l'attaquant de Chelsea. Romain, son frère, raconte son sentiment devant une soirée qui restera dans les mémoires.

«Comment avez-vous vécu cette soirée particulière pour votre frère avec cette centième sélection et la place de deuxième meilleur buteur de l'histoire des Bleus ?
C'était bien sûr un moment important. Cela ne nous laisse pas indifférent. On a bien pensé à lui durant cette journée. Le match ne pouvait pas mieux se passer. Tous les compteurs sont au vert. Je viens de raccrocher avec lui, il partaît à l'entraînement...
 
Comment l'avez-vous senti ?
C'est beaucoup d'émotion, c'est donc difficile de retranscrire. Il voulait partager ça. Il est très heureux, sur un petit nuage. Lucide sur le fait qu'il faut continuer et qu'il y a d'autres échéances qui arrivent très vite mais il a été très touché des nombreux messages d'amitié, les attentions qu'il a eues de tout le monde. Ses coéquipiers, des champions du monde 1998. J'ai eu Thierry Henry au téléphone qui n'a pas le numéro de mon frère et qui m'a appelé pour me le demander. Il m'a dit de le féliciter, mais je pense qu'ils se diront ce qu'ils ont à se dire (Il sourit.). Il est en tout cas très fier de faire ça aussi pour les siens. Ce sont des choses qu'on partage, et il aime partager ça avec ses proches. Je suis très fier de lui.

Lire :
-Soirée historique pour les Bleus !
-Les notes de France-Ukraine

«Dès lors qu'il fait le boulot, le reste n'en est que plus beau»

Etait-il nerveux hier avant cette centième ?
Ce n'était pas une soirée comme une autre. Ce n'était pas neutre. Je ne vois pas comment ça peut l'être. Il était conscient des choses, mais c'était particulier, forcément. On s'est appelé avant le match. Je lui disais que ça restait un match de foot. La presse en parle, mais c'est comme ça, c'est le jeu. Ensuite, il fallait faire le boulot, y aller avec les crocs comme d'habitude, la mettre au fond et voilà. Les derniers mots qu'on a eus, c'est que j'insistais sur le détâchement qu'il fallait avoir par rapport à l'événement, même s'il était réel. S'il y avait un engouement, il fallait surtout se concentrer sur le terrain comme il le fait toujours. Dès lors qu'il fait le boulot, le reste n'en est que plus beau. L'équipe gagne. Il met un doublé. Il passe devant Platoche...

Voir : Le Top 20 des meilleurs buteurs de l'histoire de l'équipe de France
«Quand on voit la prestation d'Olive hier, quand on voit les chiffres, à un moment donné, qu'on n'aime ou qu'on n'aime pas, on dit chapeau l'artiste.»
Quel est le plus marquant pour vous entre la centième sélection et le fait de devenir deuxième meilleur buteur devant Michel Platini ?
Ce sont les 100. Putain, vous vous rendez compte ? 100 sélections en équipe de France ! Moi qui ai joué au foot, et avec mes 40 sélections chez les jeunes, j'étais déjà tout content. Mais, là, neuf ans et 100 sélections. C'est comme si sous prétexte que vous préférez Novak Djokovic, vous dites que Roger Federer est nul... Vous passez pour un con. Quand on voit la prestation d'Olive hier, quand on voit les chiffres, à un moment donné, qu'on n'aime ou qu'on n'aime pas, on dit chapeau l'artiste. Il n'est probablement pas le meilleur joueur du monde, ni le meilleur joueur actuel, mais ce qu'il fait, on ne peut pas lui enlever ! Michel Platini est une légende vivante et il le restera quoiqu'il arrive. Ce n'est pas tant de dépasser Platoche... Les 100, c'est tout un symbole. Je crois savoir qu'il a eu Lilian Thuram au téléphone, lui qui a plus de 140 sélections. Il lui disait très humblement : "L'important est de faire le maximum que tu puisses faire, ce n'est pas de rattraper les autres. Faire le maximum de ce qu'il t'est offert de faire." Il a été bienveillant avec Olivier, il l'a chaleureusement félicité. L'idée n'est pas d'être le meilleur au niveau comptable. Les 100 sont aussi révélateur puisqu'il rentre dans un club très fermé. Ce n'est ni plus, ni moins le fruit du travail accompli au fil de ces années. Comme on dit, c'est à la fin qu'on paye les musiciens. Et même si la fin n'est pas encore arrivée, il franchit une étape qui lui permet de valider un palier qui est très important.

Voir : Ils ont 100 sélections en équipe de France

«Il ne cherche à plaire à personne, il cherche à faire le boulot»

Ce n'est pas à vous qu'on va apprendre que tout n'a pas été simple pour lui en équipe de France. Avez-vous senti un déclic plus ou moins récent par rapport à toutes ces critiques qui semblent petit à petit s'estomper ?
J'ai envie de dire que c'est par la force des choses. Les faits sont là et ne sont pas contestables. Et, de ce fait, ils ne sont pas contestés. Il fait le boulot à chaque fois. Effectivement, on ne va pas se mentir, ce n'est jamais facile pour lui. Mais, néanmoins, il se met toujours au service de l'équipe, il fait le boulot, il est exemplaire, il bosse, il croit toujours en lui. Donc ça paye. Le premier but qu'il met hier... Cela fait taire tout le monde. Il ne cherche à plaire à personne, il cherche à faire le boulot.
 
Désormais, mission Thierry Henry et ses 51 buts...
Regarder devant, c'est regarder en direction de Thierry Henry. Neuf buts, ce n'est pas rien. Il va faire au mieux pour aller chercher Thierry. Mais quand bien même il égalerait ou dépasserait Thierry, Thierry reste une légende vivante. Ils ne peuvent pas être comparés. Après, c'est une histoire de calcul de buts... Olivier va essayer de tendre vers ça, mais il n'en fait pas une obsession. L'important n'est pas l'objectif mais le chemin pour y parvenir. Thierry, c'est juste... (Il ne finit pas sa phrase.) Pour moi, il est au-dessus de tout. Il est inclassable. Il n'y a pas de concurrence.

Voir : Les 100 matches de Giroud en équipe de France
«Il sait que ce n'est jamais gagné et que la construction de la route vers la réussite n'est jamais terminée.»
Parmi les photos qu'il vous a envoyées mercredi soir après la victoire sur l'Ukraine, y en a-t-il une qui vous a marqué plus qu'une autre ?
La photo quand il est là avec le ballon sous le maillot pour faire référence au quatrième enfant qui va arriver. Chaque enfant précédent a ce genre de photos. Je trouve ça sympa. Il est tellement heureux... Une plénitude ? Oui, une plénitude de l'instant. Il y a un match dans quelques jours, puis la Premier League va reprendre. La vie est un éternel recommencement. Donc la plénitude, oui, il faut savoir apprécier l'instant présent. Mais, après, la vie ne s'arrête pas, les choses sont en mouvement. La réussite sportive n'est validée que dès lors où on s'inscrit dans la durée. C'est un challenger et il va continuer à essayer de performer et aller gratter tout ce qu'il peut gratter. Il a envie de faire l'Euro, s'il a lieu.

Quiz :
-Les 22 joueurs présents lors de la première de Giroud en équipe de France
-Les adversaires des Bleus lors des 42 buts de Giroud

La retraite, ce n'est pas maintenant...
Non !
 
Avez-vous déjà évoqué une retraite internationale ?
Pas du tout. Jamais. On est très mesurés... On est heureux mais nous, les Giroud, on ne s'enflamme pas. Ce qui lui arrive, c'est bien, on est heureux pour lui mais il faut savoir garder les pieds sur terre dans le bon comme dans le moins bon. Et quand ça va pas bien, on a une espèce de résilience et une capacité d'acceptation des choses. Toujours dans la foi, parce qu'on est croyants. Je lui ai dit : "Ce que tu fais, tu te le dois à toi donc bravo, félicitation." Et il sait que ce n'est jamais gagné et que la construction de la route vers la réussite n'est jamais terminée. C'est comme ça.»

Timothé Crépin 
Réagissez à cet article
500 caractères max
Gauchos 10 oct. à 9:29

Giroud + DD. Les hommes qui ont fait fi de la gentry et la bien-pensance parisienne.

labiscole 9 oct. à 21:41

Total respect pour Giroud, 100 sélections ce n'est jamais par hasard, bravo pour sa carrière.

King_Henry 9 oct. à 13:44

J aime et je salue le champion !

letidup 9 oct. à 9:44

Bravo Giroud, et merci. L avant centre que l EdF a besoin, pour aider Mbappé et Grizou, et marquer des buts de génie, nul doute qu il régalera bientôt Henry

ADS :